Les enfants français reçoivent trop de médicaments

Serge Cannasse

Auteurs et déclarations

6 août 2021

France – La France figure parmi les pays les plus consommateurs de médicaments en Europe et cela se vérifie aussi chez les enfants. Une étude révèle que sur la période récente (2018-2019), en moyenne, 86 enfants de moins de 18 ans sur 100 ont été exposés à au moins une prescription médicamenteuse au cours d’une année, soit une augmentation de 4% par rapport à 2010-2011. Quant au moins de six ans, ils seraient plus de 97 % à être concernés sur une année.

Au moins 1 prescription médicamenteuse chez 86% des moins de 18 ans

En 2011, la première étude nationale portant sur les prescriptions médicamenteuses en pédiatrie ambulatoire montrait que la France avait une fréquence de prescriptions parmi les plus élevées d’Europe. Depuis, de nouvelles recommandations et des politiques de déremboursement auraient dû conduire à une baisse. Il n’en a rien été, comme le montre une nouvelle étude portant sur plus de 230 millions de dispensations effectuées en 2018-2019.

Sur cette période de 2018-2019, en moyenne 86 enfants de moins de 18 ans sur 100 ont été exposés à au moins une prescription médicamenteuse au cours d’une année, soit une augmentation de 4% par rapport à 2011. Parmi eux, plus de 97 enfants de moins de 6 ans sur 100 avaient été concernés.

Les classes thérapeutiques les plus prescrites étaient les analgésiques (64%), les antibiotiques (40%), les corticoïdes par voie nasale (33%), la vitamine D (30%), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (24%), les antihistaminiques (25%) et les corticoïdes par voie orale (21%). Même si le nombre de prescriptions d’antibiotiques a diminué de 12%, plus d’un enfant de moins de 6 ans sur deux en a fait l’objet au cours de l’année. Un enfant de moins de 6 ans sur trois a reçu une prescription de corticoïdes oraux au cours de la même période, soit un niveau stable depuis 2011. Dernier exemple : « 2% des nourrissons de moins de 6 semaines ont reçu une prescription d’inhibiteurs de la pompe à proton alors que la fréquence des affections pour lesquelles ce traitement est recommandé est bien inférieur à cet âge » explique le Dr Marion Taine, auteure principale de l’étude.

 
Un enfant de moins de 6 ans sur trois a reçu une prescription de corticoïdes oraux. Dr Marion Taine
 

Bien plus que dans d’autres pays

Les comparaisons internationales ne sont pas toujours faciles en la matière. Mais quelques-unes sont éclairantes. Ainsi, les fréquences de prescriptions de corticoïdes par voie orale pour les enfants français étaient 5 et 20 fois plus élevées que celles observées pour des enfants américains et norvégiens dans d’autres études récentes. Pour les antibiotiques, la fréquence de prescriptions aux enfants français était 5 fois supérieure à celle observée aux Pays-Bas.

Le Dr Taine avance une première explication de ce décalage : l’image positive associée aux médicaments aussi bien dans la population que parmi les prescripteurs. Mais elle souligne la nécessité « d’études détaillées » pour « optimiser l’usage des médicaments en pédiatrie. »

L’étude a été réalisée par des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’Inserm, d’Université de Paris, de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines / Université Paris-Saclay, de l’AP-HP et du GIS (Groupement d’intérêt scientifique) Epi-Phare. Elle a été publiée dans le Lancet Regional Health Europe.

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, du groupe Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....