POINT DE VUE

COVID-19 : à Marseille, un concert-test pensé comme un essai clinique

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

7 mai 2021

Marseille, France – Alors qu’un déconfinement progressif s’annonce, de nombreuses recherches sont actuellement menées sur le mode de transmission du SARS-CoV-2, notamment en espace clos sous forme de concerts-tests. De leurs résultats vont dépendre la reprise ou non des grands rassemblements comme les concerts et autres évènements regroupant plusieurs milliers de personnes.

Contamination par le SARS-CoV-2 et les autres virus respiratoires

A l’instar de ce qui s’est déjà fait en Europe (voir encadré), plusieurs concerts-tests, organisés comme des études scientifiques, mais avec des objectifs différents sont planifiés en France dans les mois à venir. L’un d’eux, imaginé à l’initiative d’acteurs locaux de l’événementiel, prévu au Dôme à Marseille et intitulé « ANRS-CONCERT SAFE », se déroulera sous la houlette de chercheurs de l’Inserm dans le cadre d’une étude promue par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes, en collaboration avec le collectif des professionnels du spectacle DO3ME et avec le soutien de la ville de Marseille et d’Aix Marseille université. 

Conçu dans le cadre d’un protocole validé par les autorités compétentes, à l’instar d’un véritable essai clinique, il s’agira de déterminer si les mesures de protection collectives et individuelles proposées au cours d’un concert dans le cadre de cette étude expérimentale ne sont pas inférieures, en termes de protection contre la contamination par le SARS-CoV-2 et les autres virus respiratoires, aux conditions de vie normales (incluant les restrictions légales mises en œuvre par les autorités). Ces concerts tests marseillais – 2 sont prévus à 14 jours d’intervalle – serviront aussi à mesurer les niveaux de contamination par d’autres pathogènes et permettront une observation des comportements en situation réelle.

Nous avons demandé au principal investigateur, le Pr Fabrice Simon, chercheur (Unité des Virus Émergents, Aix-Marseille Univ-IRD 190-Inserm 1207-IHU Méditerranée Infection) et infectiologue à l’hôpital militaire Laveran de nous préciser le protocole de cette étude et de nous expliquer quelles seront les retombées scientifiques et pratiques de cet évènement.

Medscape édition française : En quoi ce concert-test marseillais est-il une expérience scientifique ?

Pr Fabrice Simon : La question qui est posée porte sur les modalités de transmission du risque infectieux et la façon de contrôler ce risque dans le cadre d’une stratégie que l’on applique à un environnement un peu particulier, à savoir les rassemblements en intérieur. Pour cette expérience, nous ne sommes pas centrés sur une maladie, sur tel ou tel geste barrière comme le port du masque, ni même sur un virus en particulier. Bien sûr, le SARS-CoV-2 est l’un des principaux virus qui circule en ce moment, mais il y en a d’autres et notre idée est d’étudier des marqueurs de la transmission virale et de failles d’hygiène. Nous allons donc évaluer le portage viral avant et après le concert-test. L’une des particularités de ce concert-test est que les spectateurs ne seront pas dépistés au préalable pour le SARS-CoV-2. Il y aura bien un prélèvement salivaire à J-1 pour comparaison ultérieure, mais pas de dépistage avec filtrage à l’entrée pour être au plus proche de la vie réelle. Pour ce faire, nous avons élaboré une stratégie dont le protocole est très rigoureux.

A quoi va ressembler le protocole ?

Pr Simon : Comme dans un essai clinique, nous avons prévu un groupe contrôle. L’idée est de comparer un groupe de 1 125 personnes qui aura assisté au concert à un autre, équivalent, qui n’aura pas participé à l’événement. Tous réaliseront un auto-prélèvement salivaire à J-1 et à J+6. Nous verrons alors quel est le différentiel entre ceux qui n’avaient pas de virus respiratoires (SARS-CoV-2, grippe, rhinovirus, adénovirus …) et ceux qui en acquièrent, ce sera donc une étude de non-infériorité. Les participants, en majorité des étudiants d’Aix-Marseille Université, seront jeunes – moins de 30 ans –, en bonne santé, sans pathologies particulières à titre personnel ou dans leur entourage. Ils bénéficieront d’une information sur les bonnes pratiques d’hygiène et ils se verront remettre un kit sanitaire contenant un masque FFP2, un flacon de solution hydroalcoolique, des mouchoirs jetables et une bouteille d’eau, car il ne sera pas possible de se déplacer à la buvette pendant le concert. Ils auront chargé et activé TousAntiCovid.

Comment devront-ils se comporter pendant le concert ?

Pr Simon : Les spectacles sont prévus pour durer 1 heure et demie. En pratique, pour des raisons logistiques, le protocole prévoit 2 concerts à 14 jours d’intervalle. Pour des raisons scientifiques, les spectateurs seront placés et deux groupes seront formés. Dans l’un, les participants seront côte à côte ; dans l’autre, ils occuperont un siège sur deux. Ils pourront éventuellement se lever mais pas se déplacer. Tous seront suivis très régulièrement pendant les jours qui suivront (1 semaine). Ils devront réaliser un prélèvement salivaire et remplir un questionnaire sur leurs symptômes aussi bien physiques (essentiellement à la recherche d’événements infectieux) que psychologiques (crise d’angoisse, interrogations sur la peur du risque de transmission, etc). Si nous trouvions des conversions de portage viral, alors les comportements (masque retiré, présence à une after et/ou before) seraient interrogés. De même, d’un point de vue virologique, la présence de variants de coronavirus serait recherchée.

