Les Etats-Unis recommandent le dépistage de l'anxiété chez les enfants âgés à partir de 8 ans

Megan Brooks

Auteurs et déclarations

2 novembre 2022

Etats-Unis ― Le groupe de travail américain spécialisé dans les questions de prévention (US Preventive Services Task Force ou USPSTF) a publié ses recommandations finales sur le dépistage de l'anxiété, de la dépression et du risque de suicide chez les enfants et les adolescents[1].

Pour la première fois, le groupe de travail recommande le dépistage de l'anxiété chez les enfants âgés de 8 à 18 ans qui ne souffrent pas d'un trouble anxieux diagnostiqué et qui ne présentent pas de signes ou de symptômes d'anxiété.

Cette recommandation de niveau "B" établit qu’il y aurait des preuves « de certitude modérée » que le dépistage de l'anxiété chez les enfants de 8 à 18 ans présente un bénéfice net modéré, selon le groupe de travail.

En revanche, les preuves du dépistage de l'anxiété chez les enfants âgés de 7 ans et moins ont été jugées « insuffisantes ».

Le groupe de travail recommande également le dépistage du trouble dépressif majeur chez les enfants âgés de 12 à 18 ans (recommandation "B"), mais a considéré que les preuves sont insuffisantes pour évaluer le rapport entre les avantages et les inconvénients du dépistage de la dépression chez les enfants âgés de 11 ans et moins.

Comme précédemment rapporté par Medscape Medical News, ces recommandations sont conformes aux recommandations de 2016 sur le dépistage de la dépression de l'USPSTF.

« Heureusement, le dépistage de l'anxiété et de la dépression chez les enfants plus âgés peut identifier ces pathologies afin que les enfants et les adolescents puissent recevoir les soins dont ils ont besoin », a déclaré dans un communiqué Martha Kubik, PhD, RN, (Université George Mason, Fairfax, Virginie), membre du groupe de travail.

« Malheureusement, il existe des lacunes importantes en ce qui concerne le dépistage de l'anxiété et de la dépression chez les jeunes enfants et le dépistage du risque de suicide chez tous les jeunes », a ajouté Lori Pbert, PhD, de l'UMass Chan Medical School, Worcester, Massachusetts, membre du groupe de travail.

« Nous appelons à davantage de recherche dans ces domaines critiques afin de fournir aux professionnels de la santé des moyens fondés sur des preuves pour garder leurs jeunes patients en bonne santé », a ajouté Mme Pbert.

Dépistage du suicide

En ce qui concerne le suicide, le groupe de travail affirme qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander ou non le dépistage du risque de suicide chez les enfants et les adolescents.

En revanche, le groupe de travail rappelle que l'Académie américaine de pédiatrie, la Fondation américaine pour la prévention du suicide et des experts de l'Institut national de la santé mentale ont publié un « Plan directeur pour la prévention du suicide chez les jeunes » qui recommande un dépistage universel du risque de suicide chez les jeunes de 12 ans ou plus, tandis que les enfants âgés de 8 à 11 ans devraient être dépistés, selon les indications cliniques.

Le groupe de travail souligne que le dépistage n'est que la première étape pour aider les enfants et les adolescents souffrant d'anxiété et de dépression. Les jeunes dont le dépistage est positif doivent faire l'objet d'une évaluation plus approfondie pour déterminer s'ils souffrent de l’une ou l’autre de ces pathologies.

Après le diagnostic, les jeunes doivent participer à la prise de décision partagée avec leurs parents et un professionnel de la santé afin d'identifier le meilleur traitement ou la meilleure combinaison de traitements.

Une première étape seulement

Dans un éditorial accompagnant les recommandations, le Dr John Walkup, de l'hôpital pour enfants Ann and Robert H. Lurie de Chicago, et ses co-auteurs soulignent que pour que le potentiel du dépistage des troubles anxieux pédiatriques soit pleinement exploité, la recherche axée sur le processus de dépistage, de l'évaluation jusqu’au traitement, doit être une priorité.

« Le plus important est peut-être de développer un protocole de dépistage intelligent et sophistiqué, aligné sur des stratégies de traitement fondées sur des preuves, qui apporte une valeur ajoutée aux soins médicaux pédiatriques de routine et qui améliore les résultats en matière de santé physique et mentale des enfants et des adolescents », écrivent-ils.

>>Les recommandations finales du groupe de travail et les résumés de données correspondants sur le dépistage de l'anxiété sont aussi disponibles sur le site Web de l'USPSTF.

 

L'USPSTF est un organisme indépendant et bénévole. Les membres de l'USPSTF n'ont révélé aucune relation financière pertinente. Le Dr Walkup a déclaré être un membre non rémunéré du conseil scientifique de l'Anxiety and Depression Association of America, recevoir des redevances pour des activités de formation médicale continue liées à l'anxiété de la part de Wolters Kluwer et des honoraires pour des présentations sur l'anxiété de la part de l'American Academy of Child and Adolescent Psychiatry et de l'American Academy of Pediatrics.

 

L’article a été publié initialement sous le titre USPSTF Calls for Universal Anxiety Screening in Kids 8 to 18, Jury Out on Suicide Screening. Traduit par Stéphanie Lavaud.

 

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Inscrivez-vous aux newsletters de Medscape :  sélectionnez vos choix

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....