Cas clinique : traumatisme pénien après une chute

Dr D. Brady Pregerson

Auteurs et déclarations

18 avril 2021

Histoire de la maladie

Alors qu’il travaillait sur la plateforme arrière de son véhicule utilitaire (pickup), un homme de 48 ans a trébuché et chu en avant à califourchon sur une souche d’arbre. L’impact s’est localisé au niveau du périnée et du pénis ; il a entrainé une douleur intense pendant 5 à 10 minutes, qui s’est atténuée par la suite. L’homme n’a gardé qu’une sensation d’inconfort, il a pu poursuivre son activité. Mais à la fin de sa journée de travail, lorsqu’il est allé uriné, il a à nouveau ressenti une gêne violente à type de brûlure, associée à une hématurie macroscopique franche. Par la suite, chaque miction était difficile et l’hématurie a persisté. C’est pour cette raison qu’il vient consulter aux urgences.

L’homme ne se plaint pas de douleurs spontanées. Au moment de la chute, ni son abdomen, ni ses flancs n’ont heurté le bout de bois. À l’admission, il ne se plaint pas de douleurs abdominales, de nausées ou vomissements, et non plus de douleurs à la marche. Il ne signale pas d’œdème ou d’hématome scrotal. Il ne déclare aucun antécédent médical ni traitement habituel.

Examen clinique et para-clinique

Les paramètres hémodynamiques mesurés à l’arrivée aux urgences sont sans particularité : fréquence cardiaque de 80 battements/min et tension artérielle de 132/76 mm Hg. Le patient est apyrétique et ne présente pas de signes de détresse vitale. L'examen initial de la région génito-urinaire et périnéale révèle la présence de sang au méat urétral (Figure 1).

Figure 1.

Le patient vous présente le papier toilette qu’il a utilisé pour éviter de tâcher ses vêtements : il est imbibé d'une petite quantité de sang. L’examen du méat urétral, du pénis dans son intégralité et du périnée ne retrouve pas de plaies superficielles, de dermabrasion ou d’ecchymose. Aucune lésion n’est visible sur le scrotum et la palpation des testicules est indolore et ne permet pas de détecter d’anomalies.

L'abdomen est lui aussi indolore à la palpation, y compris dans la région des deux flancs ou en para-vertébral. Le reste de l'examen – cardiaque, pulmonaire et musculo-squelettique – ne retrouve pas d’anomalies ou de stigmates de lésions.

Les urines sont franchement hématuriques (de la couleur lie de vin) et l’analyse par bandelette urinaire confirme la présence d'une hématurie macroscopique. Une numération formule sanguine complète est demandée, et ses résultats sont dans les limites de la normale : pas d’hyperleucocytose et un hématocrite à 45 %. L’examen de l’hémostase est sans particularités. Plusieurs radiographies du bassin sont réalisées et elles ne mettent pas en évidence de fracture. Une urétrographie par voie rétrograde est ensuite pratiquée (Figure 2).

Figure 2.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....