ECG : anomalie observée lors d’un examen de routine

Quiz ECG du mois de mai 2021

Dr Philip Podrid

Auteurs et déclarations

3 mai 2021

Réponse : Il s’agit d’une dissociation auriculo-ventriculaire avec un rythme jonctionnel accéléré

Figure 2 

Il y a un rythme régulier, bien que les quatrième et neuvième complexes QRS (*) soient légèrement précoces ― c'est-à-dire un intervalle RR plus court. Les complexes QRS sont fins et ont une morphologie et un axe normaux. La fréquence des complexes QRS est de 75 battements / min. Les ondes P se produisent (+) à un rythme régulier (↔) de 58 battements / min. Il n'y a pas de relation entre les ondes P et les complexes QRS ― c'est-à-dire que les intervalles PR sont variables. C'est la dissociation AV.

Il existe deux étiologies pour la dissociation AV :

  • l'une est un bloc AV complet, dans lequel la fréquence atriale est plus rapide que la fréquence ventriculaire, qui représente un rythme d'échappement et peut être jonctionnel ou ventriculaire sur la base de la morphologie du complexe QRS et non de la fréquence du rythme d'échappement.

  • une autre étiologie est le pacemaker inférieur accéléré, qui peut être jonctionnel ou ventriculaire (fréquence atriale plus lente que la fréquence ventriculaire).

La fréquence ventriculaire est plus rapide que la fréquence atriale, avec une bradycardie sinusale et un rythme jonctionnel accéléré. Les quatrième et neuvième complexes QRS sont légèrement précoces et sont précédés d'ondes P et du même intervalle PR. Par conséquent, ce sont des complexes capturés.

On appelle cela aussi dissociation iso-rythmique, ce qui constitue une « anomalie » bénigne.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....