COVID-19 : l’anosmie disparaît au bout de 1 an pour 96% des patients

Liz Scherer

Auteurs et déclarations

8 juillet 2021

France– L’anosmie persistante liée au Covid-19 semble disparaître complètement au bout de 1 an, selon une analyse de cohorte prospective menée chez des patients testés à quatre mois d’intervalle sur une période d’un an en France[1].

Pourquoi est-ce important ?

  • Même s’il est nécessaire de recueillir davantage de données, ces résultats pourraient rassurer les patients présentant des problèmes olfactifs qui persistent malgré la résolution de leur infection aiguë au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2).

Principaux résultats

  • 97 patients ; 69,1 % de femmes ; moyenne d’âge : 38,8 ans.

  • 52,6 % des patients ont fait l’objet d’un test olfactif objectif/subjectif.

  • 47,4 % des patients ont fait l’objet d’un test olfactif subjectif uniquement.

  • À 4 mois :

    • 45,1 % des patients ont rapporté une récupération complète de l’olfaction.

    • 52,9 % des patients ont rapporté une récupération partielle.

    • Un patient (2,0 %) n’avait pas récupéré son olfaction.

  • Test psychophysique objectif :

    • 84,3 % des patients étaient normosmiques  ; 70,0 % d’entre eux s’étaient autoévalués comme ayant partiellement récupéré leur olfaction.

  • À 8 mois :

    • 15,7 % des patients présentaient une perte de la sensibilité olfactive subjective/objective persistante.

      • Les trois quarts de ces patients étaient normosmiques au test objectif.

    • Dans l’ensemble, 96,1 % des patients ont présenté une récupération complète de leur olfaction confirmée par un test objectif.

  • À un an :

    • Deux patients sont restés hyposmiques (un présentait un seuil olfactif anormal persistant et un présentait une parosmie avec identification anormale des odeurs).

  • Parmi les patients ayant fait l’objet d’une évaluation subjective seule :

    • 28,2 % (13/46) ont rapporté une récupération satisfaisante de leur olfaction à 4 mois (une récupération totale pour 7 patients, une récupération partielle pour 6 patients).

    • 71,7 % des patients (33) ont rapporté une récupération satisfaisante de leur olfaction à 12 mois (une récupération totale pour 32 patients, une récupération partielle pour 14 patients).

L'étude montre notamment que les participants avaient tendance à sous-estimer le recouvrement de l’odorat normal. Certains patients ne faisant état que d'une récupération partielle alors que des tests psychophysiques permettaient de conclure à une récupération complète de l'odorat.

Limites

  • Le caractère généralisable des résultats est limité.

  • Biais d’autodéclaration.

  • Le test olfactif objectif n’a été réalisé que chez 50 % des patients.

« L'anosmie persistante liée au Covid-19 a un excellent pronostic avec une récupération presque complète à 1 an. Alors que les cliniciens prennent en charge un nombre croissant de personnes atteintes du syndrome post-Covid, des données à long terme sont nécessaires pour un pronostic et des conseils éclairés », concluent Marion Renaud (cheffe de clinique, service d'ORL CHRU de Strasbourg, Institut Hospitalo-universitaire (IHU) strasbourgeois) et son équipe.

 
L'anosmie persistante liée au Covid-19 a un excellent pronostic avec une récupération presque complète à 1 an  Marion Renaud
 
  • Financement : Agence nationale de la recherche.

 

Cet résumé clinique a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape. Adapté par Aude Lecrubier.

Crédit photo : Nenad Cavoski via Getty

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....