Vaccination Covid-19 : un médecin généraliste lyonnais témoigne

Anne-Gaëlle Moulun

10 mars 2021

Lyon, France – Suite à la décision de la Direction Générale de la Santé (DGS) de geler les commandes de doses de vaccin contre le Covid-19 aux médecins généralistes cette semaine, leur préférant les pharmaciens, la moutarde est montée au nez de la communauté médicale exaspérée par ses incessantes tergiversations (Lire Les professionnels de santé au cœur de polémiques autour de la vaccination). Dans ce contexte de grande tension, nous avons demandé à un médecin généraliste lyonnais qui s’est porté volontaire pour vacciner, le Dr Vincent Rébeillé-Borgella, de nous raconter de son quotidien.

Medscape édition française : est-il facile de commander et d’obtenir des doses de vaccin contre le Covid-19 ?

Dr Vincent Rébeillé-Borgella : Oui, jusqu’à présent c’était facile, il suffisait de contacter le pharmacien de référence pour passer commande et récupérer les doses. Jusqu’à la semaine dernière, nous avions droit à 10 vaccins hebdomadaires. Cette semaine, nous avions normalement droit à 30 doses, commandées mercredi dernier et pas encore reçues. J’ai reçu un message ce week-end me disant que j’avais commandé trois flacons qui arriveraient en retard. Le courriel précise que je ne suis pas sûr de recevoir ces doses. J’avais pourtant déjà tout prévu pour les rendez-vous de la semaine ! De plus, les médecins généralistes ont appris ce dimanche que la priorité serait donnée aux pharmaciens cette semaine pour la commande de doses et que les médecins ne pourraient pas en commander. Ma prochaine commande, je ne pourrai la faire que le 18 mars et je ne serai livré que vers le 26-27. On sent une colère monter de la part des confrères. Je crains un découragement des médecins s’ils doivent appeler des patients pour décommander des rendez-vous. De leur côté, les patients risquent de ne pas comprendre et de croire que c’est de notre fait… C’était bien parti, mais la DGS vient de mettre un coup de frein à la campagne.

Recevez-vous beaucoup de demandes de patients pour être vaccinés ?

Dr Vincent Rébeillé-Borgella : Oui, depuis trois semaines les demandes affluent. Les patients savent que nous vaccinons et n’hésitent pas à nous solliciter. Nous avons eu trois listes de patients prioritaires à organiser : ceux de 50-64 ans, puis les 65-75 ans et nous devons aussi nous adapter pour les plus de 75 ans qui n’ont pas réussi à avoir un vaccin Pfizer. C’est extrêmement complexe, car cela change tout le temps. C’est difficile pour nous de nous organiser. Nous avons aussi des patients qui voudraient se faire vacciner mais qui ne sont pas dans les personnes prioritaires.

Certains patients sont-ils réticents à se faire vacciner ?

Dr Vincent Rébeillé-Borgella : C’est rare. Il suffit de discuter avec les patients pendant 5 minutes pour les convaincre. La plupart du temps, ils ont surtout des réticences vis-à-vis de l’efficacité du vaccin. Sur toutes les personnes que j’ai appelées au téléphone ou que j’ai reçues au cabinet, un bon tiers avaient des réticences et j’ai pu les convaincre et seulement 3 ou 4 personnes sur 100 n’ont pas donné leur accord pour la vaccination. De plus, quand ils me demandent si je suis vacciné je les informe que oui. La force de l’exemple des professionnels de santé est importante.

Y a-t- il des difficultés pratiques à la mise en place de la vaccination en cabinet ?

Dr Vincent Rébeillé-Borgella : Non mais il faut s’organiser pour appeler les patients et organiser l’attente pendant 15 minutes en salle d’attente après la vaccination. Lorsque les patients arrivent, je vérifie leur tension, leurs constantes et s’ils n’ont pas de contre-indications. Ensuite il faut entrer les informations dans l’ordinateur pour le dossier. Cela prend environ 15 minutes par patient. En s’organisant bien, avec mon interne, on peut descendre à 10 minutes : l’un prend les constantes et l’autre s’occupe d’entrer les informations dans l’ordinateur. Un médecin seul aura sans doute plus de mal à s’organiser. Pour ma part, je travaille dans une maison de santé pluridisciplinaire avec 9 médecins et nous avons mutualisé les doses de vaccins.

La force de l’exemple des professionnels de santé est importante.

Avez-vous constaté des effets secondaires suite à la vaccination ?

Dr Vincent Rébeillé-Borgella : Nous n’en avons pas vu en salle d’attente, mais le jour-même ou le lendemain, les patients nous signalent essentiellement des syndromes para-grippaux. En général, cela dure 24 heures. C’est pourquoi nous avons prévu de vacciner plutôt les jeudis et vendredis. Et nous leur proposons systématiquement de prendre du paracétamol juste avant de venir se faire vacciner, afin d’éviter la fièvre.

Les patients nous signalent essentiellement des syndromes para-grippaux. C’est pourquoi nous avons prévu de vacciner plutôt les jeudis et vendredis.

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....