Le groupe sanguin A serait lié à un risque plus élevé d’AVC précoce

Kelli Whitlock Burton

Auteurs et déclarations

7 septembre 2022

Baltimore, États-Unis – Selon une nouvelle étude, publiée le 31 août dans la revue Neurology, [1] les personnes du groupe sanguin A présentent un risque d’AVC précoce de 16 % supérieur à celui des personnes des autres groupes sanguins.

À l’inverse, les résultats d’une méta-analyse portant sur près de 17 000 cas d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques chez des adultes de moins de 60 ans ont montré que le fait d’avoir du sang de type O réduisait le risque d’AVC précoce de 12 %.

En outre, les associations avec le risque étaient nettement plus fortes chez les patients atteints d’AVC précoce que chez ceux ayant subi un AVC tardif, ce qui indique que les facteurs prothrombotiques jouent un rôle plus important chez les jeunes patients, notent les chercheurs.

« Ce que cela nous dit, c’est que ce qui vous rend susceptible d’avoir un accident vasculaire cérébral (AVC) en tant que jeune adulte est peut-être le groupe sanguin, qui vous donne réellement un risque beaucoup plus élevé de coagulation et d’AVC par rapport à une apparition plus tardive », a déclaré à Medscape Medical News le co-investigateur, le Dr Braxton Mitchell, professeur de médecine et d’épidémiologie et de santé publique à la faculté de médecine de l’Université du Maryland, à Baltimore.

Forte association

L’étude d’association pangénomique a été réalisée dans le cadre du Genetics of Early Onset Ischemic Stroke Consortium (Consortium sur la génétique des accidents vasculaires cérébraux ischémiques à début précoce), une collaboration de 48 études différentes en Amérique du Nord, en Europe, au Japon, au Pakistan et en Australie. Elle a évalué l’AVC ischémique à début précoce chez des patients âgés de 18 à 59 ans.

Les chercheurs ont inclus les données de 16 927 patients ayant subi un AVC. Parmi eux, 5 825 ont eu un AVC avant l’âge de 60 ans, ce qui est défini comme une apparition précoce. Les résultats de l’étude d’association pangénomique ont également été examinés pour près de 600 000 personnes sans AVC.

Les résultats ont montré que deux variantes génétiques liées aux groupes sanguins A et O sont apparues comme fortement associées au risque d’AVC précoce.

Les chercheurs ont constaté que les effets protecteurs du type O étaient nettement plus marqués dans le cas de l’AVC précoce que dans celui de l’AVC tardif (odds ratio [OR], 0,88 contre 0,96, respectivement ; P = 0,001). De même, l’association entre le type A et l’augmentation du risque d’AVC précoce était significativement plus forte que celle observée dans le cas de l’AVC tardif (OR, 1,16 contre 1,05 ; P = 0,005).

En utilisant des scores de risque polygénique, les chercheurs ont également constaté que le risque génétique plus élevé de thromboembolie veineuse, une autre condition prothrombotique, était plus fortement associé à l’AVC précoce qu’à l’AVC tardif (P = 0,008).

Des études antérieures ont montré un lien entre le risque d’AVC et les variantes du gène ABO, qui détermine le groupe sanguin. La nouvelle analyse suggère que les variantes des gènes de type A et O représentent presque toutes celles qui sont génétiquement liées à un accident vasculaire cérébral précoce, notent les chercheurs.

Si les résultats indiquent que le groupe sanguin est un facteur de risque d’accident vasculaire cérébral chez les jeunes, le Dr Mitchell prévient que « pour l’instant, le groupe sanguin n’a pas d’implications pour les soins préventifs ».

« Le risque d’AVC lié au groupe sanguin est plus faible que les autres facteurs de risque que nous connaissons, comme le tabagisme et l’hypertension », a-t-il déclaré. « Je m’inquiéterais beaucoup plus de ces autres facteurs de risque, notamment parce qu’ils peuvent être modifiables. »

 
Le risque d’AVC lié au groupe sanguin est plus faible que les autres facteurs de risque que nous connaissons, comme le tabagisme et l’hypertension. Dr Braxton Mitchell
 

Il a noté que la prochaine étape de l’étude consiste à évaluer comment le groupe sanguin interagit avec d’autres facteurs de risque connus pour augmenter le risque d’AVC.

« Il existe peut-être un sous-ensemble de personnes qui, si elles sont du groupe sanguin A et présentent certains de ces autres facteurs de risque, courent un risque particulièrement élevé », a déclaré le Dr Mitchell.

Des recherches supplémentaires nécessaires sur les patients plus jeunes

Dans un éditorial d’accompagnant l'article, la Dre Jennifer Juhl Majersik, professeure associée de neurologie à l’Université de l’Utah, Salt Lake City, et le Dr Paul Lacaze, professeur associé et responsable du programme de génomique en santé publique à l’Université Monash, Australie, notent que l’étude comble une lacune dans la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, qui se concentre souvent sur les personnes âgées.

« Chez environ 40 % des personnes atteintes d’AVC précoce, ce dernier est cryptogénique, et il existe peu de données issues d’essais cliniques pour guider la sélection de stratégies préventives dans cette population, car les personnes atteintes d’un AVC précoce sont souvent exclues des essais », écrivent les Drs Majersik et Lacaze.

« Ce travail a permis d’approfondir notre compréhension de la pathophysiologie de l’AVC à début précoce », ajoutent-ils.

 
Ce travail a permis d’approfondir notre compréhension de la pathophysiologie de l’AVC à début précoce. Dr Braxton Mitchell
 

Les éditorialistes notent que les recherches futures peuvent s’appuyer sur les résultats de cette analyse, « dans le but d’une compréhension plus précise de la physiopathologie de l’AVC, menant à des traitements préventifs ciblés de l’AVC précoce et à une réduction du handicap au cours des années les plus productives des patients. »

Le Dr Mitchell s’est fait l’écho de l’appel à une plus grande inclusion des jeunes patients victimes d’un AVC dans les essais cliniques.

« Comme nous l’apprenons, l’AVC chez les personnes âgées n’est pas le même que chez les personnes plus jeunes », a-t-il déclaré. « Il y a de nombreux facteurs de risque partagés, mais il y en a aussi qui sont différents... il est donc vraiment nécessaire d’inclure les personnes plus jeunes. »

L’étude a été financée par le National Institutes of Health et le Department of Veterans Affairs. Les Drs Mitchell, Majersik et Lacaze n’ont signalé aucune relation financière pertinente.

 

Larticle a été publié initialement sur Medscape.com sous lintitulé Blood Type Linked to Higher Risk for Early Onset Stroke. Traduit par Mona El-Guechati.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....