POINT DE VUE

Tous experts en Covid-19 !

Dr Colas Tcherakian

Auteurs et déclarations

20 août 2021

Une étude monégasque montre que, par rapport à l’état réel de leurs connaissances sur le Covid-19, la plupart des gens ont un sentiment de compétence disproportionné. Colas Tcherakian commente les résultats de cette étude et vous invite à testez vous-mêmes vos connaissances.

TRANSCRIPTION

Bonjour, je souhaite partager avec vous les résultats d’une étude intéressante[1], non pas sur le plan scientifique mais sur le plan sociétal, notamment en termes de ressenti d’expertise de l’ensemble de nos concitoyens. Effectivement, j’entends souvent certains de mes collègues ironiser sur le fait qu’il y ait maintenant 68 millions de « covidologues » en France ! Il est vrai qu’un nombre assez incroyable d’informations arrive tous les jours sur les réseaux sociaux et les médias concernant le Covid-19, et j’ai des patients aujourd’hui en consultation qui me posent des questions particulièrement pointues, et parfois ils entendent même parler de choses avant moi et avant que je n’aie eu des informations scientifiques et des articles sur le sujet.

 
Certains de mes collègues ironisent sur le fait qu’il y a maintenant 68 millions de « covidologues » en France !
 

Je vous propose donc de commenter cet article parce qu’il est assez intéressant, à la fois sur le niveau d’information qu’ont les gens en fonction des sources qu’ils consultent, et sur la perception que les gens ont de leur connaissance du Covid.

Vous pouvez voir en ligne les questions qui avaient été proposées aux participants.

L’article date de plusieurs mois et à l’époque il y avait eu du bruit sur la possible redondance entre certaines sous-unités du génome du Covid et du HIV. Donc par exemple on demandait quel est le niveau de pourcentage partagé entre le Covid-19 et le HIV. Il y avait neuf questions au total, avec indiquées les bonnes réponses et la répartition de la population en fonction du type de réponse.

Ce qui m’intéresse, c’est plutôt le commentaire des réponses et de la perception des réponses par les participants. Les groupes ont été divisés en fonction du nombre de réponses qu’ils ont eues. On avait, répartis sur 9 points, les groupes suivants :

  • de 0 à 2 bonnes réponses,

  • 3 bonnes réponses,

  • 4 bonnes réponses,

  • plus de 5 bonnes réponses.

Quand on regarde les résultats sur plusieurs centaines de participants, on voit que la grande majorité des personnes se situe à moins de la moyenne, puisqu’ils ont 4 bonnes réponses sur 9 – c’est quasiment 80 % des personnes qui ont moins de 4 bonnes réponses sur 9.

Voir le tableau en ligne ici.

Il faut dire que certaines des questions étaient relativement pointues, mais les gens s’estiment pointus, car quand vous comparez leurs résultats à ce qu’ils s’attendent à avoir et à leur autoévaluation, vous voyez que les gens se considèrent comme des experts, car, clairement, leur note varie assez peu quel que soit le nombre réel de bonnes réponses qu’ils ont donné, avec des personnes qui pensent avoir un très bon niveau de connaissance sur le sujet.

Et quand on s’intéresse aux deux extrêmes, c’est-à-dire, aux gens qui ont eu peu de bonnes réponses – entre 0 et 2 – versus + de 4 bonnes réponses, on voit qu’ils n’ont pas les mêmes sources d’information. Plus la note est mauvaise, plus les informations ont été piochées dans les réseaux sociaux et/ou les médias grand public, avec une vraie différence significative sur le contenu des sources. À l’inverse, les gens les plus performants avaient plutôt été à la pêche aux informations en lisant des revues scientifiques et/ou en discutant avec des professionnels de santé.

 
Plus la note est mauvaise, plus les informations ont été piochées dans les réseaux sociaux et/ou les médias grand public.
 

Donc les grands résultats sont :

  1. les gens ont le sentiment d’être compétents sur le Covid, un sentiment de compétence qui est probablement disproportionné par rapport à l’état réel de leurs connaissances,

  2. cette sensation de compétence est, entre autres, probablement entretenue par le fait qu’ils soient abreuvés, via les médias sociaux, d’informations qui leur donnent ce sentiment de maîtriser le sujet, alors même que les informations fournies sont soit approximatives, soit erronées.

Testez-vous !

Je vous propose donc, si vous en êtes d’accord, de vérifier si vous êtes vous-même un expert. J’ai posé une dizaine de questions sur un quiz qui vous permettra de jauger de vos connaissances sur le sujet, et je vous en propose par la suite une correction ou plutôt une proposition de discuter les réponses qui me semblent les plus exactes aujourd’hui, dans l’état des connaissances actuelles.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....