Soignants asymptomatiques ou pauci-symptomatiques au travail : les syndicats entre désillusion et colère

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

5 janvier 2022

Paris, France — Face à l'augmentation du nombre de cas de Covid-19 en France, la tutelle a décidé d'autoriser les soignants asymptomatiques ou pauci-symptomatiques à se rendre à leur poste de travail, sous certaines conditions. Les syndicats de praticiens oscillent entre dénonciation de l'incurie du gouvernement, et lassitude. 

Directive du ministère de la santé

C'est la CGT hôpital Nord Franche Comté qui a rendu publique la directive du ministère de la santé sur la présence au travail des soignants positifs au Covid-19, et asymptomatiques.

Daté du 24 décembre et titré « éviction des professionnels de santé positifs à Sars-Cov2 travaillant en établissements de santé et établissements et services médico-sociaux », ce document recommande « à titre exceptionnel, en cas de risque avéré et immédiat portant sur la sécurité des patients ou résidents ou sur la continuité d'accompagnement et de prise en charge dans les établissements » de déroger « à l'éviction d'un professionnel de santé détecté positif et asymptomatique » si ce professionnel est « nécessaire à la continuité des prises en charge ».

Soignants pauci-symptomatiques concernés

Mais ce n'est pas tout : « dans une situation de rupture de la continuité des soins encore plus forte dans les établissements, il serait alors possible d'envisager selon les mêmes conditions strictes d'application, une dérogation supplémentaire pour les professionnels de santé pauci-symptomatiques, sans aucun symptôme respiratoire des voies aériennes supérieures à l'origine d'une forte excrétion vitale à type de toux ou d'éternuements ».

Les professionnels de santé asymptomatiques ou pauci-symptomatiques seront affectés auprès de patients positifs au Covid-19. Cette mesure devrait prendre fin dès lors que la tutelle constatera « une réduction significative sur la saturation du système de soin ».

A noter que pour les cas positifs symptomatiques, aucune dérogation à l’isolement n’est possible. Pour les personnes ayant un schéma vaccinal complet, la durée de l’isolement est de 7 jours pleins après la date du début des signes ou la date de prélèvement du test positif. L’isolement est levé à J5 avec la réalisation d’un test antigénique ou RT-PCR négatif. Si le test réalisé à J5 est positif ou en l’absence de réalisation de ce test, l’isolement reste de 7 jours au total (pas de nouveau test à réaliser à J7).

Ces mesures dérogatoires « exceptionnelles et temporaires » avaient été précédées d'un nouvel avis du HCSP du 24 décembre qui recommandait de remettre au travail les professionnels de santé asymptomatiques eu égard à « l’augmentation très importante de l’incidence du Covid-19 en France, de la part croissante parmi ces cas, d’infections liées au variant Omicron et du risque de désorganisation du système de soins ».

Le HCSP recommandait également de « réaliser systématiquement un dépistage à J0 et J7 chez tout professionnel de santé cas contact que le contact ait eu lieu en milieu professionnel ou en dehors de celui-ci », mais aussi de « réaliser un test PCR de dépistage à J0 et J7 pour tout professionnel de santé revenant d’une zone reconnue de forte prévalence du variant Omicron, sans isolement systématique. »

Éviction le 11 décembre, autorisation le 2 avril

Rappelons que jusqu'à présent, le HCSP préconisait dans un avis daté du 11 décembre 2021, « L’éviction de tout professionnel de santé infecté par le SARS-CoV-2 pendant une durée de 10 jours quel que soit son statut vaccinal ou ses antécédents de Covid-19 ».

En revanche dans son avis du 2 avril 2021, le HCSP recommandait de maintenir en poste, en cas de tension hospitalière, les professionnels de santé asymptomatiques vaccinés ou ayant été atteints par le Covid-19. Ce revirement du HCSP a suscité chez la CGT une certaine incompréhension : Olivier Véran et Jean Castex « parlent de contagiosité extrême du variant Omicron mais discutent d'une possible réduction de la durée d'isolement en fin de semaine pour ne pas affecter l'économie nationale, ..., voilà comment les choses sont annoncées, la veille de Noël, à nos chefs d'établissements déjà confrontés à de grosses tensions sur leurs effectifs !!!"

Réactions

Cette décision est une faute pour le Dr Jean-François Cibien, président de l'intersyndicale de praticiens hospitaliers Action praticien hôpital (APH) : « Lors de la deuxième vague, on avait alerté sur les risques qu'il y a à faire travailler des gens malades ou non testés. On ne nous a pas écoutés, et des clusters ont pullulé partout, des soignants non malades ont été atteints par la Covid-19. En arrêt maladie, on leur a retenu trois jours de carence sur leur fiche de paie qui n'ont d'ailleurs jamais été remboursés. »

Pour le Dr Arnaud Chiche, président du collectif santé en danger, ces directives ne font qu'officialiser la situation actuelle, à savoir que les soignants positifs au Covid19 asymptomatiques sont à leurs postes de travail : « c'est un bras d'honneur à tout le monde, cela fait un mois que les soignants asymptomatiques travaillent, c'est une officialisation de la pénurie, car ça fait des semaines et des semaines que c'est le cas. Évidemment qu'ils doivent travailler, on n’a personne d'autre. »

 
C'est une officialisation de la pénurie. Dr Arnaud Chiche
 

Le Dr Anne Wernet, présidente du syndicat SNPHARE, relativise : « On est sujet contact en permanence. Je doute qu'il y ait un Français qui ne soit pas cas contact. Si on applique que seuls les soignants négatifs peuvent travailler alors, on n’aura pas grand monde ». 

Quoi qu'il en soit, ces revirements perpétuels donnent la fâcheuse impression, au Dr Cibien, que « l'on navigue à vue », tandis que le Dr Chiche relève que cette pandémie aura eu le mérite de rendre visible la pénurie du service hospitalier.

 
Si on applique que seuls les soignants négatifs peuvent travailler alors, on n’aura pas grand monde. Dr Anne Wernet
 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....