Diminution des cas d’infections invasives à méningocoques, effet positif du COVID-19 ?

Marie Torre

5 mai 2021

France – Le confinement et les mesures-barrières liés au Covid-19 ont fait chuter le nombre de cas d’infections invasives à méningocoques (IIM) et ont bousculé la mise à jour des recommandations vaccinales [1].

Chute du nombre de cas d’IIM

Le méningocoque (Neisseria meningitidis) se transmet par les sécrétions rhino-pharyngées lors de contacts proches, dans les 10 jours qui précèdent la survenue de l’IIM [2].

En France, les principaux sérogroupes responsables d’IIM sont les sérogroupes B et C. Depuis 2015, une augmentation des IIM de sérogroupe W a été constatée, notamment à cause du variant hyper-invasif « UK-2013 ».

Les mesures recommandées à la population pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 (confinement, distanciation, gestes barrières, port du masque) ont eu un effet sur la transmission des autres pathogènes respiratoires, tels que le méningocoque [1].

En 2020, le nombre de cas d’IIM a chuté à partir du mois d’avril (87 cas déclarés entre avril et novembre 2020) par rapport aux années précédentes (239 cas en 2018 et 269 cas en 2019 pour la même période). Cette diminution concerne l’ensemble des sérogroupes, et de manière plus marquée pour le sérogroupe W.

Conséquences sur la révision des recommandations vaccinales

Si la situation épidémiologique des IIM avait poursuivi son évolution croissante en 2020, notamment pour le sérogroupe W, la Haute autorité de santé (HAS) aurait certainement privilégié l’intégration dans la stratégie vaccinale d’un vaccin contre les IIM de sérogroupes A, C, W et Y chez les nourrissons et les adolescents [1].

Mais aujourd’hui, l'évolution de l’épidémiologie des IIM dans les années à venir est incertaine. Plusieurs questions restent en suspens. Les mesures contre le Covid-19 vont-elles être maintenues et quel sera leur impact sur la transmission des méningocoques ? L'effet des mesures passées va-t-il se poursuivre ? Certaines souches vont-elles disparaître ? Une reprise de la transmission est-elle à craindre ?

Compte-tenu de la diminution importante de l'incidence des IIM en 2020 et des incertitudes sur la situation épidémiologique future, la HAS recommande le maintien de la stratégie actuellement en vigueur :

  • Recommandations générales : vaccination contre le méningocoque de sérogroupe C obligatoire chez tous les nourrissons ;

  • Recommandations spécifiques : vaccination par un vaccin tétravalent ACWY chez les personnes à risque d’IIM, les sujets contacts d’un cas d’IIM ACWY,

Autre point étudié par la HAS, l’introduction d’un rappel contre le méningocoque C à l’adolescence : son intérêt n’a pas été clairement établi. Pour exemple, aux Pays-Bas, la vaccination méningococcique C mise en place depuis 15 ans, sans rappel à l’adolescence, est en voie d’éliminer le méningocoque C.

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....