Peste noire : l'origine de la pandémie se situerait en Asie centrale

Dr Thomas Kron

1er juillet 2022

Berlin, Allemagne – La peste noire, qui a engendré la plus grande pandémie de l'histoire de l'humanité, trouverait son origine en Asie centrale, d’après les analyses d'anciens génomes de Yersinia pestis effectuées par une équipe de scientifiques, dont des chercheurs de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire de Leipzig, de l'université de Tübingen et de l'université de Stirling (Royaume-Uni) [1].

20 à 25 millions de morts

En 1347, la peste est arrivée pour la première fois dans le bassin méditerranéen par le biais de navires marchands en provenance de la mer Noire et de zones de peuplement de la Horde d'or (un ancien empire turco-mongol). La bactérie s'est rapidement propagée à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Selon les estimations des historiens, environ 20 à 25 millions de personnes (environ un tiers de la population européenne de l'époque) ont perdu la vie au cours d'une seule grande épidémie, connue également sous le nom de « mort noire ». Pour l’historien norvégien Ole Benedictow, elle aurait même frappé environ 60 % de la population européenne, soit 50 millions d'habitants sur 80.

Les analyses actuelles montrent cependant que toutes les régions d'Europe n'en ont pas souffert de la même manière [2]. Ainsi, l'historien de la médecine Manfred Vasold estime à environ 10% de la population le nombre de décès dus à l'épidémie en Allemagne [3].

L'écrivain italien Giovanni Boccaccio, témoin de la pandémie entre 1347 et 1353, a décrit de manière impressionnante ce qu'il a vécu dans son recueil de nouvelles Decamerone : « Ainsi, quiconque se serait promené en ville – surtout le matin – aurait pu voir d'innombrables cadavres. On faisait alors venir des civières ou, à défaut, on déposait les morts sur une simple planche. Il arrivait aussi que sur une civière on en emporte deux ou trois, et on aurait pu compter non pas une fois mais de nombreuses fois où la même civière portait les corps du mari et de la femme, ou de deux ou trois frères, ou du père et de son enfant. »

Cette première vague a conduit à une deuxième pandémie qui a duré 500 ans, se poursuivant jusqu'au début du 19ème siècle. Les origines de cette deuxième pandémie font depuis longtemps l'objet de débats chez les spécialistes. D’après l'une des théories les plus populaires, elle pourrait avoir pris naissance en Asie de l'Est, et plus particulièrement en Chine.

Cette théorie est cependant contredite par des découvertes archéologiques d'Asie centrale, provenant d'une région proche du lac Issyk Kul, dans l'actuel Kirghizstan, sur les contreforts des monts Tian Shan. Elles témoignent d'une épidémie de peste au sein d'une communauté commerciale locale en 1338 et 1339. Des fouilles menées il y a près de 140 ans ont permis de découvrir des pierres tombales dont les inscriptions indiquent que ces personnes ont été victimes d'une épidémie ou d'une « peste » inconnue. Depuis leur découverte, les pierres tombales inscrites en syriaque-araméen ont suscité la controverse dans les milieux spécialisés quant à leur signification pour la mort noire en Europe.

Une équipe de recherche internationale a analysé l'ADN ancien des restes humains et évalué les données historiques et archéologiques de deux sites où des témoins de la « peste » ont été découverts. Les premiers résultats étaient déjà encourageants : les chercheurs ont ainsi réussi à mettre en évidence de l'ADN de Yersinia pestis chez des personnes dont l'inscription sur la pierre tombale indique qu'elles sont mortes en 1338.

 

« Nous avons enfin pu prouver que l'épidémie mentionnée sur les pierres tombales était bien causée par la peste », affirme Phil Slavin, l'un des principaux auteurs de l'étude et historien à l'université de Sterling.

La souche d'origine de la mort noire identifiée

Jusqu'à présent, l'apparition de la mort noire a été associée à une diversification massive des souches de peste, ce que l'on appelle un « big bang de la diversité de la peste ». La date de cet événement n'a toutefois pas pu être déterminée avec précision – on la situait jusqu'à présent entre le 10ème et le 14ème siècle. Les chercheurs ont assemblé d'anciens génomes complets de la peste provenant des sites trouvés au Kirghizstan, examinant ensuite comment ils pourraient être liés à ce « big bang ».

« Nous avons découvert que les anciennes tribus du Kirghizistan se trouvaient exactement au point nodal de cet événement de diversification massive. Nous avons donc effectivement réussi à déterminer la souche d'origine de la mort noire et la date exacte de son apparition, qui était l'année 1338 », explique Maria Spyrou, première auteure de l’article publié par Nature et chercheuse à l'université de Tübingen [1].

Mais d'où vient cette souche ? S'est-elle développée localement ou a-t-elle été introduite dans la région avant de se propager ? La peste n'est pas une maladie d'origine humaine : Yersinia pestis survit dans les populations de rongeurs sauvages du monde entier, qui en constituent donc les réservoirs. L'ancienne souche d'Asie centrale à l'origine de l'épidémie 1338-1339 au lac Issyk Kul doit donc provenir d'un tel réservoir.

« Nous trouvons aujourd'hui des souches modernes, les plus proches de l'ancienne souche, dans des réservoirs de peste autour des montagnes Tian Shan, donc tout près de l'endroit où l’ancienne souche a été découverte. L'ancêtre de la mort noire semble donc être apparu en Asie centrale », conclut Johannes Krause, auteur principal de l'étude et directeur de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire.

 

Cet article a été publié initialement sur Univadis.de et intitulé Der Schwarze Tod: Der Ursprung der Pest-Pandemie liegt offenbar in Zentralasien . Traduction/adaptation du Dr Claude Leroy.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....