Un nouveau site de la CNAM pour suivre les dépenses de santé par pathologies : focus sur 2020

Jacques Cofard

Auteurs et déclarations

11 juillet 2022

France  L'assurance maladie a lancé un nouveau site de visualisation des données de santé, Data pathologies, qui permet de prendre conscience, entre autres, de l'impact du Covid-19 sur les différents postes de dépenses de la sécurité sociale.

Quelles sont les pathologies dont les prévalences sont les plus importantes ? Quelle est leur évolution sur cinq ans ? Combien cela coûte-t-il à l'assurance maladie ? Pour répondre à ces questions de manière visuelle et ludique, l'assurance maladie vient de mettre en ligne un site de visualisation de données, Data pathologies, qui permet de saisir en un clin d'œil l'évolution des dépenses, de la prévalence, des effectifs de 57 pathologies, par territoire ou sur la France entière.

L'assurance maladie n'en n'est pas à son coup d'essai, en matière d'utilisation de ses data santé, puisqu'elle avait déjà, en juin 2021, lancé Data vaccin Covid, « une première en matière de data visualisation de nos données de suivi de la vaccination anti-Covid », comme l'a rappelé Thomas Fatôme, directeur général de l'assurance maladie, lors de la présentation de Data pathologies.

Il ajoute que l'assurance maladie est par ailleurs membre du Health data hub, lequel doit « permettre de construire des entrepôts de données de santé et favoriser l'accès à ces données pour le plus grand nombre ».

Les données de Data pathologies portent l'année 2020 avec un recul sur cinq ans, pour juger de l'évolution des 57 pathologies étudiées sur le territoire français. Une année atypique qui correspond avec le début de la pandémie et les mesures exceptionnelles prises pour contrer cette pandémie mondiale : confinements, port du masque, vaccination massive, etc. Quelles ont été les conséquences de ces décisions sur la consommation de soins et médicaments ? C'est ce à quoi peut répondre Data pathologies.

200 000  patients atteints du Cov id -19 en 2020

Première atypie : l'apparition de patients, au nombre de 200 000, pris en charge pour un traitement contre le Covid-19 en hospitalisation complète. Sur l'ensemble de l'année 2020, la prise en charge de ces patients aura occasionné une dépense exceptionnelle de 1,56 milliards d'euros. À titre de comparaison, la dépense globale de l'assurance maladie en 2020 aura été de 168 milliards d'euros.

Au-delà de la prise en charge de ces patients, le Covid-19 aura également eu un impact sur d'autres pathologies ; les embolies pulmonaires sont en nette hausse en 2020 de +7 %, « soit environ 3 000 patients supplémentaires et une hausse de 3 % des dépenses globales ».

A contrario, les dépenses occasionnées par la prise en charge de malades respiratoires chroniques sont en baisse : on constate une baisse de 51 000 patients par rapport à 2019 pour ce type de pathologies. « Cette évolution peut être envisagée comme la conséquence, potentiellement bénéfique, des mesures de lutte contre le Covid-19 [...] mais elle pourrait aussi être la conséquence d'un moindre repérage des patients et d'une moins bonne prise en charge ».

Une progression moins rapide des cancers et des maladies cardioneurovasculaires…

Les reports de prise en charge mais aussi les retards de dépistage et de diagnostic, dus aux mesures de confinement et à la primauté donnée aux patients de Covid-19, ont aussi eu pour conséquence une progression moins rapide des cas de maladies cardioneurovasculaires, ou encore des cas de cancers : +72 747 nouveaux cas pour les maladies cardioneurovasculaires en 2020 contre 111 256 cas en 2019, et +23 737 cas de cancer en 2020 contre 70 007 cas en 2019.

Les hospitalisations ponctuelles sont également en net recul en 2020, et représentent 4 milliards de moins, soit une baisse de 12 % des patients par rapport à l'année précédente. Ce sont surtout, parmi ces hospitalisations ponctuelles, les endoscopies digestives et la chirurgie orthopédique qui accusent le coup.

… mais une hausse des dépenses pour les traitements psychotropes

En revanche, les dépenses affectées pour une prise en charge de traitements psychotropes ont augmenté de +6,2 % en 2020, contre +1,3 % les années précédentes. « Cette augmentation résulte du recours accru aux anxiolytiques et dans une moindre mesure aux hypnotiques pendant et autour des périodes de confinement. »

Le poids des dépenses  pour les maladies chroniques

Au-delà de cet aspect conjoncturel, les pathologies et traitements chroniques représentent 62 % de la dépense, soit environ 104 milliards d'euros, et la prise en charge la plus importante « tant en nombre de patients qu'en termes de dépenses englobant les hospitalisations ponctuelles, soit 33,4 milliards d'euros. La santé mentale n'est pas non plus à négliger puisque ce poste de dépense représente 23,3 milliards d'euros, tandis que la prise en charge des cancers atteint 21,2 milliards d’euros en 2020. Le poste « maladies cardioneurovasculaires » représente 17,8 milliards d'euros.

Évolution sur cinq ans

En termes d'évolution des dépenses sur cinq ans, quelles sont les éléments que nous apporte Data pathologies ? « La cartographie témoigne d'évolutions profondes de l'organisation des soins, comme le virage ambulatoire de certaines prises en charge. Ce virage se traduit par la progression des dépenses en ville et la baisse de la part de l'hôpital, à mesure que les prises en charge basculent en médecine de ville, ou sur des modes d'hospitalisation de jour, y compris pour des pathologies lourdes. »

Le coût de certains traitements a aussi augmenté de manière drastique : « c'est le cas notamment pour les cancers du poumon actifs, dont la dépense de médicaments délivrés en ville est passée de 2 868 euros à 4 069 euros en moyenne par patient entre 2015 et 2020 ».

A contrario, la dépense se rapportant aux traitements des maladies du foie et du pancréas en raison de l'effet de la régulation des prix des médicaments antiviraux à action directe pour le VHC, a baissé de 1,185 milliards d'euros en 2015 à 491 millions d'euros en 2020, soit une baisse de 58,6 % en cinq ans.

 

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....