POINT DE VUE

Etude Nutrinet : ne pas caricaturer les messages de prévention

Dr Manuel Rodrigues

Auteurs et déclarations

19 mai 2022

Transcription-- Bonjour et bienvenue sur le site de Medscape. Je suis le Dr Manuel Rodrigues et je suis oncologue médicale à L’Institut Curie, à Paris. Je vais vous parler aujourd’hui d’une étude d’épidémiologie – une étude qui pose la question des facteurs de risque de cancer. Cette étude repose sur la cohorte Nutrinet, une cohorte très importante, française, qui suit plus de 100 000 personnes depuis la fin des années 2000. Elle les suit sur leur comportement alimentaire, sur leurs pratiques sportives, mais aussi, surtout, sur l’incidence, l’apparition de nouvelles maladies durant le suivi.

L’idée de cette étude a été de regarder s’il y avait un lien entre la consommation d’édulcorants artificiels – l’aspartame, l’acésulfame K – et le risque de cancer. Et dans cette étude, ils retrouvent une augmentation du risque de cancer quand il y avait une consommation de ces édulcorants.

Vous allez me dire « il y a tout de suite un biais » – ce n’est pas une étude randomisée, on n’a pas pris un groupe à qui on a donné les édulcorants et un groupe à qui on n’en donnait pas. Dans la vie de tous les jours, il y a une certaine partie de la population qui en consomme – environ 1/3 – et une partie qui n’en consomme pas. Vous vous direz « les personnes qui prennent des édulcorants artificiels ne sont pas les mêmes que les gens qui n’en prennent pas. Ils sont peut-être plus obèses, ils sont peut-être plus souvent diabétiques. »

Donc les auteurs ont ajusté leur analyse sur l’ensemble des variables pertinentes qu’ils avaient à leur disposition, dont le poids, par exemple, ou le diabète.

Malgré cet ajustement, ils continuent de retrouver une augmentation du risque de cancer avec cette consommation d’édulcorants – cela semble être, donc, indépendant des autres critères.

Cette augmentation est d’environ 15 % pour les cancers qui ont été observés, c’est-à-dire, donc, des cancers du sein ou des cancers liés à l’obésité.

 
Cette augmentation est d’environ 15 % pour les cancers qui ont été observés, c’est-à-dire, donc, des cancers du sein ou des cancers liés à l’obésité.
 

Mais autre problématique : la population Nutrinet n’est pas la même population que la population française. Nutrinet est une cohorte très importante : c’est 100 000 personnes. Mais, elle est principalement composée des femmes et plutôt jeunes, une quarantaine d’années, tandis que les individus qui ont développé des cancers dans cette étude sont plutôt des personnes d’une soixantaine d’années. Ce qui représente une minorité des personnes qui ont été suivies.

Nutrinet recoupe aussi un précédent travail de autour des nitrites et des nitrates ajoutés qui a rapporté, également, une augmentation du risque de cancer pour ces nitrates/nitrites qu’on rajoute à la viande lors de la transformation.

Attention aux messages de prévention !

Il faut faire attention au message qui va être compris par les lecteurs de cette étude. La question de cette étude, c’est : est-ce que les édulcorants artificiels sont totalement anodins ? La réponse est : peut-être pas. C’est comme ça qu’il faut interpréter l’étude.

Il ne faut pas que l’étude soit interprétée comme étant « les édulcorants artificiels sont des facteurs de risque de cancer et, donc, il faudrait revenir au sucre, par exemple. Sucre, en plus, qui est naturel, avec tout ce que cela emmène, aussi, de subjectivité en se disant que le naturel, c’est mieux. Il faut quand même rappeler qu’environ 40 % des cancers pourraient être évitables et, plus précisément, environ 9 % des cancers sont liés soit à l’obésité, soit au comportement alimentaire. En fait, à peu près 4,5-5 % des cancers sont liés à l’obésité 4,5-5 % des cancers sont liés au manque de consommation de fruits, de légumes, de fibres, à une trop forte consommation de viande, de viande rouge en particulier, de viande transformée par exemple. Ce sont des facteurs très forts de cancer en France.

Presque 10 % des cancers sont en lien avec l’obésité, la consommation alimentaire. Le message est de dire, par exemple, pour les boissons que la plus saine n’est ni forcément la boisson sucrée, ni la boisson avec un édulcorant – c’est l’eau. C’est ce qu’il y a de plus sain. Quitte à choisir, c’est ce qu’il faudrait consommer.

Attention au message plus global. Est-ce qu’il faut envoyer comme message : « il faut absolument éviter le cancer » ou est-ce qu’il faut envoyer le message de modérer les consommations ? Si on cherche absolument à éviter le cancer, il faut rappeler qu’il y avait eu une précédente étude de Nutrinet qui montrait qu’une consommation quotidienne de jus de fruits augmentait le risque de cancer.

Il faut penser aussi à d’autres études qui ont montré que la consommation d’eau chaude augmente le risque de cancer – consommation d’eau chaude dans le thé ou dans le café.

À ce moment-là, vous vous rendez compte de la vie que l’on propose à la population en l’informant ? Si on leur dit « évitez le cancer en restant chez vous pour protéger du soleil, qui est un facteur de risque majeur de cancer et en ne buvant que de l’eau à température ambiante parce que, au moins, vous évitez les autres facteurs de risque », on leur promet une vie d’ascète. Le message est surtout la modération. Oui, pourquoi pas les éduquant artificiels – en particulier, ça permet d’éviter la consommation de sucres –, mais ponctuellement et point trop n’en faut. L’eau reste la boisson la plus adaptée et, dans l’alimentation au quotidien, si on peut éviter les édulcorants dans la consommation solide au quotidien, c’est toujours mieux.

 
Le message est surtout la modération.
 

De la même façon, si dans la viande on peut éviter des viandes transformées, en particulier avec un apport de nitrites, il faut également l’éviter. En tout cas, l’important ça va être la modération, encore une fois, et pas de message univoque.

Voilà. À bientôt sur le site de Medscape.

Voir tous les blogs du Dr Rodrigues ici.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....