En cas de fibrose hépatique, rechercher des facteurs de risque cardiovasculaire

Nathalie Barrès

28 avril 2021

Boston, Etats-Unis – Une étude de grande envergure chez 3 276 individus de la Framingham Heart Study montre que la fibrose hépatique est associée à plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire notamment, l’obésité, le syndrome métabolique, le diabète, l’hypertension, des taux de cholestérol-HDL bas et ce même après ajustement. Ici, la fibrose a été retrouvée chez près de 10% des adultes d’un échantillon représentatif de la population américaine, extrait de la Framingham Heart Study.

Ces résultats confortent l’intérêt du suivi des mesures hygiéno-diététiques et incitent à évaluer le risque cardiométabolique chez les patients atteints de fibrose hépatique.

Ce travail a été publié dans Hepatology[1].

Mieux connaitre l’association entre fibrose hépatique et facteurs de RCV

La prévalence de la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) sera bientôt la pathologie chronique hépatique la plus fréquente à travers le monde. Les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de morbi-mortalité des sujets souffrant de NASH.

La rigidité hépatique évaluée par élastographie impulsionnelle à vibration contrôlée (VCTE pour Vibration Controlled Transient Elastography), corrélée à la fibrose hépatique permet de prédire la mortalité hépatique et globale (toutes causes confondues). Bien que le taux de graisse hépatique soit associé aux facteurs de risque cardiovasculaire, l’association entre la fibrose hépatique et les facteurs de risque cardiovasculaire n’est pas bien connue.

3 276 individus de la Framingham Heart Study

Les chercheurs ont utilisé la VCTE pour évaluer la stéatose via le paramètre d’atténuation contrôlé (CAP) et la mesure de la rigidité hépatique (LSM pour Liver Stiffness measurement). Au global 3 276 individus inclus dans la cohorte Framingham Heart Study – troisième génération - et la cohorte OMNI 2 de sujets ayant participé à une étude ancillaire évaluant la présence de graisse hépatique et de fibrose entre 2016-2019, ont été évalués lors d’une visite classique de suivi. Un CAP ≥290 dB/m caractérisait une stéatose hépatique et un LSM ≥8,2 kPa une fibrose hépatique.

Sur l’ensemble des sujets inclus, 53,9% étaient des femmes, l’âge moyen était de 54,3 ans, l’IMC moyen était de 28,3 kg/m2 et 32,3% de la population était obèse. Au global, 28,8% des sujets suivis avaient une stéatose hépatique (23,7% sans fibrose avancée), 8,8% une fibrose hépatique et 1,6% une cirrhose. Parmi les sujets obèses et diabétiques, ils étaient respectivement 15,7% et 27,5% à avoir une fibrose hépatique.

Après ajustement sur le sexe, l’âge, le statut tabagique, la consommation hebdomadaire d’alcool, l’indice d’activité physique, les taux d’aminotransférases et le CAP, la fibrose hépatique est restée associée à plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire, notamment l’obésité (odds ratio (OR) 1,82), le syndrome métabolique (OR 1,49), le diabète (OR 2,67), l’hypertension (OR 1,52) et de faibles taux de cholestérol HDL (OR 1,47). Ces données suggèrent donc qu’il existe bien une association entre fibrose hépatique et maladies cardiovasculaires en dehors de l’association avec la stéatose.

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....