POINT DE VUE

Revue de presse en cardiologie d’octobre

Dr Walid Amara

Auteurs et déclarations

8 octobre 2021

TRANSCRIPTION

Bonjour et bienvenue dans cette revue de presse dans laquelle je vais partager avec vous quatre articles récents que j’ai trouvé intéressants. Pour essayer de toucher différentes parties de la cardiologie, je suis allé de l’angioplastie au TAVI, à l’hypertension, et je finis par mon domaine d’intérêt qui est la rythmologie.

Revascularisation chez les patients avec STEMI se présentant tardivement à l’hôpital

Concernant l’angioplastie, j’ai trouvé cet article français publié dans le JACC, dont l’auteur principal est Frédéric Bouisset, intéessant. [1] L’analyse est tirée des études FAST-MI, menées notamment par Nicolas Danchin. Ce sont des études de cohorte, donc ce n’est pas une étude randomisée.

Les auteurs ont pris en compte les patients qui ont fait un infarctus et qui se sont présentés tardivement à l’hôpital, c’est-à-dire après la 12e heure. Ils avaient un âge moyen de 65 ans, 20 % étaient diabétiques, et 70 % étaient des patients venus via les services d’urgence et le SAMU. Les chercheurs ont alors comparés les patients revascularisés et ceux non revascularisés.

Résultats : On retrouve une mortalité à 30 jours un peu plus de trois fois moindre dans le groupe revascularisation (2,1 % versus 7,2 %) et une mortalité à long terme ― puisqu’ils les ont suivis pendant 10 ans en moyenne ― était quasiment réduite de moitié. Donc il y a quand même un intérêt pour la revascularisation pour les infarctus qui arrivent tardivement. Bon courage à mes collègues angioplasticiens qu’on risque d’appeler peut-être un peu plus souvent pour cela. On les appellera moins, sûrement, pour les arrêts cardiaques, mais on les appellera probablement plus souvent pour [les infarctus].

Essai ACTIVATION : angioplastie avant TAVI

Concernant le TAVI et l'angioplastie, j’ai trouvé cet article intéressant : ACTIVATION [ ISRCTN75836930 ], qui est une étude randomisée, publiée dans le JACC également. [2] Cet article, dont l’auteur principal est Patterson, étudie des patients qui avaient une sténose coronaire et qui avaient une indication à un TAVI. Ils étaient randomisés entre angioplastie avant ou pas d’angioplastie avant le TAVI, et suivis sur un certain nombre de critères.

Résultats : Les auteurs retrouvent qu’il n’y a pas de différence entre les deux groupes en termes de décès et de réhospitalisation. Par contre, dans le groupe angioplastie, il y avait plus de saignements, probablement parce qu’on les traitait, en termes d’antiagrégant, de manière plus puissante. Donc… cela nous faire réfléchir sur nos stratégies. C’est vrai que la tendance est de faire l’angioplastie, mais peut-être qu’il faut y réfléchir autrement.

TRIUMPH : effets d’un programme d’hygiène de vie chez les patients HTA résistante

Le troisième article est l’essai randomisé TRIUMPH dont l’auteur principal est Blumenthal. [3] Il est publié dans Circulation et je l’ai trouvé super intéressant parce que les auteurs prennent des patients qui ont une hypertension artérielle (HTA) résistante, au moins une trithérapie, et ils les randomisent : un groupe a des modifications d’hygiène de vie, c’est-à-dire qu’il suit un programme de quatre mois assez bien mené avec à la fois la gestion du poids, l’exercice physique et le régime, et l’autre groupe reçoit des conseils standards. Et le critère primaire était la pression artérielle systolique enregistrée en cabinet, mais également tous les autres critères secondaires que vous pouvez imaginer, notamment la pression artérielle ambulatoire sur 24 h, et un certain nombre de biomarqueurs ; ils se sont intéressés au baroréflexe, à la fréquence cardiaque, à la fonction endothéliale, etc.

Résultats : ce qu’il y a d’intéressant, c’est qu’on retrouve ici un effet significatif en termes de pression artérielle de ce programme d’hygiène de vie et également un effet sur les différents biomarqueurs. Donc n’abandonnez jamais l’hygiène de vie, il faut toujours y penser, notamment chez les patients les plus graves.

L’ablation pulsée

Je finirai par un article de rythmologie[4] pour parler d’une nouvelle méthode physique qui est en train d’arriver, puisque certains constructeurs la proposent déjà : c’est l’ablation pulsée, ou la pulsed field ablation, qui, en théorie, a l’avantage par rapport aux autres méthodes thermiques (c’est-à-dire la radio fréquence et la cryothérapie) de cibler uniquement le myocarde. Donc, lorsqu’on fait l’isolation des veines pulmonaires, on ne toucherait que les cellules myocardiques des veines et pas la veine en elle-même, ce qui permet d’éviter les sténoses de veines pulmonaires.

Résultats : Il était intéressant de voir si avec l’ablation pulsée on touche ou pas l’œsophage. Puisque vous savez que lorsqu’on fait l’ablation par radiofréquence à proximité de l’œsophage, on a tendance à surveiller la température, et lorsque la température monte, on arrête pour éviter une complication rare, mais potentiellement très grave, qui est la fistule oreillette gauche-œsophage. Là, ils ont réalisé des IRM à des patients qui ont une ablation pulsée, ils les ont comparés à des IRM chez des patients avec des ablations thermiques, et ils montrent qu’il n’y a pas d’atteinte de l’œsophage avec l’IRM. Donc c’est très intéressant, puisque cette technique est en train d’arriver de plus en plus dans les centres, avec au moins déjà un constructeur. On espère le deuxième prochainement ― peut-être va-t-il le supplanter ? ― qui va venir offrir plus d’options, notamment pour l’ablation de la fibrillation atriale.

J’espère que cette revue de presse vous a intéressés et je vous dis à très bientôt pour un autre épisode de la Revue de presse en cardiologie.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....