COVID-19 : soirée test électro organisée par l’ANRS

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

15 octobre 2021

France – Initialement programmée en juin dernier, l’étude ITOC « Reviens la nuit », promue par l’ANRS et coordonnée par des chercheurs de l’AP-HP, dont l’objectif est d’évaluer le risque d’infection par le SARS-CoV-2 lors d’une soirée expérimentale en discothèque en jauge pleine, dans un lieu clos, parmi des personnes vaccinées et sans port du masque obligatoire, aura lieu à Paris dimanche prochain, le 17 octobre [1].

Reviens la nuit

Initialement prévue en juin , l’étude ITOC (pour Indoor clubbing Transmission Of Covid-19) avait dû être reportée faute d’un nombre de suffisant de volontaires pour atteindre la puissance statistique nécessaire. Reprogrammée le 17 octobre 2021 à Paris, les résultats obtenus contribueront à « faire avancer la recherche sur le Covid-19 et permettront d’envisager des protocoles sanitaires pour une ouverture pérenne de ces lieux de fêtes », indique le communiqué.

Aux platines, les artistes Laurent Garnier, Bambounou, Rag, Roni, LA CREOLE et d’autres. Le site  www.revienslanuit.org  permet dès à présent aux volontaires de s’informer sur les conditions de réalisation de l’expérimentation.

Schéma complet de vaccination

En effet, depuis le 9 juillet 2021, les discothèques peuvent rouvrir leurs portes en respectant un protocole sanitaire précis et avec une jauge réduite à 75 %. Néanmoins, « malgré la mise en œuvre du pass sanitaire, des cas de contamination ont pourtant été relevés, indique le communiqué, mettant en lumière le manque de données sur la transmission du SARS-CoV-2 au sein d’une population vaccinée en situation de promiscuité, sur l’efficacité des mesures de contrôle à l’entrée de lieux de fête et sur la pertinence d'un test négatif de moins de 72 heures ».

En pratique, la soirée aura lieu le dimanche 17 octobre 2021, de 16 h à 23 h à la Bellevilloise (20e) et à la Machine du Moulin Rouge (18e), à Paris, 4 400 volontaires, âgés de 18 à 49 ans, sans facteurs de risque de forme grave de Covid-19 et vivant en Île-de-France, sont recherchés. Ils seront répartis en deux groupes : 2 200 d’entre eux assisteront à la soirée et 2 200 n’y participeront pas. Tous les volontaires devront certifier avoir reçu un schéma complet de vaccination* et réaliser une visite d’inclusion dans les trois jours avant l’événement, pendant laquelle des kits pour réaliser des tests salivaires à J0 et J+7 seront remis, grâce, entre autres, au soutien technique et scientifique des laboratoires Cerba HealthCare.

 * Schéma complet de vaccination : 
- Vaccins Pfizer BioNTech / AstraZeneca / Moderna : 2 doses + 7 jours
- Vaccin Janssen 1 dose + 4 semaines
- Personne infectée par le SARS-CoV-2 ou un antécédent d’infection prouvée : 1 dose + 7 jours

« Un suivi médical sera mis en place après l’événement pour ceux ayant un test positif à J0 et à J+7. Lors de la soirée, nous mettrons à disposition du gel hydroalcoolique. Tout est fait pour réduire les risques de contamination », précise la Dr Jeanne Goupil, co-investigatrice et médecin spécialiste des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital Avicenne AP-HP.

Joindre l’utile à l’agréable

« Nous avons tous constaté que la fermeture des lieux de culture et de divertissement avait eu un impact délétère sur la santé mentale des Français. Prendre part à cette étude est donc un véritable acte citoyen, car participer à ITOC "Reviens la Nuit" permettra, d’une part, de contribuer à la recherche sur la Covid-19, notamment sur la transmission du virus au sein d’un groupe de personnes vaccinées. D’autre part, cela constitue un réel engagement aux côtés des discothèques, puisque participer à cette expérimentation scientifique c’est chercher une solution pour ne pas refermer ces lieux en cas de recrudescence de l’épidémie », s’accordent à dire les trois investigateurs.

Cette étude durera un mois et les résultats seront disponibles en fin d’année. Elle peut être mis en lien avec l’étude SPRING de l’AP-HP qui a montré qu’il n’y avait pas de sur-risque d’infection lors du concert Ambition Live Again (voir encadré ci-après) même si le protocole proposé ici est différent et adapté au contexte sanitaire actuel.

Retour sur le concert du 29 mai

L’étude ITOC peut être mise en lien avec le concert qui s’est déroulée le 29 mai dernier à l’Accor Arena en présence des artistes Etienne de Crécy et Indochine. Après analyse des résultats, l’étude SPRING de l’AP-HP a montré un taux d’infection similaire chez des personnes participant à un concert comparé à des personnes ne participant pas. Le taux d’incidence observé dans les deux groupes (0,20% et 0,15%, respectivement) correspond au taux d’incidence en Ile-de-France estimé dans les deux semaines précédant l’événement, c’est-à-dire entre 150 et 200 / 100 000 [2]. Les chercheurs ont conclu que la participation à un concert n’était pas été associée à un sur-risque de transmission du SARS-CoV-2 lorsque l’événement se déroulait en configuration debout sans distanciation physique chez des personnes masquées avec un test antigénique négatif dans une salle fermée.

 


Crédit photo de Une : Photo by Xavi Torrent/WireImage pour Getty Images

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....