Dans l’Actu : la grippe aviaire

Ryan Syrek

Auteurs et déclarations

13 mai 2022

 

Alors qu’un premier cas de grippe aviaire H5 chez l'homme a été déclaré aux États-Unis, des données sur la propagation et la persistance de la maladie chez les oiseaux et le risque éventuel de pandémie lié à des varients incitent les experts à surveiller attentivement l’évolution de cette pathologie. L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) avait averti début 2022 que la vague actuelle de grippe aviaire présentait un risque accru de propagation à l'homme en raison du nombre élevé de variants.

Premier cas humain de grippe H5N1 aux États-Unis

Fin avril, un détenu d'une prison d'État qui travaillait dans une ferme avicole commerciale du Colorado a été testé positif à la grippe aviaire A(H5) (voir infographie). L'homme aidait à abattre des volailles qui avaient probablement la grippe aviaire H5N1. Les CDC ont déclaré que cela ne modifiait pas le risque de grippe aviaire pour le grand public, qui est considéré comme faible. Cependant, ils ont réitéré que les personnes qui travaillent avec des oiseaux/volailles devraient continuer à prendre des mesures de sécurité, comme porter des gants lors de la manipulation et éviter le contact avec des animaux qui paraissent morts ou malades. Le gouvernement fédéral affirme que le virus H5N1 a été trouvé chez des oiseaux commerciaux et de basse-cour dans 29 États américains et chez des oiseaux sauvages dans 34 États depuis que les premiers cas ont été détectés fin 2021. Sur 2500 personnes exposées à des oiseaux infectés par le H5N1, seul un cas d'infection humaine a été confirmée.

Des volailles sous surveillance partout dans le monde

En avril, la Chine avait enregistré la première infection humaine connue par la souche H3N8 de la grippe aviaire. Un garçon de 4 ans a été infecté par le virus après avoir développé de la fièvre et d'autres symptômes. Aucun contact proche n'a été infecté. L'an dernier, la Chine avait signalé le premier cas humain de H10N3. De nombreuses souches différentes de grippe aviaire sont présentes en Chine, certaines infectant sporadiquement les personnes, généralement celles qui travaillent avec de la volaille.

Partout dans le monde, les volailles sont désormais sous surveillance. Les poules pondeuses ne peuvent plus se déplacer aussi librement, les agriculteurs gardant temporairement les animaux à l'intérieur pendant les épidémies mortelles de grippe aviaire. En France, le gouvernement oblige les agriculteurs à garder les poulets à l'intérieur depuis novembre. Aux États-Unis, la grippe aviaire s'est propagée aux pygargues à tête blanche. Plus de 30 de ces rapaces sont morts dans une douzaine d'États, selon le département américain de l'Agriculture.

Il s'agit de la pire épidémie de grippe aviaire depuis 2015.

Un vaccin en phase 3

Un vaccin contre la grippe nouvellement développé contre le sous-type H5N1 du virus de la grippe aviaire s'est avéré hautement immunogène chez les adultes jeunes et les sujets âgés. Dans une étude multicentrique randomisée de phase 3, le vaccin expérimental a provoqué une augmentation des titres sériques d'inhibition de l'hémagglutination chez les patients. L'étude a stratifié 3196 participants en deux groupes d'âge : ceux âgés de 18 à 64 ans et ceux âgés de 65 ans ou plus. Chaque individu a reçu soit deux doses de vaccin, soit un placebo, à 3 semaines d'intervalle à J1 et J22. La réponse était plus forte chez les jeunes vaccinés. Au 43e jour, près de 80 % des participants âgés de 18 à 64 ans et 54 % de ceux âgés de 65 ans ou plus avaient une séroconversion et répondaient aux critères d'âge appropriés pour les taux de séroconversion.

Suivez Medscape en français sur  Twitter .

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....