Thromboses et vaccin AstraZeneca : 30 cas douteux sur 5 millions d’européens vaccinés

Aude Lecrubier

12 mars 2021

Europe – Le vaccin AstraZeneca est à nouveau dans la tourmente en raison de la survenue d’une trentaine de cas de troubles de la coagulation post-vaccination en Europe. L’agence européenne du médicament (EMA) et les autorités françaises souhaitent toutefois calmer le jeu. Elles soulignent que le taux d’incidence de ces thromboses est similaire à celui observé dans la population générale, chez les personnes non-vaccinées. Des investigations sont en cours pour chacun de ces signalements.

Arrêt au Danemark, en Finlande, en Islande, en Italie et en Roumanie

Suite à ces cas de troubles de la coagulation, les autorités sanitaires de trois pays européens, le Danemark, la Finlande et l’Islande ont suspendu le 11 mars leur campagne de vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca. Elle ont cependant, elles-aussi, souligné qu’elles agissaient par précaution et qu’il n’y avait pas de preuve de lien de causalité entre la vaccination et la survenue de ces cas.

La décision du Danemark fait suite au cas d’une femme de 60 ans qui est décédée d’une thrombose après avoir reçu le vaccin. Plusieurs autres pays européens avaient récemment cessé d'utiliser des doses du même lot de vaccin après des rapports de thromboses sévères.

Jeudi, la Norvège et l’Islande ont suivi l’initiative du Danemark. L'Italie et la Roumanie ont également suspendu les injections, mais uniquement à partir d'un lot de vaccin différent de celui qui avait suscité des inquiétudes dans les premiers pays.

Pas lieu de suspendre en France

En France, où le vaccin a déjà été administré à 919 115 personnes selon le site vaccinTracker, Olivier Véran a indiqué qu’il n'y avait « pas lieu de suspendre la vaccination avec AstraZeneca ».

De leur côté, les autorités de santé anglaises indiquent que : « les caillots sanguins peuvent survenir naturellement et ne sont pas rares. Plus de 11 millions de doses du vaccin Covid-19 AstraZeneca ont maintenant été administrées à travers le Royaume-Uni  […] Et, les signalements de formation de caillots sanguins reçus jusqu'à présent ne sont pas supérieurs au nombre qui se serait survenus naturellement dans la population vaccinée. »

Le son de cloche est le même du côté de l’EMA[1] :  « il n'y a actuellement aucune indication que la vaccination ait causé ces événements, qui ne sont pas répertoriés comme effets secondaires avec ce vaccin ».

Elle souligne que « le nombre d'événements thromboemboliques chez les personnes vaccinées n'est pas supérieur au nombre observé dans la population générale ».

Au 10 mars 2021, 30 cas d'événements thromboemboliques avaient été signalés parmi près de 5 millions de personnes vaccinées avec le vaccin Covid-19 AstraZeneca dans l'Espace économique européen[2].

L’EMA est en cours d’investigation de tous les cas d'événements thromboemboliques et autres conditions liées à la formation de caillots sanguins, rapportés après la vaccination avec le vaccin Covid-19 AstraZeneca.

Que dit le dernier rapport de pharmacovigilance l’ANSM sur le vaccin AstraZeneca ?

Le quatrième rapport de pharmacovigilance sur les effets indésirables rapportés avec le vaccin AstraZeneca qui couvre les données validées du 26 février au 4 mars 2021 a été publié[3]. Il indique que depuis le début de la vaccination avec le vaccin AstraZeneca, 3 013 cas d'effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Amiens et Rouen). La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité qui surviennent principalement chez des femmes. « Compte tenu du retentissement potentiel de ces syndromes pseudo-grippaux dont certains particulièrement sévères (désaturation, méningisme, fièvre à 41°C, convulsion, perte de connaissance avec chutes traumatiques, délire/hallucinations, cyanose des extrémités, hypothermies…), il pourrait être utile de proposer une vigilance accrue dans les populations susceptibles de voir leurs comorbidités décompensées », indiquent les analystes.

Concernant les troubles de la coagulation tels que des événements thrombo-emboliques, en France, 1 cas de thromboses multiples dans un contexte de CIVD (coagulation intravasculaire disséminée) a été analysé dans le cadre du comité de suivi du 11 mars.

« Au regard des données disponibles, rien ne permet de conclure que cet effet soit en lien avec le vaccin. Dans le cadre de la surveillance renforcée, l'ANSM et le réseau français des CRPV portent une attention toute particulière à ces évènements thrombo-emboliques », indique le rapport.

Parmi les cas concernant le lot ABV5300 (celui incriminé dans plusieurs cas de troubles de la coagulation recensés en Europe) et depuis le début du suivi, il n’y a pas de cas de décès, pas de cas de mise en jeu du pronostic vital et il n’y a pas non plus de cas de thrombose et de thrombopénie, précise le rapport.

 

A surveiller

Outre le signal sur les troubles de coagulation (CIVD, thrombopénies…), les experts recommandent une surveillance accrue pour :

-les exacerbations de dyspnées et d’asthmes ;

-les troubles du rythme ;

-les poussées hypertensives hors syndrome grippal ;

-les réactions anaphylactiques ;

-les urticaires ;

-les hypotensions ;

-les hypothermies ;

-les lymphopénies ;

-les déséquilibres diabétiques ;

-les myo-péricardites/péricardites.

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....