Coqueluche : protéger les nouveau-nés en vaccinant toutes les femmes enceintes

Fanny Le Brun

27 avril 2022

France— La Haute Autorité de santé (HAS) recommande désormais de vacciner toutes les femmes enceintes contre la coqueluche afin de protéger les nouveau-nés. Cette recommandation est intégrée dans le calendrier vaccinal de 2022[1].

Pourquoi est-ce important ?

La coqueluche peut être particulièrement grave chez les nourrissons : plus de 90 % des décès liés à cette infection surviennent chez les nouveau-nés et les enfants de moins de six mois. Entre 2013 et 2021, 993 cas de coqueluche ont nécessité une hospitalisation chez les enfants de moins de 12 mois, dont 604 chez les moins de trois mois.

La vaccination contre la coqueluche n’est indiquée qu’à partir de l’âge de deux mois et procure une protection qui reste partielle jusqu’à l’âge de trois mois, ce qui laisse une fenêtre de contamination possible durant les premières semaines de vie de l’enfant. La vaccination des femmes enceintes permet de protéger le nourrisson dans ses premiers mois de vie grâce au passage transplacentaire des anticorps anticoquelucheux de la mère. Pour la suite, le calendrier vaccinal des nourrissons doit être suivi conformément aux recommandations, que la mère ait été vaccinée ou non pendant la grossesse.

Quand vacciner la femme enceinte ?

La HAS recommande de vacciner toute femme enceinte à partir du deuxième trimestre de grossesse, de préférence entre les semaines d'aménorrhée 20 et 36, avec les vaccins non-vivants tétravalents disponibles à ce jour en France.

Si la vaccination n’a pas été faite pendant la grossesse ou a été faite moins d’un mois avant l’accouchement, la stratégie de cocooning reste recommandée. Elle consiste à vacciner la mère du nouveau-né le plus rapidement possible après la naissance, de préférence avant la sortie de la maternité, même si elle allaite, ainsi que l'entourage du bébé, à la naissance ou avant (parents, fratrie, grands-parents et toutes autres personnes susceptibles d’être en contact étroit et durable avec le nourrisson au cours des six premiers mois de sa vie).

La HAS précise qu’il est nécessaire de vacciner la femme à chacune de ses grossesses car en cas de vaccination antérieure, la concentration des anticorps maternels est insuffisante pour assurer une protection passive des nourrissons.

On peut noter que d’après les données disponibles, cette vaccination présente un bon profil de tolérance chez la femme enceinte, le fœtus ou le nouveau-né.

Qui peut vacciner ?

La HAS a récemment recommandé l’extension des compétences vaccinales aux infirmiers, pharmaciens et sage-femmes pour les vaccins contre la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la grippe. Cela va permettre à un plus grand nombre de professionnels de santé de vacciner les femmes enceintes et profiter ainsi du suivi de leur grossesse pour les atteindre.

On peut noter que la vaccination contre la coqueluche de la femme enceinte peut être effectuée en même temps que la vaccination contre la grippe saisonnière et la COVID-19. 

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....