Le séquençage à partir du sang menstruel est efficace pour dépister le HPV

Reuters

4 mars 2022

Chine (Reuters) — Une étude clinique suggère que le dépistage du virus du papillome humain (HPV) chez les personnes à haut risque peut être effectué de manière efficace et non invasive à l'aide d'un test faisant appel à un séquençage ciblé sur un échantillon de sang menstruel [1].

Sang menstruel

Les chercheurs ont collecté 137 serviettes hygiéniques contenant le sang menstruel de 120 femmes chez qui un HPV à haut risque avait déjà été détecté par une méthode traditionnelle, le test GenoArray pour le HPV cervical. Les chercheurs ont réalisé un séquençage ciblé sur les échantillons de sang menstruel afin d'identifier les génotypes de HPV à haut risque et de voir si ces résultats concordaient avec ceux du test GenoArray pour le HPV cervical.

Dans l'ensemble, le taux de concordance entre le séquençage des échantillons de sang menstruel et le test GenoArray pour le HPV cervical était de 92,7%, rapportent les auteurs dans JAMA Network Open.

Ces résultats suggèrent que les serviettes hygiéniques contenant du sang menstruel pourraient être une méthode alternative, réalisable et précise, pour le dépistage du HPV, écrit l'équipe de l'étude. Les auteurs principaux de l'étude, le Dr Chen Cao du Tongji Medical College et de la Huazhong University of Science and Technology, à Wuhan, et le Dr Zheng Hu du First Affiliated Hospital et de la Sun Yat-sen University à Guangzhou, en Chine, n'ont pas répondu à la demande de commentaires.

Vingt-quatre échantillons de sang menstruel présentaient une concordance incomplète ou des résultats discordants par rapport aux échantillons de tissu cervical. Il s'agissait de 11 échantillons qui présentaient d'autres génotypes HPV à haut risque, de 5 échantillons réellement négatifs et de 2 échantillons dont les génotypes de HPV à haut risque avaient été correctement identifiés par le dépistage ciblé.

Lorsque les chercheurs ont examiné les résultats en fonction du jour du cycle menstruel au cours duquel l'échantillon de sang avait été prélevé, ils ont constaté que la détection du HPV à haut risque était similaire quel que soit le jour du cycle.

Le taux de positivité du HPV à haut risque dans le sang menstruel était de 96,4% le premier jour du cycle menstruel, de 91,2% le deuxième jour du cycle menstruel et de 96,4% le troisième jour du cycle menstruel. Les quatre échantillons du quatrième jour du cycle menstruel étaient également positifs.

En outre, la sensibilité du dépistage du HPV à haut risque basé sur le séquençage d'échantillons de sang menstruel était de 97,7%.

« Avec la facilité évidente de cette méthode, le séquençage de capture du HPV à haut risque dans le sang menstruel peut être associé à une diminution de la stigmatisation de l'examen gynécologique et à une participation accrue au dépistage du cancer du col de l'utérus », écrit l'équipe de chercheurs.

Meilleure performance d’identification des génotypes d’HPV

L'analyse du sang menstruel a également permis de mieux détecter d'autres infections à HPV à haut risque et des infections à génotypes multiples de HPV à haut risque comparativement à l'analyse des échantillons cervicaux. L’étude a montré que cette méthode est associée à une meilleure performance d’identification des génotypes d’HPV.

Les points faibles de l'étude sont le petit nombre de patientes et le fait que les échantillons de sang menstruel ne peuvent être prélevés que pendant la période menstruelle, ce qui n'est pas toujours optimal, indiquent les chercheurs.

De plus, l'étude n'a été menée que chez des femmes présentant un HPV à haut risque. Par conséquent, les résultats ne peuvent pas être extrapolés à la population générale.

Cet article a été initialement publié sur Mediquality.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....