Hospitalisations et décès liés au COVID-19 : les non-vaccinés clairement sur-représentés

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

6 janvier 2022

Saint-Maurice, France – Quelles sont les proportions de personnes non vaccinées parmi celles testées positives au Covid-19, hospitalisées, et décédées ? Des appariements entre les bases de données SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI exploitées par la DREES donnent de nouvelles informations en population française actualisées, portant sur la période entre le 22 novembre et le 19 décembre 2021 [1].

Non vaccinés : 43 % des personnes admises en hospitalisation conventionnelle

Les appariements entre les bases de données SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI permettent de connaître le statut vaccinal des personnes testées positives au Covid-19 ou hospitalisées en étant positives au Covid-19, en distinguant selon l’ancienneté de l’obtention du statut vaccinal complet le cas échéant et en tenant compte de l’existence d’un éventuel rappel.

Les dernières données issues de ces appariements permettent de comparer le poids des différentes catégories de statut vaccinal dans l’ensemble de la population et parmi les individus atteints de Covid-19. Les chercheurs de la DREES montrent ainsi que les personnes non vaccinées sont nettement surreprésentées, par rapport à leur part dans la population générale, parmi les testées positives par PCR au Covid-19, plus encore que parmi les testées – même si le fait que les personnes non vaccinées soient obligées de produire un test pour entrer dans certains endroits conduit sans doute à augmenter la propension des personnes non vaccinées à se faire tester par rapport aux personnes vaccinées.

La surreprésentation des personnes non vaccinées est encore plus importante parmi les personnes hospitalisées et également parmi celles décédées, indiquent les auteurs. En effet, alors que les non vaccinés représentaient 9 % de la population âgée de 20 ans et plus durant les 4 semaines allant du 22 novembre au 19 décembre 2021, ils ont constitué 25 % des personnes testées positives par RT-PCR et déclarant des symptômes, 43 % des personnes admises en hospitalisation conventionnelle, 55 % des entrées en soins critiques et 40 % des décès pendant cette période (voir graphe ci-dessous [1]).

 
Les non vaccinés représentaient, 55 % des entrées en soins critiques et 40 % des décès.
 

Répartition de la population, des tests PCR, des entrées hospitalières et des décès selon le statut vaccinal pour les personnes de 20 ans et plus

Les doses de rappel réduisent fortement le risque d’évènement lié au Covid-19

Une modélisation conduite à partir de ces données, a permis, par ailleurs, d’estimer la réduction de risque d’infection ou d’hospitalisation qu’apporte chaque statut vaccinal – une dose récente ou efficace, vaccination complète depuis moins de 3 mois, 3 à 6 mois, plus de 6 mois sans rappel ou plus de 6 mois avec rappel – par rapport à l’absence de vaccin.

Elle montre qu’une personne de 40 ans et plus disposant d’un schéma complet voit sa protection diminuer avec le temps, surtout contre les formes symptomatiques – une érosion d’autant plus marquée pour les personnes de 60 ans à 79 ans. « Après 6 mois, la protection pour cette tranche d’âge contre les formes symptomatiques est de 51 % » indique le document de la DREES.

Néanmoins, « 6 mois ou plus après l’obtention d’un schéma complet, avoir eu un rappel permet de remonter la protection à des niveaux très élevés (plus de 90 %) par rapport à une personne non-vaccinée du même âge et ce quel que soit l’évènement lié au Covid-19 : forme symptomatique, hospitalisation ou décès après hospitalisation ».

  • Rappelons que depuis le 28 décembre, la dose de rappel est possible dès 3 mois après avoir complété son schéma vaccinal.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....