Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes vont pouvoir donner leur sang sans période d’abstinence

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

14 janvier 2022

France — A partir du 16 mars prochain, plus aucune question sur l’orientation sexuelle des personnes souhaitant donner leur sang ne figurera dans le questionnaire à remplir avant de proposer son sang ou ne sera posée lors de l’entretien préalable réalisé par un médecin ou un(e) infirmièr(e).

En effet, le ministère des solidarités et de la santé a annoncé la publication d’un nouvel arrêté levant à partir de cette date la période d’abstinence jusque-là nécessaire au don de sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

Pour rappel, depuis juillet 2016, les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ne sont plus exclus du don du sang mais ils devaient encore déclarer ne pas avoir eu de rapport homosexuel pendant douze mois pour donner leur sang, un délai raccourci à quatre mois en 2020.

« Tous les Français, sans discrimination de leur orientation sexuelle, pourront désormais donner leur sang », a indiqué le ministère de la santé dans un communiqué [1]. « C’est un changement très important dans l’histoire de la transfusion sanguine », a souligné le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé lors d’une conférence de presse [2].

 
Tous les Français, sans discrimination de leur orientation sexuelle, pourront désormais donner leur sang. Pr Jérôme Salomon
 

En pratique, le critère d’accès au don faisant référence aux partenaires sexuels sera désormais le même pour toutes et tous : un monopartenariat réciproque – comprendre avoir des relations sexuelles avec un partenaire unique, n'ayant lui-non plus pas de relations sexuelles avec une ou d'autres personnes – dans les quatre mois précédant le don.

« Cette durée d’ajournement de 4 mois est celle actuellement prévue pour de multiples contre-indications (par exemple les tatouages ou piercings, certains voyages, endoscopie…) », précise un communiqué de l’Etablissement Français du Sang (EFS)[3].

« L’ajournement ainsi levé, constitue une avancée sociétale majeure. Cette mesure répond également aux impératifs de sécurité sanitaire, le risque résiduel de contamination par transfusion étant très faible et en baisse régulière », indique l’EFS qui ajoute que « ce sont les travaux menés avec un Comité de suivi regroupant institutions, agences sanitaires et associations (donneurs de sang, patients receveurs de produits sanguins, associations LGBT …), qui a permis d’aboutir aujourd’hui à une levée totale de l’ajournement des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ».

Pour aboutir à cette prise de décision, les parties prenantes se sont appuyées sur un avis du Haut conseil de santé publique (HCSP) qui a analysé les conditions nécessaires à l’évolution des critères de sélection et sur deux enquêtes confiées à une universitaire du département de psychologie de l’Université Rennes 2, auprès des donneurs et des personnels de collecte, portant les enjeux de compréhension, de perception du risque et d’acceptabilité du questionnaire de sélection des candidats au don de sang.

Interrogé sur les risques de transmission des virus du VIH ou le VHC, lors de la conférence de presse, le Pr Salomon a précisé que le dépistage génomique était généralisé depuis 2001 et qu’il était de plus en plus performant.

« Le risque résiduel baisse année après année ». Alors qu’en 1990, le risque résiduel était estimé à 1/310 000, il est 40 fois moindre aujourd’hui grâce au dépistage génomique, mais aussi grâce au dépistage du VIH en France et aux traitements qui rendent la charge virale indétectable, a -t-il précisé.

 
Le risque résiduel baisse année après année. Pr Jérôme Salomon
 

Deux nouveaux critères

En parallèle de la suppression du critère concernant les HSH, le nouvel arrêté intègre un nouveau critère d’ajournement de quatre mois en cas de prise d’un traitement pour la prophylaxie pré-exposition (PrEP) ou la prophylaxie post-exposition (PEP) au VIH.

« C’est une question indirecte pour mettre en lumière les comportements individuels à risque », a indiqué le Dr Cathy Bliem-Liszak, Directrice générale Chaîne transfusionnelle, Thérapies & Développement de l’EFS.

« Aussi, les antirétroviraux peuvent perturber les résultats des recherches génomiques. Et, il est possible que le VIH soit présent dans un échantillon malgré le traitement même si ces traitements sont très efficaces », a précisé le Pr Salomon.

Autre modification attendue, la liste des médicaments qui peuvent mettre en péril la sécurité du receveur en raison de leur tératogénicité ou de possibles interactions médicamenteuses, et qui nécessitent un ajournement, sera mise à jour.

Informer, former, évaluer

Pour préparer le terrain, d’ici au 16 mars, « l’EFS va mettre en œuvre l’impression et la diffusion du nouveau questionnaire sur l’ensemble des points de collectes du territoire, le paramétrage informatique, ainsi que la formation du millier d’infirmiers et médecins qui réalisent les entretiens préalables au don, afin de pouvoir accueillir dans les meilleurs conditions les nouveaux donneurs qui feront peut-être pour la première fois ce geste citoyen et solidaire ».

De son côté, le ministère de la santé a indiqué qu’une évaluation du risque serait réalisée régulièrement suite à la diffusion du nouveau questionnaire afin de s’assurer que le risque est non significatif.

La pandémie de Covid-19 impacte les dons du sang

Concernant les conséquences de la pandémie sur les dons du sang, le Pr Salomon a indiqué la crise du Covid a « impacté très fortement depuis maintenant 2 ans l’activité de l’EFS » même si la collecte de sang s’est poursuivie pendant les confinements. Cathy Bliem-Liszak a ajouté que les stocks étaient en tension « permanente en cette période compliquée ». Elle a précisé que « le stock de concentrés de globules rouges était actuellement de 77 000 alors qu’il en faut 100 000 pour être confortable ».

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....