En pratique, qui sera sur scène et quand ?

Pr Simon : Plusieurs groupes sont prévus, avec IAM, en tête d’affiche. Pour ce qui est des dates, nous sommes en attente des autorisations dérogatoires finales demandées aux ministères, après que nous avons déjà obtenu le label « priorité nationale de recherche » par le comité interministériel CAPNET, de même que les autorisations réglementaires de l’ANSM (Agence nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) et du Comité de protection des personnes (CPP). A ce jour, la date envisagée pour le premier concert-test est le 29 mai 2021.

Quelles vont être les retombées de cette expérience ?

Pr Simon : Nous sommes convaincus que démontrer l’efficacité d’un socle de mesures sanitaires peut apporter un vrai bénéfice pour les situations qui ne relèveront pas du pass sanitaire actuellement promu par le gouvernement pour les grands rassemblements. Par exemple, les résultats devraient nous éclairer sur les mesures à appliquer pour des rassemblements moins importants que des concerts de 1000 personnes. Par ailleurs, cette étude ne se focalise pas sur le Covid-19, il s’agit de voir à long terme et d’être capable de prévoir, si une nouvelle épidémie à virus respiratoire devait se produire, quel socle de précaution permettrait d’enrayer sa circulation.

En quoi ce concert diffère-t-il des expériences précédentes menées à Leipzig (Allemagne) et à Barcelone (Espagne) l’an dernier (voir encadré) ? Et qu’a-t-on appris ?

Pr Simon : Il faut rappeler que les concerts qui ont eu lieu à Leipzig en août dernier – à une période où la circulation du virus était très faible –étaient des mini-concerts de 30 min, donc assez courts par rapport à la vraie vie. Ils ont néanmoins permis de savoir qu’il se produisait de nombreux contacts à l’entrée du concert et pendant les pauses. Ils ont également mis en évidence l’importance de la ventilation et du port du masque. Le concert de Barcelone de décembre 2020 a, lui, bénéficié d’une logistique lourde avec prélèvements naso-pharyngés sur place. Mais tous les spectateurs devaient avoir été testés et être négatifs pour pouvoir participer, ce qui, là encore, ne reflète pas les conditions réelles. Donc, il ne faut pas comparer ces différentes approches entre elles, mais voir en quoi elles se complètent.

Concerts-tests passés et à venir

Outre le concert marseillais, la présence sur scène du groupe Indochine à l’AccorHotelsArena (ex-Bercy) de Paris devant 5000 personnes devrait finalement avoir lieu le 29 mai et servir de test grandeur nature. Le design de l’étude menée par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris sera très différent de celui du concert de Marseille puisque, pour y participer, il faudra se prêter à un test de dépistage antigénique négatif réalisé dans les 72h avant l’événement, avoir entre 18 et 45 ans, n’avoir eu aucun symptôme du Covid-19 et ne pas avoir été en contact avec des personnes atteintes du virus depuis 2 semaines.

Auparavant, d’autres expériences de ce type ont eu lieu. En Allemagne le 22 août dernier, le Concert Hall de Leipzig a accueilli 3 live du chanteur pop Tim Bendzko. Le dispositif de l’expérience baptisée Restart-19, menée sous la houlette du chercheur Stefan Moritz, à consister à munir les spectateurs, de 18 à 50 ans, d’un collier équipé d’un "contact tracer", lequel a émis un signal régulièrement en recueillant des données sur les mouvements de chaque personne et de leur proximité avec les autres participants (Voir video). En outre, les volontaires ont subi un test pour détecter la maladie, 48h avant le début du spectacle. Enfin, tous les concernés ont obligatoirement dû porter un masque (norme N95). Les résultats portant sur l’importance de la ventilation et du port du masque ont été publiés fin octobre [1].

En mars 2021, 5000 spectateurs, qui avaient été soumis à un test antigénique avant le concert et portaient des masques FFP2 se sont réunis pour un concert autorisé au Palau Sant Jordi, à Barcelone (Espagne). Selon le médecin organisateur, seuls six cas positifs sur les 5 000 spectateurs ont été détectés quinze jours après le concert et les organisateurs sont certains « que pour quatre de ces six cas, la transmission n'a pas eu lieu pendant le concert ». « Il n’y a aucun signe qui suggère qu’une transmission a eu lieu pendant l’évènement, ce qui était l’objectif de cette étude », a déclaré Josep Maria Llibre, médecin de l’hôpital Germans Trias i Pujol de Badalone, lors d’une conférence de presse.

Des résultats qui sont de bons présages à la reprise des concerts, à condition de se soumettre aux conditions sanitaires qui seront exigées pour chacun d’eux.

Source photo : Getty Image

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....