Quels sports pour les patients épileptiques ?

Marine Cygler

Auteurs et déclarations

26 août 2021

France – Le sport est bon pour la santé, y compris celle des patients épileptiques. Pour eux, le médecin doit veiller à trouver l'équilibre entre le désir d'autonomie du patient et sa sécurité.

Crise sans signe annonciateur

Le risque de noyade chez les patients épileptiques serait de 15 à 19 fois que dans la population générale [1]. Les patients doivent-ils pour autant se priver de ce plaisir et éviter de fréquenter les plages et les piscines ? La réponse est « non, mais... ». Il y a une nécessité absolue, vitale, de suivre certaines règles que rappelle l'association EPILEPSIE-France dans une vidéo à destination des plus de 650 000 personnes qui souffrent d'épilepsie en France et de leur entourage.

« Les noyades sont une cause majeure de mortalité chez le patient épileptique. 70% d'entre elles se produisent en milieu privé (piscine, baignoire) » souligne un communiqué de l'association EPILEPSIE-France qui souhaite mieux sur les risques évitables de décès comme les brûlures et les traumatismes crâniens.

 
Les noyades sont une cause majeure de mortalité chez le patient épileptique. l'association EPILEPSIE-France
 

Si la période estivale est une période particulièrement risquée, les noyades peuvent se produire toute l’année en piscine et il existe des mesures simples pour que les patients épileptiques profitent des activités aquatiques en toute sécurité. Il est notamment recommandé aux patients et aux proches d'informer les maîtres-nageurs. Parce que la plupart des crises surviennent soudainement sans signe annonciateur, la surveillance doit être de chaque instant.

« Même pour une épilepsie bien contrôlée, le risque est faible mais il est jamais nul » indique le Pr Fabrice Bartolomei (neurologue, CHU de la Timone, Marseille) qui insiste toutefois sur le fait que « ce sont les cas intermédiaires qui sont les plus à risque ».

Les recommandations d'Epilepsie-France

  • ne jamais se baigner seul

  • prévenir l'entourage du risque de crise

  • privilégier les zones de baignade surveillées

  • avant la baignade : avertir les maîtres nageurs-sauveteurs et avoir un accompagnateur capable de réaliser les manœuvres de sauvetage

  • accompagner l'enfant pas à pas dans l'eau

  • porter une ceinture ou un gilet de flottaison

  • la vigilance doit être la même en piscine privée

  • en mer, en lac ou en bateau, porter un gilet de sauvetage et rester accompagné

  • accompagnateurs et familles devraient apprendre les gestes qui sauvent

Quid du certificat médical d'aptitude ?

Que faire face à un patient qui désire pratiquer la natation ? Les crises avec perte de conscience amènent le plus souvent à une contre-indication. De même, face à une épilepsie mal-contrôlée, le médecin se doit d'être réservé.« Mais on ne peut pas répondre de façon univoque à la question du certificat d'aptitude à la natation pour les patients épileptiques » considère le Pr Bartolomei. Interrogé par Medscape édition française, il conseille que ce certificat soit rédigé par le spécialiste épileptologue qui suit le patient. Trois informations sont essentielles : le type d'épilepsie, l'observance du traitement et les conditions dans lesquelles l'activité sportive ou de loisir est réalisée. « J'ai des patients avec des épilepsies résistantes aux traitements qui font de la natation en compétition. Bien sûr, le maître-nageur est au courant, et une tierce personne est en permanence dans l'eau pour surveiller ».

 
On ne peut pas répondre de façon univoque à la question du certificat d'aptitude à la natation pour les patients épileptiques. Pr Fabrice Bartolomei
 

Le Pr Bartolomei rappelle que comme pour la conduite ou la grossesse, « on essaye sans cesse de trouver des compromis. ». Les interdictions souvent opposées aux patients épileptiques sont maintenant questionnées. « Il faut inverser la donne et être dans la nuance : ce qui doit primer aujourd'hui, c'est le bien-être du patient. Et de façon générale, le sport est bon pour nos patients ».

Alors vers quels sports orienter les patients épileptiques pour la rentrée de septembre ? Pas vers les sports mécaniques, l'escalade et certains sports nautiques, en particulier la plongée, ainsi que les sports de combat qui sont contre-indiqués. « Face à une épilepsie moyennement contrôlée, il est important certes de contre-indiquer certains sports mais aussi d'en encourager d'autres qui donnent confiance, comme les arts martiaux » estime le spécialiste. Un patient épileptique peut aussi tout à fait pratiquer l'athlétisme.

De même, la pratique de sports collectifs – volley-ball, hand-ball, football,... – est tout à fait recommandée . Elle permet de ressentir les bienfaits physiques et mentaux du sport mais aussi chez les patients épileptiques de rompre l'isolement social et de lutter contre le sentiment d'exclusion.

 

Crédit photo : Getty Images

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....