Le coronavirus peut se propager et survivre des mois dans le cœur et le cerveau

Carolyn Crist

Auteurs et déclarations

30 décembre 2021

Etats-Unis – Le SRAS-CoV-2 peut se propager aux différents organes, notamment au cœur et au cerveau, dans les jours suivant l'infection et y survivre pendant des mois, selon une nouvelle étude des National Institutes of Health.

Le virus peut atteindre presque tous les organes du corps, ce qui pourrait contribuer aux symptômes persistants observés chez les patients atteints de Covid longs , indiquent les auteurs.

Cette étude sur la façon dont le virus se réplique dans les cellules humaines et persiste dans le corps humain est considérée comme l'une des plus détaillée. Elle est en cours de relecture pour publication dans la revue Nature.

« C'est un travail remarquablement important », a déclaré à Bloomberg News le Dr Ziyad Al-Aly, directeur du Centre d'épidémiologie clinique des soins de santé des anciens combattants de St. Louis dans le Missouri.  Le Dr Al-Aly n'a pas participé à cette étude mais s’intéresse aux effets à long terme du Covid-19.

« Depuis longtemps maintenant, nous nous demandons pourquoi le Covid long semble affecter autant d'organes », a-t-il souligné. « Cet article nous éclaire un peu et peut aider à expliquer pourquoi un Covid long peut survenir même chez les personnes qui ont eu une maladie légère ou asymptomatique. »

Dans ce travail, les chercheurs du NIH ont échantillonné et analysé les tissus des autopsies de 44 patients décédés après avoir contracté le Covid au cours de la première année de la pandémie. Ils ont trouvé des particules virales persistantes dans plusieurs parties du corps, y compris le cœur et le cerveau, jusqu'à 230 jours après le début des symptômes. Il pourrait s’agir d’une infection par des particules virales défectueuses comme il a été observé lors d’infections persistantes chez les patients atteints de rougeole.

« Nous ne savons pas encore quel sera le fardeau des maladies chroniques [liées au Covid] dans les années à venir », a déclaré à Bloomberg News Raina MacIntyre, professeur de biosécurité internationale à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud.

« Verrons-nous une insuffisance cardiaque à début précoce chez les survivants ou une démence à début précoce ? Ce sont des questions sans réponse qui appellent à une véritable stratégie de santé publique pour limiter la propagation de ce virus. »

Contrairement à d'autres recherches effectuées à partir d’autopsies sur des patients décédés du Covid-19, l'équipe du NIH a procédé à une technique de collecte de tissus post-mortem plus complète, qui a généralement été réalisée dans la journée suivant le décès du patient.

Les chercheurs ont aussi utilisé diverses méthodes pour préserver les tissus afin de déterminer les concentrations virales. Ils ont pu cultiver in vitro le virus collecté dans plusieurs tissus, notamment le cœur, les poumons, l'intestin grêle et les glandes surrénales.

 
Le virus peut disséminer tôt au décours de l'infection et infecter les cellules du corps entier, en particulier le cerveau.
 

« Nos résultats montrent que bien que la charge la plus élevée du SRAS-CoV-2 se situe au niveau des voies respiratoires et des poumons, le virus peut disséminer tôt au décours de l'infection et infecter les cellules du corps entier, en particulier le cerveau », indiquent les auteurs de l'étude.

 

Cet article a été publié initialement sur Medscape.com sous l’intitulé Coronavirus Can Spread to Heart, Brain Days After Infection. Traduit par Aude Lecrubier

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....