Une immunothérapie orale bientôt standardisée dans l’allergie à l’arachide

Nathalie Raffier

Auteurs et déclarations

24 juin 2022

Dr Stéphanie Lejeune

Lille, France – Alors que la prévalence de l’allergie à l’arachide ne cesse d’augmenter, de nouvelles modalités thérapeutiques font leur entrée avec l’immunothérapie orale standardisée à base d’arachis hypogaea . Permettra-t-elle de mieux contrôler cette allergie sévère ? Le point avec la Dr Stéphanie Lejeune, pneumo-allergologue pédiatrique (CHRU de Lille) interrogée lors du congrès des Sociétés françaises de pédiatrie (Lille, 1- 3 juin) [1].

Induire une tolérance à l’arachide

Jusqu’en 2009, le traitement de l’allergie à l’arachide reposait sur l’éviction totale. Depuis une douzaine d’années, la prise en charge de ces enfants a évolué grâce à l’immunothérapie orale (ITO) la plus fréquente et sous-cutanée, plutôt employée dans les essais thérapeutiques. Points communs aux différents protocoles, un test de provocation oral (TPO) initial confirme l’allergie et détermine la dose réactogène de l’enfant, autorisant une phase d’escalade de doses, suivi d’une période de maintenance pendant quelques mois voire plusieurs années avant un TPO pour évaluer la dose réactogène après ITO [2].

« Les données des essais ont confirmé qu’il est ainsi possible d’induire une tolérance à l’arachide grâce à l’immunothérapie orale, indique le Dr Lejeune [3], avec une augmentation du seuil réactogène voire l’absence de réaction au TPO dans des proportions variables selon les études, globalement dans environ 2/3 des cas, ou encore la disparition des marqueurs de sensibilisation à la fois cutanés et biologiques, y compris à l’arrêt de l’ITO (absence de réaction prolongée). Tout en exposant bien entendu à un risque d’anaphylaxie, presque triplé ».

La nouveauté est l’arrivée imminente en France d’un médicament constitué de poudre de graines d’arachis hypogaea (Palforzia®)[4]. Disponible depuis janvier 2020 aux Etats-Unis, il a obtenu une AMM européenne fin 2021 et un avis favorable de la HAS début 2022, pour une AMM française qui sera limitée aux 4-17 ans (remboursée à 65 %).

Le protocole d’induction de tolérance comprend des changements de paliers de doses tous les 15 jours encadrés en milieu hospitalier et une prise quotidienne au domicile. « L’intérêt de cette molécule est d’imposer un protocole standard, là où les centres ont l’habitude de suivre le leur avec des produits « maison ». Utiliser ce nouveau médicament sera un gage de sécurité », estime Stéphanie Lejeune.

 
Utiliser ce nouveau médicament sera un gage de sécurité. Dr Stéphanie Lejeune
 

A la problématique du prix de ce médicament et la remise en question des habitudes des centres, Stéphanie Lejeune oppose un argument issu de sa pratique : « Nous essayons d’inculquer à l’enfant et à ses parents que l’immunothérapie orale est bien un médicament et que l’observance est primordiale. Les convaincre sera plus facile avec un médicament qu’avec un produit « maison », un biscuit apéritif à l’arachide ou un M&M’s ! Le médicament va faire prendre conscience que l’allergie à l’arachide est grave puisqu’on la traite avec un médicament et non plus avec un bonbon ou un biscuit. Quant au dégoût lié à la prise d’aliment à l’arachide quotidiennement sur des mois voire des années, on peut espérer qu’il sera moindre. »

 
Le médicament va faire prendre conscience que l’allergie à l’arachide est grave puisqu’on la traite avec un médicament et non plus avec un bonbon ou un biscuit. Dr Stéphanie Lejeune
 

 

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie sur Twitter.

Recevez nos newsletters spécialisées.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....