Insuffisance cardiaque : 5 messages clés sur les inhibiteurs de SGLT2

Caroline Guignot

Auteurs et déclarations

23 août 2022

Quels enseignements tirer des grandes études menées sur les inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose 2 (iSGLT2) dans la prévention ou le ralentissement de l'insuffisance cardiaque ? [1]

1- Les iSGLT2 réduisent principalement les hospitalisations liées à l'insuffisance cardiaque plutôt que le risque de décès cardiovasculaire

Le traitement par iSGLT2 réduit d’environ un tiers le risque d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque selon les données de 12 essais cliniques ayant inclus un total de plus de 70 000 des patients atteints de diabète de type 2 à risque d’insuffisance cardiaque ou atteints d'insuffisance cardiaque (diabétiques ou non). Ce bénéfice pronostique est observé quelques semaines après l’initiation du traitement. Leur efficacité sur le risque de décès cardiovasculaire est modérée et n’est pas observée dans toutes les études. Ils doivent toutefois être considérés comme un traitement utile de l'insuffisance cardiaque, par leur capacité à prévenir son aggravation.

2- La mise en œuvre des iSGLT2 est plus facile que pour la plupart des autres médicaments destinés au traitement de l'insuffisance cardiaque

Ces médicaments ne nécessitent pas d’adaptation posologique lors de leur initiation (au contraire des inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone, des inhibiteurs de la néprilysine ou des β-bloquants) et présentent l’avantage d’être administrés une fois par jour (a contrario de la plupart des autres médicaments de l'insuffisance cardiaque).

3- Les iSGLT2 pourraient atténuer les risques associés aux autres médicaments pour l'insuffisance cardiaque

Les iSGLT2 atténueraient la rétention liquidienne parfois observée à l’initiation des β-bloquants et qui favorise transitoirement l’aggravation de l'insuffisance cardiaque. Ils atténueraient aussi la rétention potassique liée aux antagonistes des récepteurs minéralocorticoïdes et limiteraient le risque d'hyperkaliémie cliniquement importante.

4- Les iSGLT2 réduisent les événements liés à l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints insuffisants cardiaques indépendamment de la fraction d'éjection

L’association inhibition des récepteurs de l'angiotensine-néprilysine et les antagonistes des récepteurs minéralocorticoïdes n’ont pas une efficacité équivalente sur tout l’éventail de fractions d'éjection, tandis que les iSGLT2 semblent efficaces pour les sujets ayant une fraction d’éjection ≤60-65 % ou supérieure. Que la fraction d’éjection soit ou non réduite, le traitement par iSGLT2 offre une réduction des hospitalisations pour insuffisance cardiaque et prévient les complications rénales sévères.

5- Les iSGLT2 réduisent le risque d’évènements rénaux indésirables majeurs chez les patients insuffisants cardiaques à fraction d'éjection réduite

Comme les inhibiteurs de la néprilysine, les iSGLT2 réduisent le risque d’évènements rénaux majeurs chez les patients dont la fraction d'éjection est réduite (<60 %), limitant le déclin de la fonction rénale associée à l'insuffisance cardiaque. Leur initiation est généralement accompagnée d'une augmentation modeste du taux de créatininémie qui reflète leur effet sur la pression intraglomérulaire. Cet effet n'est cependant pas lié aux avantages à long terme de ces médicaments sur la fonction rénale

 

Cet article a initialement été publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....