Dans l’Actu : focus sur l’AVC au congrès ISC 2022

Ryan Syrek

Auteurs et déclarations

25 février 2022

 

Cette semaine, nous proposons un focus sur l’accident vasculaire cérébral (AVC) avec les résultats d’études présentées au congrès de l’International Stroke Conference (ISC) 2022. Le point notamment sur un nouveau calculateur de risque d'AVC chez les patients atteints de COVID, l’effet cardioprotecteur du traitement parodontal, les effets bénéfiques du ténectéplase dans l’AVC ischémique aigu, et plus encore…

Système d’évaluation pour prédire quels patients COVID+ hospitalisés sont les plus à risque d'AVC

Le nouveau système de d’évaluation attribue des points pour chaque facteur de risque d’AVC chez les patients atteints de COVID-19. Plus le score est élevé, plus le risque est important. « Le système est simple. Vous pouvez calculer les points en 5 secondes, et prédire les risques que le patient soit victime d’un AVC », a déclaré le Dr Alexander E. Merkler, auteur principal de l’étude, à Medscape Cardiology. Par exemple, une personne avec 0-1 point a 0,2% de risque d'AVC, mais un patient avec 4-6 points a un risque de 2%-3%, a indiqué le Dr Merkler.

Les chercheurs ont utilisé le registre des maladies cardiovasculaires Get With the Guidelines COVID-19 de l'American Heart Association (AHA) et ont évalué 21 420 patients adultes (âge moyen 61 ans, 54% d'hommes) hospitalisés avec le COVID-19 dans 122 centres entre mars 2020 et mars 2021. Les facteurs de risque comprennent l'absence de fièvre et d’antécédents de maladie pulmonaire, ce qui peut paraître surprenant, selon le Dr Merkler. Il explique qu'une forte fièvre est une réponse inflammatoire et que les patients qui ne réagissent pas de manière adéquate « pourraient être plus malades en général et avoir un système immunitaire affaibli, et donc présenter un risque accru d'AVC ». En ce qui concerne les maladies pulmonaires, les patients sans antécédents qui sont admis pour COVID « peuvent présenter un COVID très sévère ou être extrêmement malades, c'est pourquoi ils ont un risque plus élevé d'AVC ».

Traitement parodontal et risque d'événements cardiovasculaires

Présenté également à l'ISC 2022, un premier essai randomisé cherchant à déterminer si le traitement parodontal pouvait réduire le risque d'événements cardiovasculaires ou d'AVC, s'est révélé prometteur. Dans l'étude PREMIERS , 280 patients ayant récemment subi un AVC ou un accident ischémique transitoire (AIT) et une maladie parodontale, ont été randomisés à recevoir un traitement parodontal standard ou intensif ; ils ont été suivis pendant 1 an. Tous les patients ont reçu un traitement conventionnel complet des facteurs de risque d'AVC.

Les résultats après 1 an de suivi ont montré que le critère principal (AVC/infarctus du myocarde [IM]/décès) est survenu chez 7,7 % du groupe traitement intensif contre 12,3 % du groupe soins standard, ce qui correspond à un risque relatif de 0,65 (IC à 95 %, 0,30-1,38 ; P = 0,26). Les deux groupes présentaient un taux d'événements récurrents inférieur à celui d'un groupe témoin, qui présentait un taux d'AVC/IM/décès sur 1 an de 24 %. Les critères de jugement secondaires ont montré une réduction de la pression artérielle, des taux d'A1c, de l'épaisseur intima-média carotidienne et de meilleurs profils lipidiques chez tous les patients ayant subi un traitement parodontal.

Thrombolyse intra-artérielle après thrombectomie dans l’AVC ischémique aigu

Un bénéfice remarquable a été observé dans une étude portant sur la thrombolyse intra-artérielle après thrombectomie chez des patients ayant subi un AVC ischémique aigu. L'étude de phase 2b CHOICE , présentée à l’ISC, a été publiée simultanément dans le JAMA . Les principaux résultats ont montré une augmentation significative de 18,4 % du nombre de patients ayant obtenu un excellent score neurologique de 0-1 sur l'échelle de Rankin modifiée (mRS), après traitement par altéplase intra-artériel immédiatement après la thrombectomie. Le bénéfice a été obtenu sans aucune augmentation des hémorragies intracrâniennes. Les résultats ont été accueillis avec enthousiasme par les commentateurs. La Dre Louise McCullough, présidente du programme de l’ISC, et qui présidait également la session scientifique au cours de laquelle l'étude a été présentée, a qualifié les résultats de « très spectaculaires ».

Réduction du risque d'HICS avec le ténectéplase dans les AVC ischémiques

Une autre étude [ CERTAIN Collaboration] a évalué l'utilisation du ténectéplase (TNK) dans les AVC ischémiques et a montré que les patients traités avec ce nouvel agent présentaient un taux d'hémorragie intracrânienne symptomatique (HICS) inférieur de près de 50 % comparativement à ceux qui recevaient de l'altéplase. Le TNK est approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis pour traiter l'infarctus du myocarde mais pas l'AVC ischémique ; cependant, les cliniciens l'utilisent parfois hors AMM à cette fin. Les recommandations de l'AHA suggèrent que le TNK peut être raisonnablement envisagé dans l'AVC ischémique chez certains patients. Le traitement standard actuel est l'altéplase (ALT), qui est approuvé pour cette indication depuis 1996. Dans une analyse qui a inclus 9238 patients (7313 ont reçu de l'ALT et 1925 du TNK), le taux d’HICS était de 3,6 % pour l'ALT et 1,8 % pour TNK (odds ratio [OR] 0,49 ; p < 0,001). L'OR ajusté était de 0,42 (p < 0,001).

Le tirofiban n'améliore pas les résultats de l'EVT lors d'un AVC

Enfin, une autre étude de l'ISC 2022 [ RESCUE BT ], mais cette fois-ci négative, a montré que le traitement d'appoint par tirofiban intraveineux n'améliorait pas les résultats cliniques chez les patients victimes d'un AVC avec occlusion des gros vaisseaux et qui avaient subi un traitement endovasculaire (TEV) dans les 24 heures suivant l'apparition des symptômes. Le critère d'évaluation principal de l'essai randomisé de phase 3 était le niveau de handicap, tel que mesuré par la distribution globale du score mRS à 90 jours. Plus de 900 patients ayant subi un AVC ischémique aigu et traités par TEV ont été inclus. Le score mRS médian à 90 jours était de 3, identique chez les patients ayant reçu du tirofiban et ceux ayant reçu un placebo. Les taux d’HICS et de mortalité à 90 jours ne différaient pas non plus significativement entre les groupes.

 

Suivez theheart.org | Medscape Cardiologie en français sur Twitter .

Suivez Medscape en français sur  Twitter , Facebook et Linkedin .

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....