Cas clinique : douleurs et raideur au bas du dos chez un patient de 26 ans

Drs Jeremy Logan, Gautam Dehadrai, Herbert S Diamond

Auteurs et déclarations

25 octobre 2021

Histoire de la maladie

Un jeune homme de 26 ans consulte son médecin traitant en raison de douleurs et d’une raideur du bas du dos qui évoluent depuis deux mois. La douleur est intermittente, présente la nuit. Elle est généralement plus intense le matin s’améliorant plus tard dans la journée ou le soir. L'activité permet de faire diminuer l’intensité de la douleur qui, logiquement, s'aggrave au repos. Le patient a également remarqué qu’en raison d’un manque de souplesse du dos, il a de plus en plus de mal à effectuer certains gestes du quotidien tels que se pencher pour enfiler son pantalon ou lacer ses chaussures. Il rapporte plusieurs brefs épisodes de douleurs lombaires au cours des 6 dernières années, néanmoins aucun d’entre eux ne s’est prolongé plus de 6 semaines. Il a attribué ces épisodes à des tensions musculaires dorsales.

Il fait également état d’épisodes subfébriles depuis plusieurs mois, de malaises et d'anorexie à l’origine d'une perte de poids involontaire de 4,5 kg. Il n’a rien noté de particulier à la palpation de ses testicules : pas de masses, pas de zones sensibles.

Le patient n'a pas d'antécédents d'éruption cutanée. Il ne souffre d'aucune pathologie médicale chronique connue. Ce jeune homme prend un comprimé de multivitamines par jour. Il n'a jamais fumé et boit occasionnellement un verre de vin au dîner. Aucun antécédent familial significatif de maladie particulière n'est signalé.

Examen physique et bilan para-clinique

À l'examen physique, la tension artérielle du patient est de 125/67 mm Hg, sa fréquence cardiaque de 60 battements/min et sa fréquence respiratoire de 8 respirations/min. Le patient est apyrétique à 36,7 °C. L’examen clinique cardiovasculaire et respiratoire est dans les limites de la normale : aucun souffle ou frottement n'est détecté. Le patient ne présente pas de photophobie, de rougeur oculaire ou de baisse d'acuité visuelle.

À l'examen du rachis, on note que la flexion de la colonne lombaire est nettement diminuée lorsque le patient tente de se pencher pour toucher ses orteils. La distance doigt-sol est particulièrement importante. Le jeune homme présente également des douleurs et une amplitude de mouvement limitée en rotation et en flexion latérale au niveau de la colonne lombaire. L'expansion thoracique est légèrement diminuée. Le reste de l'examen physique est dans les limites de la normale.

Dans les suites de l'examen physique, des examens para-cliniques de routine sont prescrits : une numération globulaire complète (NFS) et un bilan électrolytique de base, ainsi que des radiographies simples du dos. Le bilan chimique électrolytique est sans particularité, tout comme la NFS : nombre de globules blancs 4,6 × 103 cellules/μL (référence du laboratoire 4,5-11 × 103 cellules/μL), un taux d'hémoglobine de 13,7 g/dL (référence 13,5-17,5 g/dL), un hématocrite de 43 % (référence, 41 % à 50 %) et un nombre de plaquettes de 120 × 103 cellules/μL (référence, 150-450 × 103 cellules/μL). Les valeurs des électrolytes se situent dans les limites normales.

La recherche de facteur rhumatoïde est négative et la vitesse de sédimentation des érythrocytes se situe à 64 mm/h (référence < 10 mm/h). Le patient est porteur de l'antigène leucocytaire humain (HLA)-B27.

Des radiographies de face et de profil de la colonne rachidienne lombaire ont été réalisées (Figures 1-2).

Figure 1.

Figure 2.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....