Être totalement vacciné réduirait le risque d’infection COVID de 50 à 60%

Alistair Smout

Auteurs et déclarations

6 août 2021

Londres, Royaume-Uni (Reuters) Les personnes ayant rempli un schéma vaccinal complet ont un risque d’infection par le variant Delta réduit de 50 à 60%, y compris en tenant compte des asymptomatiques, selon une vaste étude anglaise de prévalence [1].

Les chercheurs de l’Imperial College London affirment que les personnes qui disent avoir reçu deux doses de vaccin sont 2 fois moins susceptibles d’être testées positives au Covid-19, après ajustement sur certains facteurs comme l’âge, que les personnes présentent ou non des symptômes du Covid.

En se focalisant sur ceux qui présentent des symptômes de Covid-19, l’efficacité pointe à environ 59%, selon cette étude, qui a couvert une période où le variant Delta avait completé remplacé le variant Alpha.

Ces estimations, qui ne changent pas l’efficacité des vaccins, sont moindres que celles rapportées par l’organisme de santé public anglais (Public Health England, PHE) pour les doses de Pfizer et d’AstraZeneca.

Selon les chercheurs, cela n’est ni surprenant ni inquiétant, étant donné que les estimations du PHE étaient fondées sur ceux qui présentaient des symptômes et avaient été testés, alors que l’étude de l’Imperial a ris en compte plus de personnes.

« Nous recherchons l’effiacité contre l’infection, ce qui inclut les personnes asymptomatiques » a commenté l’épidémiologiste Paul Elliot, qui a mené l’étude, ajoutant que même ceux qui avaient des symptômes dans l’étude, n’aurait peut-être pas été testés dans un autre contexte. « Donc, c’est une autre catégorie de personnes ».

L’étude a mis en évidence que le lien entre infections et hospitalisations, qui s’était précédemment affaibli, s’est remis à converger, ce qui coïncide avec la propagation du variant Delta chez les plus jeunes, qui peuvent ne pas être complètement vaccinés.

Le PHE considère que le variant Delta s’accompagne d’un risque plus élevé d’hospitalisation, néanmoins les vaccins offrent une bonne protection contre les formes sévères de l’infection.

Les chercheurs estiment que, en gros, la prévalence chez les personnes non vaccinées était de 1,21 %, soit 3 fois plus élevée que celle de 0,40% des personnes vaccinées, et que la charge virale était aussi plus basse chez les personnes vaccinées.

 

L’article a été publié initialement sur Medscape.com sous le titre  English Study Finds 50-60% Reduced Risk of COVID for Double-Vaccinated. Traduit par Stéphanie Lavaud.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....