Présent dans les crèmes solaires, l’octocrylène se dégrade en un produit cancérigène, alertent des chercheurs

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

10 mars 2021

France, Etats-Unis Fréquemment utilisé dans l’élaboration des écrans solaires et crèmes anti-âge, l’octocrylène se dégrade avec le temps en un composé connu, cancérigène et perturbateur endocrinien – la benzophénone – au sein même des conditionnements. Tel est le résultat d’une étude inédite issue d’une collaboration franco-américaine et publiée dans la revue Chemical Research in Toxicology[1].

Pour les chercheurs, ces résultats constituent de nouvelles preuves scientifiques pour faire valoir que les produits à base d'octocrylène / benzophénone peuvent constituer une menace pour la santé individuelle et publique, ainsi que pour l’environnement. Ils appellent les autorités de régulation à appliquer le principe de précaution et à en bannir l’emploi tant que la preuve de leur innocuité n’aura pas été apportée.

Quantification après processus de « vieillissement »

Utilisée comme filtre organique de protection solaire, l'octocrylène est un ingrédient présent dans de nombreux cosmétiques tels que les écrans solaires, les crèmes anti-âge et les baumes à lèvres hydratants. Problème : il se dégrade naturellement en benzophénone. Pour savoir en quelle quantité, les chercheurs du Laboratoire de biodiversité et biotechnologies microbiennes de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Sorbonne Université/CNRS) en collaboration avec leurs confrères américainsont fait subir un test de vieillissement accéléré à toute une série de cosmétiques (voir liste ci-dessous).

Après avoir effectué ce processus — sensé refléter la dégradation du produit sur une durée de 1 an, les scientifiques ont quantifié la quantité de benzophénone produite, laquelle était augmentée entre 38,7% to 199,4%. La plus faible concentration de benzophénone dans un produit était pour Uriage Age Protect SPF30. Tandis que L’Oréal Age Perfect FPS 20 présentait la plus forte à la fois dans le matériel d’origine et après vieillissement accéléré. Les scientifiques font d’ailleurs remarquer que l’Europe et la France ne requièrent pas de mentionner les concentrations d’octocrylène ou d’autres substances actives sur les emballages, et que la quantité présente dans le tube à l’origine n’est donc pas connue du consommateur.

Parmi les produits (disponibles en France) testés par les chercheurs et contenant de l’octocrylène figurent : Garnier Ambre Solaire Resisto Enfant FPS 50+, Bioderma Photoderm AR SPF 50+ Teinte Naturelle, Uriage Age Protect Fluide Multi-Actions SPF 30, LaRoche-Posay Sans Traces Blanches SPF 50+, LaRoche-Posay 50+ SPF Brume Invisible/Transparentes Spray, Cosmia Sun BB Creme SPF 50 Haute Protection, Cosmia Sun Haute-High Protection SPF 30, and L’Oreal Age Perfect Soin Rose Re-Fortifiant FPS 20.

Tous ont été comparés à la crème solaire Nivea Sun SPF 50+, qui, elle, ne contient pas d’octocrylène dans ses ingrédients, et a servi de témoin.

La benzophénone, un cancérigène, un perturbateur endocrinien et un herbicide

Les chercheurs démontrent donc aujourd’hui que la concentration en benzophénone dans une quinzaine de cosmétiques testés augmente rapidement avec le vieillissement du produit. Or, tous deux absorbés par la peau, l'octocrylène et la benzophénone présentent un risque à la fois pour l’homme et pour l’environnement.

L’octocrylène est en effet décrit comme toxique pour l’environnement, affectant notamment les coraux dans les zones de baignade et diminuant potentiellement la résilience des récifs coralliens au changement climatique.

Quant à la benzophénone, c’est un cancérigène reconnu. Il a été montré sur des modèles animaux, qu’elle induit des cancers du foie et des lymphomes. « Elle peut également agir comme un photomutagène : en présence de lumière, le taux de lésions de l'ADN s’accroît, augmentant ainsi le risque de cancers de la peau. Enfin, la benzophénone est aussi connue comme un perturbateur endocrinien, affectant les fonctions thyroïdiennes et induisant une activité anti-androgène, pouvant retarder le développement des testicules et causer des déformations anatomiques aux organes reproducteurs féminins » rapporte le communiqué du CNRS [2]. Dans leur publication, les scientifiques expliquent qu’en s’intéressant de près à l’histoire de la benzophénone, on constate que les premiers brevets déposés pour cette molécule ont trait à ses propriétés d’herbicide ! Une information qui mérite qu’on s’inquiète des effets de cette molécule sur la faune et la flore quand elle se retrouve dans le milieu aquatique après la baignade.

Une menace pour la santé humaine et l’environnement

Cette étude inédite apporte donc de nouvelles preuves scientifiques pour faire valoir que les produits à base d'octocrylène – et donc contaminés par de la benzophénone – peuvent constituer une menace pour la santé individuelle et publique, ainsi que pour l’environnement.

Les chercheurs ne se contentent d’ailleurs pas de démontrer la dangerosité potentielle pour l’homme et l’environnement de substances dans certaines crèmes et autres écrans solaires – un risque que l’industrie cosmétique connait, précisent-ils dans leur publication, mais qu’elle s’abstient de prendre en compte et de mentionner considérant que la quantité de benzophénone issue de la dégradation de l’octocrylène est « négligeable ».

Ils écrivent que l’octocrylène et la benzophénone sont susceptibles de constituer une menace pour la santé humaine et celle de l’environnement et lancent un appel aux différentes autorités de régulation – que l’on pourrait accuser de faire preuve d’un « manque de prudence irresponsable » – pour qu’elles soient beaucoup moins laxistes à ce sujet.

Appel aux autorités de régulation

Pour les chercheurs, les autorités de régulation devraient réfléchir à interdire la fabrication et la vente de produits contenant de l’octocrylène/benzophénone jusqu’à ce que la preuve de leur innocuité pour l’homme et la nature ait été apportée par des modèles ou des essais cliniques de santé publique. Et de conclure : que comme «  alternative au système actuel de laissez faire (en français dans le texte), il serait pertinent de mettre en place des régulations dictées par le principe de précaution dont l'objectif serait la protection de la santé publique et de l’environnement ».

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....