Registre OFICSel: diagnostic et traitement de la carence en fer en cas d'insuffisance cardiaque

Caroline Vrancken

Auteurs et déclarations

9 avril 2021

France -- La carence en fer survient chez environ 50% des patients atteints d'insuffisance cardiaque. La Société européenne de cardiologie (ESC) préconise de rechercher la présence d’une carence en fer chez les patients ayant reçu récemment un diagnostic d’insuffisance cardiaque, et de supplémenter la carence en fer uniquement par voie intraveineuse chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite (HFrEF). A l’heure actuelle, des données sur l’implémentation de ces recommandations en vie réelle font quelque peu défaut.

Dans le cadre du registre multicentrique de l'Observatoire Français de l'Insuffisance Cardiaque et du Sel (OFICSel), une équipe de scientifiques a initié des recherches dans le but de décrire la prévalence de la carence en fer chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque, d'évaluer l'implémentation des recommandations de l'ESC en pratique clinique, et d'étudier les caractéristiques épidémiologiques des patients atteints d'insuffisance cardiaque testés pour la carence en fer, et des patients traités par la suite.

OFICSel est un registre non interventionnel, observationnel, transversal et multicentrique, géré par le Groupe Insuffisance Cardiaque et Cardiomyopathies (GICC) de la Société Française de Cardiologie. Au total, environ 300 cardiologues de cabinets privés et hospitaliers ont contribué à ce registre. 

L'étude a inclus des patients âgés de plus de 18 ans, hospitalisés ou non, atteints d'une insuffisance cardiaque aiguë ou chronique, et hospitalisés pour un épisode aigu au moins une fois au cours des 5 dernières années.

De mars à juin 2017, 2822 patients ont été inclus. Dans l'ensemble, les patients atteints d'insuffisance cardiaque étaient majoritairement de sexe masculin (69,1%), et d'un âge médian de 69 ans. Sur les 2680 patients pour lesquels des données ont été recueillies, 53,8% présentaient une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite, 21,0% une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection moyenne et 25,2% une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée. En outre, 427 (16,4%) patients avaient reçu un diagnostic d'insuffisance cardiaque dans les trois mois avant l'inclusion dans l'étude. Enfin, l'insuffisance cardiaque était aiguë chez 783 (27,7%) patients et stable chez 2.039 (72,3%) patients.

Au total, 1.075 patients (38,1%) ont subi un test pour détecter la présence éventuelle d'une carence en fer, et le diagnostic a été confirmé chez 364 (33,9% ) patients. Parmi ceux-ci, 168 (46,2%) ont reçu une supplémentation en fer dont 128 (76,2%) par voie intraveineuse et 40 (23,8%) par voie orale. Parmi les 201 patients atteints d‘insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection réduite chez qui une carence en fer avait été diagnostiquée, 99 (49,3%) ont reçu une supplémentation en fer dont 79 (79,8%) par voie intraveineuse et 20 (20,2%) par voie orale.

Les auteurs concluent que, sur base de ces résultats, les cardiologues devraient être encouragés à suivre les lignes directrices de l'ESC concernant le dépistage de la carence en fer et la supplémentation en fer, afin de garantir un traitement optimal des patients atteints d'insuffisance cardiaque.

 

Cet article a été initialement publié sur MediQuality.net.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....