La variole du singe : pas une urgence de santé publique mondiale à ce stade, selon l’OMS

Carolyn Crist

Auteurs et déclarations

30 juin 2022

Genève, Suisse L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré samedi que l'épidémie croissante de variole du singe dans 50 pays devait être surveillée de près mais ne justifiait pas encore la déclaration d'une urgence de santé publique mondiale.

Un comité d'urgence de l'OMS a déclaré qu'une grande partie de l'épidémie était « inhabituelle » et a noté que la variole du singe a été négligée pendant des années dans les pays africains où elle reste endémique.

« Bien que quelques membres aient exprimé des points de vue divergents, le comité a décidé par consensus d'informer le directeur général de l'OMS qu'à ce stade, il convient de déterminer que la flambée ne constitue pas une urgence mondiale », a déclaré l'OMS dans un communiqué.

Plus de 3200 cas dans le monde ont été signalés à l'OMS depuis le début du mois de mai. Les États-Unis ont détecté 201 cas, selon les dernières données du CDC, dont 51 en Californie, 35 à New York et 26 dans l'Illinois.

Au 28 juin 2022 à 14h00 en France, 440 cas ont été confirmés : 312 en Ile-de-France, 30 en Occitanie, 29 en Auvergne-Rhône-Alpes, 21 en Nouvelle Aquitaine, 16 en Provence-Alpes-Côte d'Aur, 16 dans les Hauts-de-France, 7 en Normandie, 3 en Bretagne, 3 Grand-Est, 1 en Centre-Val-de-Loire, 1 en Bourgogne-Franche-Comté, et 1 en Pays-de-la-Loire.

Un décès chez une personne immunodéprimée

Le virus se propage dans de nombreux pays qui n'avaient pas encore signalé de cas de monkeypox, dont 80 % dans les pays de la région européenne de l'OMS. La plupart des cas confirmés concernent des hommes, en particulier des homosexuels, des bisexuels et d'autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. La plupart des cas se sont produits dans des zones urbaines au sein de réseaux sociaux et sexuels, a déclaré le comité.

Les signes de la maladie ne sont pas typiques, selon le comité, avec quelques lésions dans les zones génitales, anales ou orales qui ne se propagent pas, ainsi qu'une éruption cutanée qui apparaît avant d'autres symptômes tels que la fièvre, la fatigue et le gonflement des ganglions lymphatiques. Il y a eu quelques hospitalisations et un décès chez une personne immunodéprimée.

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une « urgence mondiale », le comité de l'OMS a reconnu la « nature urgente » de l'épidémie et a déclaré que le contrôle de la propagation nécessitait « des efforts de réponse intenses ». Le comité a déclaré que la flambée devait être « étroitement surveillée et réexaminée après quelques semaines », mais qu'il pourrait recommander une réévaluation dans les 21 jours si les cas se propagent plus rapidement, s'aggravent ou touchent d'autres groupes tels que les travailleurs du sexe, les personnes vivant avec le VIH, les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes ou les enfants.

Pas d’urgence mondiale mais une inquiétude croissante

« Je suis profondément préoccupé par la propagation de la variole du singe », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Ph.D., directeur général de l'OMS, dans un communiqué distinct accompagnant les recommandations du comité.

M. Tedros a convoqué la réunion du comité d'urgence la semaine dernière, car il s'inquiétait de l'augmentation des cas dans de nombreux pays qui n'avaient pas encore signalé la maladie. Samedi, il a déclaré qu'il était d'accord avec l'évaluation du comité, mais a ajouté que le fait que le comité se soit réuni en premier lieu « reflète l'inquiétude croissante » concernant la propagation internationale du virus.

« Ce qui rend l'épidémie actuelle particulièrement préoccupante, c'est sa propagation rapide et continue dans de nouveaux pays et de nouvelles régions, ainsi que le risque de transmission supplémentaire et soutenue dans les populations vulnérables, notamment les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les enfants », a-t-il déclaré.

M. Tedros a recommandé aux pays d’augmenter leurs efforts pour rechercher et diagnostiquer la variole du singe, et de communiquer à l'échelle communautaire sur les mesures de santé publique telles que la recherche des contacts et l'isolement, ainsi que les traitements et les vaccins si nécessaire.

« Il faut que nous soyons collectivement attentifs et que nous agissions de manière coordonnée dès maintenant pour stopper la propagation du virus de la variole du singe », a-t-il déclaré.

Partager les vaccins contre la variole du singe

Selon la définition de l'OMS, déclarer une urgence de santé publique mondiale signifie qu'il s'agit d'un « événement extraordinaire » présentant un risque élevé de propagation transfrontalière et nécessitant une réponse gérée à l'échelle mondiale, rapporte l'Associated Press. L'OMS a déjà déclaré des urgences mondiales pour la pandémie de Covid-19, le virus Ebola au Congo et en Afrique de l'Ouest, le virus Zika au Brésil et la lutte contre la polio dans le monde.

Les scientifiques ont averti que toute personne en contact physique étroit avec une personne infectée par le virus de la variole du singe risque de contracter la maladie, selon l'AP. Dans les pays où le virus est endémique, les personnes sont infectées après avoir manipulé des animaux sauvages tels que des rongeurs ou des primates. Depuis le début de l'année, environ 1 500 cas et 70 décès ont été signalés au Congo, au Cameroun et en République centrafricaine.

Selon l'AP, les chercheurs n'ont pas trouvé de mutations dans le virus de la variole du singe qui indiqueraient qu'il est devenu plus transmissible ou plus mortel, mais le nombre de modifications du virus montre qu'il s'est probablement propagé sans être détecté pendant des années.

L'OMS est en train de créer un moyen de partager les vaccins contre la variole du singe, ce qui pourrait permettre d'envoyer des vaccins dans des pays comme la Grande-Bretagne, qui connaît la plus grande épidémie en dehors de l'Afrique, selon l'AP.

 

L’article a été publié initialement sur Medscape.fr sous l’intitulé Monkeypox Not a Global Emergency Yet, WHO Says. Traduit par Stéphanie Lavaud.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....