Gels et solutions hydroalcooliques : l’Anses émet de nouvelles recommandations d’utilisation

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

2 juillet 2021

France —Tous les gels hydroalcooliques se valent-ils ? Un produit conservé plusieurs mois au fond d’un sac ou dans un distributeur avec pompe doseuse à l’entrée d’un bâtiment garde-t-il son efficacité ? Faut-il privilégier le gel ou le lavage de mains ? L’Anses vient de publier une note sur ces questions. 

Dans un premier avis publié en juin 2020, l’agence avait émis des recommandations en se basant sur les connaissances disponibles. Le complément d’avis publié en juin 2021 confirme et précise ces recommandations, en apportant notamment des données sur l’efficacité de ces produits « spécifiquement face aux coronavirus et dans les conditions réelles d’utilisation »[1].

Quelles méthodes privilégier pour éliminer le virus ?

En préambule, l’Anses souligne que lorsque cela est possible, il est recommandé de se laver les mains avec du savon et de l’eau plutôt que d’utiliser une solution ou un gel hydroalcoolique « car une solution ou un gel hydroalcoolique ne lavent pas, ils ne font que désinfecter ». Or, la désinfection d’une surface ou de mains sales est plus difficile, car la saleté peut « cacher » les bactéries et virus.

Concernant les divers produits commercialisés pour éliminer le SARS-CoV-2, l’Anses précise que ceux présentés uniquement comme des « nettoyants » ne garantissent pas l’éradication des bactéries ou des virus et que les produits bactéricides n’ont pas vocation à être efficaces contre les virus.

La nouvelle expertise de l’Anses confirme, en revanche, la bonne efficacité des gels et des solutions hydroalcooliques, dont l’efficacité est « équivalente », indique-t-elle.

Cependant, elle recommande de privilégier les gels et solutions avec au moins 65 % d’alcool ou dont l’efficacité contre les virus a été préalablement validée expérimentalement, selon la norme EN 14476.

Plusieurs scénarios testés pour évaluer la conservation des produits hydroalcooliques

Pour évaluer si la teneur en alcool des gels restait stable dans le temps, l’Anses a mené plusieurs expériences.

L’agence a soumis des produits hydroalcooliques, fabriqués selon les formules établies par l'arrêté du 13 mars 2020, à plusieurs scénarios de conservation et d’utilisation représentatifs:

-Un flacon de poche (100 mL), destiné à une utilisation personnelle : utilisé une fois par semaine pendant 5 mois.

-Un flacon de 500 mL pour un usage modéré avec pompe doseuse : utilisation toutes les deux heures pendant 8 à 10 heures, sur 3 semaines. 

-Un flacon de 1L avec une pompe doseuse, destiné par exemple à une entrée de magasin : usage intensif, toutes les 5 minutes pendant 8 à 10h, sur 3 jours.

-Un bidon de recharge de 5 L, avec ouverture journalière pendant 15 min pour un transvasement de 200 mL, durant 5 semaines.

Il en ressort que seuls les produits dans un flacon avec une pompe doseuse qui sont utilisés modérément ont vu leur teneur en alcool diminuer de 5 à 10 % en trois semaines.

« Les pompes sont moins hermétiques que les bouchons, l’alcool s’évapore plus facilement », explique Catherine Gourlay-Francé, directrice adjointe de l’évaluation des produits réglementés à l’Anses. Les flacons munis d’une pompe devraient donc être réservés à une utilisation fréquente. 

Pour compenser l’éventuelle diminution de la teneur en alcool au cours du temps, l’Anses recommande d’utiliser des produits hydroalcooliques ayant une concentration en alcool (éthanol ou isopropanol) d’au moins 65 % qui éliminent plus de 99,99 % des virus enveloppés, y compris les coronavirus. 

Les conseils de l’Anses pour bien conserver son gel hydroalcoolique 

Pour s’assurer de l’efficacité des produits hydroalcooliques, l’Anses recommande de :

-Respecter les indications de stockage et d’utilisation indiquées sur l’emballage

-Conserver le produit à l’abri de la chaleur et du soleil et dans un endroit propre

-Bien refermer le contenant après utilisation

-Utiliser le produit assez rapidement après ouverture si la bouteille est équipée d’une pompe doseuse

-En cas de transvasement d’un contenant à l’autre, effectuer celui-ci dans un endroit à moins de 20°C pour limiter l’évaporation de l’alcool.

En cas de réutilisation d’un contenant, nettoyer celui-ci avant de le remplir, au moins à l’eau et au savon, et limiter le nombre de réutilisation.

Quels alcools dans les gels et solutions hydroalcooliques ?

Les gels et solutions hydroalcooliques présents sur le marché contiennent majoritairement de l’éthanol, de l’isopropanol (propan-2-ol) ou du propan-1-ol. L’Anses précise que l’éthanol est encore en cours d’évaluation à ce jour. La mise sur le marché et l’utilisation des produits à base d’éthanol sont encadrées au niveau national (dispositions de la  période transitoire ).

En revanche, les deux autres substances ont été approuvées. La mise sur le marché et l’utilisation des produits à base d’isopropanol et de propan-1-ol sont encadrées par le régime d’autorisation prévu par le règlement européen sur les  biocides  (régime pérenne).

La liste des substances biocides et leur statut peuvent être retrouvés sur le site de  l’Echa .

Retrouvez les dernières informations sur les vaccins anti-COVID-19 dans le Centre de ressource Medscape dédié Vaccin anti Covid-19

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....