Cas clinique : journaliste de retour du Moyen-Orient et d’Afrique

Dr Benjamin Davido

Auteurs et déclarations

25 août 2021

Lorsque le choix se porte sur atovaquone-proguanil (malarone), ce traitement doit être poursuivi 7 jours après le retour. C’est une cause trop souvent d’accès palustre en retour de voyage lorsque le traitement n’est pas bien poursuivi.

Il faudra isoler le patient en chambre seule pour mise en place de précautions contacts (diarrhée et retour de voyage d’un pays à risque de BMR/BHR [bactéries multirésistantes aux antibiotiques/ Bactéries Hautement Résistantes]. Dès lors qu’on isole, on dépiste, principe de base en infectiologie.

Compte-tenu d’une hospitalisation récente, il est à risque de portage de BHRe [BHR émergente]. Que ce soit dans le cadre de séjour en Afghanistan ou au Sénégal, la prise de traitement anti-diarrhéique et la diarrhée infectieuse augmentent classiquement le portage de ces bactéries (voir l’actualisation des recommandations relatives aux BHRe).

On pratiquera désormais (d’autant plus dans le cadre du pass sanitaire) un dépistage du SARS-CoV-2 dans un contexte de pays à risque, indépendant de la vaccination anti-Covid.

En revanche, pas d’indication à la mise en place d’une précaution complémentaire type air, uniquement contact et gouttelettes. Par ailleurs, la tuberculose a une incubation de 1 mois à 1 an et aucun élément ici n’est évocateur de ce diagnostic, devant un tableau aigu. À noter qu’une éventuelle tuberculose digestive isolée ne justifierait pas à elle seule un isolement respiratoire.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....