Avancée majeure dans la crise de migraine sévère avec un antagoniste du récepteur CGRP en spray nasal

Erik Greb

Auteurs et déclarations

13 mai 2021

Virtuel – Le traitement de la crise migraineuse pourrait connaître un tournant avec le développement du zavegépant intranasal, un antagoniste du récepteur du CGRP (calcitonin gene-related peptide). C'est ce que montre une nouvelle étude présentée au congrès annuel de l'American Academy of Neurology (AAN 2021)[] 1]

Pour mémoire, le CGRP est un neuromédiateur libéré par le nerf trijumeau au cours de la crise migraineuse. Dans un essai de phase 2/3 randomisé visant à déterminer la posologie, les investigateurs ont mis en évidence que les deux doses, 10 mg et 20mg, du médicament en spray étaient associées à une absence de douleur chez plus de 20 % des patients et atténuaient la photophobie, la phonophobie ou les nausées chez plus de 40 % des patients. La plupart des effets secondaires observés étaient légers à modérés. La prise de zavegépant n'était pas associée à une toxicité hépatique.

« La formulation intranasale a permis de soulager la douleur de certains de nos participants en 15 minutes, bien que statistiquement cela ne soit pas significatif » a expliqué le Pr Richard Lipton (Albert Einstein College of Medicine, New York City ) lors de la présentation de l'étude. « Mais l'abolition durable de la douleur a surtout été observée entre deux et 48 heures après la prise d'une dose » a-t-il ajouté. Un essai de phase 3 a débuté afin de comparer l'efficacité d'une dose de 10mg et un placebo dans le traitement de la migraine sévère.

Trois doses testées

Le zavegépant est le seul antagoniste du récepteur du CGRP en prise nasale à être parvenu à un développement aussi poussé pour le traitement de la migraine sévère.

L'étude a inclus des participants âgés d'au moins 18 ans avec un diagnostic de migraine datant d'au moins un an, qui avaient eu deux à huit crises migraineuses d'intensité modérée à sévère malgré un traitement au cours des trois derniers mois et moins de 15 jours par mois avec des céphalées (migraineuses ou non) au cours des 3 mois précédents.

Les deux critères principaux d'évaluation étaient l'absence de douleur et l'absence du symptôme le plus incommodant dans les deux heures après la prise du médicament.

1673 participants ont été inclus dans le groupe « traitement actif » et parmi eux, 1588 ont traité une crise de migraine avec le médicament.

Les chercheurs ont aussi inclus 1581 participants dans la population modifiée en intention de traiter. Dans ce groupe, 387 ont reçu la dose 5mg, 391 la dose 10mg, 420 la dose 20mg et 401 un placebo.

Diminution de la douleur

L'âge médian des participants était de 40 ans, 86% étaient des femmes et 14% prenaient des médicaments anti-migraine en prophylaxie. Le nombre moyen de crise migraineuse modérée à sévère par mois était de 4,9. Le symptôme le plus fréquent parmi les symptômes les plus gênants était la photophobie.

Les investigateurs ont observé une différence entre les bras traité et contrôle dès 15 minutes après la délivrance de la dose, mais cette différence n'était pas significative.

Au bout de deux heures, l'absence de douleur concernait 15,5 % des participants du groupe placebo, 22,5 % de ceux du groupe 10mg (P=0,0113) et 23,1% de ceux du groupe 20mg (P=0,0055). Le résultat du groupe 5mg (19,6 %) n'était pas significativement différent de celui du groupe placebo.

L’absence du symptôme le plus incommodant concernait 33,7 % du groupe placebo, 41,9 % dans le groupe 10 mg (P=0,0155) et de 42,5 % dans le groupe 20mg (P=0,0094). Pour ce critère-là aussi, le résultat du groupe 5mg (39 %) n'était pas significativement différent de celui du groupe contrôle.

Les effets indésirables les plus fréquents étaient la dysgueusie (altération du goût) et un inconfort nasal. La dysgueusie a concerné de 13,5 à 16,1 % des participants des groupes traités avec le zavegépant, contre 3,5% de ceux dans le groupe placebo. L'inconfort nasal, lui, a touché 1,3 % à 5,2% des participants des groupes traités contre 0,2 % parmi ceux du groupe contrôle. Les investigateurs ont conclu que le zavegépant intranasal avait un bon profil de sécurité.

« Un médicament prometteur à ajouter » en cas de crise migraineuse

Invité à commenter ces résultats pour Medscape Medical News, le Pr Alan Rapoport (David Geffen School of Medicine, University of California, Los Angeles) a déclaré : « le zavegépant est un médicament prometteur à ajouter au rimégépant pour le traitement aigu de la migraine sévère ».

Beaucoup de patients apprécient la formulation en comprimé à dissoudre du rimégépant (Nurtec) mais certains souffrent de nausées ou n'absorbent pas bien les préparations orales, a indiqué le Pr Rapoport, qui est l'ancien président de l'International Headache Society. « Cela fait sens de disposer d'un gépant, qui n'est pas vasoconstricteur et présente peu d'effets indésirables, développé en spray ». Les sprays nasaux ont un effet plus rapide en général, a-t-il ajouté.

En pratique, il n'est pas possible de comparer le zavegépant avec les ergots de seigle, les triptans ou d’autres anti-CGRP parce qu'ils n'ont pas été comparés dans le cadre d'essais, a indiqué Alan Rapoport, qui n'a pas participé à cette étude mais qui déclare une ancienne activité de consultant pour Biohaven Pharmaceuticals, le fabricant du médicament.

« Je pense qu'un spray nasal pourrait agir plus vite et mieux chez certains patients avec des nausées ou une mauvaise absorption. Je verrais donc un intérêt à ce qu'il puisse être approuvé et disponible ».

« Pendant le recueil du consentement, les participants ont été informés qu'ils avaient 3 chances sur 4 de recevoir le médicament, et que participer à un essai augmentait la réponse au placebo », a-t-il expliqué. Avant de commenter : « Dans cet essai, 15,5% des participants ont répondu au placebo, ce qui est élevé, mais pas atypique ».

Cette étude interroge sur la pertinence d'étudier d'autres traitements de la crise de migraine sous forme de préparations nasales. « Je pense que la réponse est affirmative », avance le Dr Rapoport.

« Les préparations nasales efficaces, d'action rapide, faciles à utilisées et avec peu d'effets indésirables, c'est ce dont nous avons besoin ».

 
Les préparations nasales efficaces, d'action rapide, faciles à utilisées et avec peu d'effets indésirables, c'est ce dont nous avons besoin. Pr Alan Rapoport
 

L'étude a été financée par Biohaven Pharmaceuticals. Le Pr Lipton a des liens avec Biohaven. Le Pr Rapoport a eu des liens avec Biohaven.

L’article a été publié initialement sur Medscape.com sous l’intitulé “Intranasal Third-Generation CGRP Effective for Acute Migraine”.  Traduit/adapté par Marine Cygler.

 

LIENS

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....