Un boom des cancers du sujet âgé attendu d’ici à 2050

Agnès Lara

18 mars 2021

Nouvelle-Zélande, Mexique, France — En 2018, on a dénombré 2,3 millions de nouveaux cas de cancer dans le monde chez les sujets de 80 ans ou plus. Et ils représentaient 13% des cas diagnostiqués dans l’ensemble de la population.

Sans surprise, les cancers du sein, du poumon et du côlon ont été les plus fréquemment diagnostiqués chez les femmes de cette tranche d’âge, tandis que les cancers de la prostate, du poumon et du côlon étaient les plus fréquents chez les hommes.

Avec le vieillissement de la population, on s’attend à ce que le nombre de cas de cancer triple à l’horizon 2050 dans cette population. Et compte tenu de la complexité de la prise en charge des cancers chez le sujet âgé, cette explosion du nombre de cas de cancer va constituer un véritable défi pour les systèmes de santé et aura nécessairement un impact important, tant au niveau familial que sociétal.

Vieillissement de la population

Un triplement de la population des sujets âgés de 80 ans ou plus (≥80) est attendu en 2050 (426 millions) par rapport à 2019 (143 millions). L’âge étant un facteur de risque de cancer, qu’en sera-t-il de l’incidence de ces pathologies dans cette population ? Pour le moment, peu de données sont encore disponibles. Ce que l’on sait en revanche, c’est que les sujets les plus âgés ont moins de chances de survivre à un cancer que les sujets plus jeunes, notamment du fait qu’ils ont moins accès aux nouveaux traitements. Face à ce boom de cancers attendu en 2050, des chercheurs néozélandais, mexicains et français ont voulu estimer le fardeau que représenteront ces pathologies dans cette population de sujets âgés en 2050, à la fois de façon globale au niveau mondial, et dans différentes régions du monde.

Cancers des plus de 80 ans

Le nombre de nouveaux cas de cancer estimés, ainsi que de l’incidence standardisée selon l’âge, ont été recueillis pour les principaux types de cancer dans cette population des 80 ans ou plus dans 185 pays et régions du monde (à l’exception des tumeurs non mélanome pour les cancers de la peau), à partir de la base de données GLOBOCAN de l’International Agency for Research on Cancer

En 2018, on a estimé à 2,3 millions le nombre de nouveaux cas de cancer concernant des sujets âgés de 80 ans ou plus de par le monde, ce qui représentait 13% de tous les cas de cancer diagnostiqués cette année-là dans le monde. De fortes disparités étaient cependant relevées selon les régions, allant de 6% des cas de cancer diagnostiqués en Afrique, à 18% de ceux diagnostiqués en en Europe. Des différences étaient également observées selon les pays, depuis le japon qui présentait la proportion la plus importante (31%) contre seulement 2% dans les îles Salomon.

Sein/poumon chez les femmes, prostate/poumon chez les hommes

L’analyse des cancers selon le sexe a montré que les cancers du sein, du poumon et du côlon étaient les cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les femmes âgées. Ces résultats ont été retrouvés au niveau mondial et dans la plupart des régions du monde analysées séparément.

Chez les hommes, les cancers de la prostate et du poumon étaient les plus fréquents chez les hommes de cette tranche d’âge au niveau mondial, et le cancer du côlon dans la plupart des régions. 

En 2050, les extrapolations estiment à 6,9 millions le nombre de nouveaux cas qui seront diagnostiqués dans cette tranche d’âge des 80 ans ou plus à l’échelle mondiale. Ils représenteront alors 20,5% de tous les cas de cancer. Une augmentation globale de 200% par rapport à 2018 et même de 327% en Chine, moindre en Europe (87%).

En 2050, à l’échelle mondiale, les 80 ans ou plus représenteront alors 20,5% de tous les cas de cancer.

 

 

Cet article a été initialement publié sur le site Univadis.fr, membre du réseau Medscape.  

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....