Médicaments de la dysfonction érectile et maladies cardiaques : que disent les données danoises ?

Morgane Alter

Auteurs et déclarations

3 mai 2022

Londres, Royaume-Uni -- L'utilisation concomitante de dérivés nitrés et d'inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5) est contre-indiquée. Néanmoins, avoir une vie sexuelle épanouie reste important chez les hommes souffrant de problèmes cardiaques. La preuve en est le fait que la prescription de médicaments contre la dysfonction érectile a été multipliée par 20, chez les patients souffrant de maladies cardiaques ischémiques et traités par dérivés nitrés, entre 2000 et 2018 au Danemark, comme le montre une étude publiée dans les Annals of Internal Medicine[1].

Les dérivés nitrés soulagent les douleurs thoraciques et préviennent les crises cardiaques en provoquant une relaxation et un élargissement des vaisseaux sanguins, ce qui améliore le flux sanguin et permet au sang riche en oxygène d'atteindre le muscle cardiaque. Les médicaments contre la dysfonction érectile comme le sildenafil, produisent le même effet, même si leur mode d'action est totalement différent. L'inquiétude réside dans le fait que la prise simultanée des deux médicaments pourrait faire chuter la tension artérielle d'une personne à des niveaux dangereusement bas.

Étant donné que les hommes se font prescrire les deux médicaments, le Dr Anders Holt du département de cardiologie de l'Université de Copenhague, et ses collègues, ont initié une étude cas-croisé, pour évaluer si ces hommes se mettent en danger.

Les chercheurs ont rassemblé les dossiers médicaux de 249 541 hommes danois atteints de maladies cardiaques, et ont évalué les données de 42 000 hommes qui ont également reçu des prescriptions de dérivés nitrés entre 2000 et 2018. Deux résultats composites ont été mesurés : le premier critère composite incluait un arrêt cardiaque, un choc, un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral ischémique ou un syndrome coronarien aigu, et le deuxième critère composite incluait une syncope, une angine de poitrine ou un événement indésirable lié au médicament.

Au cours de cette période, le taux de prescription d'inhibiteurs de la PDE5 chez les patients souffrant de maladies cardiaques ischémiques qui prenaient des dérivés nitrés est passé en moyenne de 0,9 ordonnance (IC à 95% ; 0,5 à 1,2 ordonnances) pour 100 personnes par an en 2000 à 19,5 ordonnances (IC à 95% ; 18,0 à 21,1 ordonnances) en 2018.

Aucune association statistiquement significative n'a été trouvée entre la prescription concomitante de dérivés nitrés avec des inhibiteurs de la PDE5, et le risque pour l'un ou l'autre des résultats composites (odds ratio [OR] : 0,58 pour le premier résultat [IC, 0.28 to 1.13], et OR : 0,73 pour le second résultat [IC, 0.40 to 1.32]).

Selon les chercheurs, l'absence d'association statistiquement significative entre l'utilisation concomitante de ces médicaments et les événements cardiovasculaires indésirables pourrait s'expliquer par le fait que les hommes ne prennent pas les deux médicaments en même temps. Les nitrates sont généralement pris le matin et les médicaments contre les troubles de l'érection, le soir, de sorte que les deux médicaments n'atteignent pas leur pic en même temps.

Même si ces données sont rassurantes, il faut recommander la prudence car une interaction médicamenteuse reste possible.

Financements : Ib Mogens Kristiansens Almene Fond and Helsefonden.

 

Cet article a été initialement publié sur MediQuality.net, membre du réseau Medscape.

Suivez Medscape en français sur Twitter.

Suivez theheart.org |Medscape Cardiologie sur Twitter.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....