Santé publique : rat d’égout ou surmulot ?

Serge Cannasse

29 juillet 2022

Paris, France – Les déclarations d’une élue du Parti Animaliste viennent de déclencher les foudres de l’Académie de médecine [1]. Douchka Markovic, conseillère de Paris propose en effet de reconnaître la place des rats comme « auxiliaires dans la gestion des déchets de la ville » et de renoncer à les éliminer et à les stigmatiser (en les renommant « surmulots ») au nom du « bien-être animal » [2].

L’Académie note en préalable de son communiqué « qu’avec un ratio de 1,5 à 1,75 rat par habitant, Paris et Marseille feraient partie des 10 villes les plus infestées au monde. » Elle signale que le seuil d’alerte est atteint lorsque ces rongeurs deviennent visibles le jour dans les espaces publics (rues, parcs, jardins).

Pour les Académiciens, le Ratus norvegicus, de son nom savant, est une menace pour la santé publique, essentiellement du fait des zoonoses qu’il provoque.

  • La puce du rat transmet la peste bubonique, le typhus murin et la bartonellose.

  • Le rat est le principal réservoir mondial de la leptospirose, par ses urines. La maladie touche essentiellement les égoutiers et les propriétaires des « nouveaux animaux de compagnie » (dont les rats domestiques).

  • Ses fèces peuvent contaminer œufs crus et ovoproduits par des salmonelles.

  • Sa morsure peut provoquer une septicémie mortelle à Streptobacillus moniliformis en l’absence d’antibiothérapie précoce.

  • Il héberge de très nombreuses bactéries pathogènes pour l’Homme : Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Mycobacterium bovis, Streptococcus pneumoniae, Campylobacter spp., Yersinia pseudotuberculosis et Clostridium difficile, ce qui en fait un agent important de l’antibiorésistance.

  • Il est à l’origine de plusieurs zoonoses virales : hantavirose, hépatite E, chorioméningite lymphocytaire. Il peut être porteur asymptomatique de cowpox et de monkeypox.

  • Il est impliqué dans certaines zoonoses parasitaires et mycotiques (trichinellose, toxoplasmose, capillariose, cryptosporidiose, teigne).

Aussi l’Académie recommande que chaque municipalité élabore un plan de propreté urbain pour supprimer les déchets alimentaires accessibles aux rongeurs (nettoyage de la voirie, des parcs et jardins, collecte des ordures ménagères), élabore et mette en œuvre des plans de dératisation, des captures de rats d’égout pour surveiller le portage d’agents pathogènes et la diffusion des connaissances sur les zoonoses auprès de la population. L’élue animaliste propose quant à elle de mener des études scientifiques pour déterminer si le nettoyage n’est pas plus efficace que « la traque des rats  ».

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Inscrivez-vous aux  newsletters  de Medscape :  sélectionnez vos choix

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....