Des verres à vin plus petits pourraient-ils réduire la consommation d’alcool ?

Dr Sheena Meredith

Auteurs et déclarations

6 septembre 2022

Cambridge, Royaume-Uni – Une nouvelle étude suggère que boire du vin dans des verres plus petits pourrait contribuer à réduire un peu la consommation globale. [1]

Publiée dans la revue Addiction, une équipe de l’Unité de recherche sur le comportement et la santé de l’Université de Cambridge a mené un essai contrôlé randomisé sur la taille des verres et des bouteilles dans 260 ménages britanniques recrutés parmi la population générale du Royaume-Uni par l’intermédiaire d’une agence de recherche.

Les sujets étaient tous adultes, la plupart étaient blancs et d’un statut socio-économique élevé, et chaque foyer buvait au moins deux bouteilles de vin de 75cl par semaine.

Il a été demandé aux foyers d’acheter une quantité prédéfinie de vin, soit en bouteilles de 75cl, soit en bouteilles de 37,5cl, pendant une période d’intervention de 14 jours, dans un ordre aléatoire, avec un croisement séparé par une période de « sobriété ».

Parallèlement, il leur a été demandé de boire le vin fourni par l’étude dans l’une des deux tailles de verre à vin, d’une capacité de 290ml ou de 350ml, tous deux de même conception et également randomisées quant à l’ordre.

Le volume de vin consommé à la fin de chaque période d’intervention de 14 jours a été mesuré à l’aide de photographies de bouteilles achetées, pesées sur des balances fournies.

Les résultats ont montré que les ménages consommaient environ 253ml (6,5 %) de vin en moins par quinzaine lorsqu’ils buvaient dans les petits verres plutôt que dans les grands.

Bien que les intervalles de confiance soient larges et que le résultat soit à peine significatif (P = 0,065), l’équipe a déclaré que l’impact de la taille du verre, seul et en combinaison avec la taille de la bouteille, allait dans le sens d’une diminution de la quantité d’alcool bu..

En outre, les résultats ont montré que le fait de boire le vin dans des bouteilles de 37,5cl réduisait la quantité de vin consommée d’environ 146ml (3,6 %) par quinzaine en moyenne, bien que cet effet soit plus incertain.

De plus grands verres augmentent le nombre de vins vendus dans les bars

Les résultats concordent avec les recherches précédentes de l’équipe, qui ont montré que l’utilisation de verres plus grands que la taille standard augmente le volume de vin vendu dans un restaurant local de 9,4 % au total – 8,2 % dans le restaurant lui-même et 14,4 % au niveau du bar.

Toutefois, dans cette étude, les résultats ne permettaient pas de savoir si des verres plus petits avaient l’effet inverse.

Les résultats sont comparables à ceux de diverses études suggérant que les gens ont tendance à manger davantage lorsqu’ils utilisent de la vaisselle plus grande – et qu’à l’inverse, les assiettes d’une plus petite taille faisant paraître les portions plus grandes qu’elles ne le sont peuvent réduire la consommation.

Bien que les études ne soient pas toutes concordantes, une analyse Cochrane de 86 comparaisons indépendantes issues de 58 études impliquant 6 603 participants a montré que les gens consomment systématiquement plus de nourriture et de boissons lorsqu’on leur propose des portions, de la vaisselle ou des emballages plus grands que lorsqu’on leur propose des versions plus petites (niveau de preuves modéré).

L’effet a été observé tant chez les adultes que chez les enfants et son ampleur suggère que, si des réductions durables de l’exposition à des portions plus grandes pouvaient être obtenues pour l’ensemble du régime alimentaire, cela pourrait réduire la consommation quotidienne moyenne de calories alimentaires de 144 à 228 kcal (8,5 % à 13,5 % par rapport à une base de référence de 1689 kcal) – ce qui serait clairement utile dans le contexte de l’épidémie actuelle d’obésité.

Un lien avec le surpoids et l’obésité

Les auteurs de la nouvelle étude n’ont pas évalué spécifiquement l’effet de la modification de la consommation de vin sur l’apport calorique. Toutefois, lorsqu’on leur a demandé si leurs recherches pouvaient avoir des implications pour le contrôle du poids, l’auteur principal, le Dr Eleni Mantzari, a déclaré à Medscape UK : « L’alcool est une source importante de calories et nous savons, grâce à des recherches antérieures, qu’il existe un lien entre l’apport calorique de l’alcool et le surpoids et l’obésité. Ainsi, toute réduction de la consommation d’alcool entraînera inévitablement une réduction des calories consommées à partir de l’alcool. Nous n’avons pas examiné les calories dans notre étude, mais nous avons constaté qu’environ 253ml de vin en moins étaient consommés par ménage par quinzaine avec des verres à vin plus petits. Si nous supposons que le nombre moyen de calories dans les vins achetés dans l’étude était de 79,7 pour 100ml, cela équivaut à environ 201,6 calories de moins consommées par quinzaine en utilisant des verres plus petits. »

Pour les auteurs de l’étude, le vin est l’alcool le plus communément bu en Europe, et il l’est en grande partie à la maison. « La taille des verres à vin en général a augmenté de façon spectaculaire au cours des trois dernières décennies », ont-ils ajouté. Si leurs résultats concernant les effets de la taille des verres à vin sur la consommation s’avéraient fiables, avec des effets maintenus dans le temps, « il se pourrait que la réduction de la taille des verres à vin utilisés dans les foyers contribue à une réduction de la consommation d’alcool ».

De nouvelles mesures sur la taille des verres ?

La réglementation sur la taille des verres dans les bars, les restaurants et les autres débits de boissons pourrait « contribuer à modifier les normes sociales relatives à ce qui constitue une taille de verre acceptable ». La tarification des verres en fonction de leur capacité pourrait accroître la demande de verres plus petits en général, ont-ils suggéré.

De même, si l’effet des bouteilles plus petites – en particulier celles d’une contenance de 37,5cl – était plus certain, réduire leur coût et les rendre plus accessibles serait une bonne chose, pour les chercheurs. 

Invité à commenter l’étude, Charles Spence, professeur de psychologie expérimentale à l’université d’Oxford et auteur de Gastrophysique : Une nouvelle science pour éclairer nos choix alimentaires, a déclaré à Medscape UK : « Les effets semblent très faibles, et de faible ampleur ».

Il a toutefois reconnu que « de manière générale, il semblerait que la [bouteille] de 750ml comme norme pour le vin ne soit pas idéale, surtout si l’on considère le nombre croissant de personnes vivant/mangeant seules. »

Néanmoins, il ne pense pas que les demi-bouteilles sont susceptibles de se répandre. « Même si la bouteille de vin de 375ml avait eu un effet spectaculaire sur la consommation, "il y aurait peu de chances d’inciter les établissements vinicoles à modifier complètement leurs chaînes d’embouteillage ».

Déception pour l’équipe de l’étude : alors qu’ils espéraient clairement que leur recherche pousserait à réduire la consommation d’alcool, le bar/restaurant où ils ont entrepris leur étude précédente aurait maintenant définitivement adopté des verres plus grands pour servir l’alcool...

Cet article a initialement été publié sur Medscape.co.uk sous l’intitulé Might Smaller Wine Glasses Reduce Drinking? , membre du réseau Medscape. Traduit par Mona El-Guechati

 

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....