« 30 % des soignants sont vaccinés. Cela ne suffit pas ! » pointe Olivier Véran

Anne-Gaëlle Moulun

5 mars 2021

Paris, France Lors de sa conférence de presse du 4 mars, le premier ministre Jean Castex a annoncé le confinement du Pas-de-Calais le week-end et le placement de trois départements supplémentaires en surveillance renforcée. Il a par ailleurs indiqué que la vaccination allait s’accélérer dans les jours à venir et s’est inquiété, avec Olivier Véran, du faible nombre de soignants vaccinés.

Pas de hausse exponentielle de l’épidémie

« La circulation du virus s’est accélérée depuis une quinzaine de jours. Le variant anglais représente désormais plus de 60 % des contaminations dans notre pays », a souligné le premier ministre Jean Castex. Néanmoins, il note que « nous ne sommes pas confrontés à une hausse exponentielle de l’épidémie. Nous constatons aussi que les contaminations ont baissé de 17,5 % chez les plus de 80 ans. J’y vois la confirmation de l’efficacité de la vaccination », s’est-il félicité.

Confinement le week-end dans le Pas-de-Calais

Néanmoins, il s’est dit préoccupé par la pression qui reste forte sur nos établissements de santé. « Plus de 25 000 malades ont été hospitalisés mercredi, soit 500 de moins qu’il y a une semaine, mais 3847 ont été admis en réanimation, soit 200 de plus qu’il y a huit jours », a-t-il pointé. « Ces chiffres dissimulent des situations contrastées selon les territoires. Nous avions déjà placé 20 départements sous surveillance renforcée et instauré un confinement le week-end dans les agglomérations de Nice et Dunkerque », a-t-il rappelé. Le virus a continué à progresser plus activement, sauf dans les Bouches-du-Rhône et en Moselle. « Trois départements s’ajoutent à la liste : les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube », a-t-il annoncé. Par ailleurs, le dispositif de confinement le week-end est étendu à l’ensemble du Pas-de-Calais, où l’incidence a augmenté de 23 % et dépasse les 400 contaminations pour 100 000 habitants. Les commerces non alimentaires de plus de 5000 m² seront fermés.

Trois départements s’ajoutent à la liste : les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube Jean Castex

Pas de confinement le week-end dans les autres départements

Dans les autres départements sous surveillance renforcée, il n’y aura pas de confinement le week-end. Mais les grands centres commerciaux de plus de 10 000 m² seront fermés et l’obligation du port du masque dans toutes les zones urbaines sera instaurée. De plus, il sera possible d’interdire ou de réglementer l’accès à des sites très fréquentés pendant les week-ends.

Les préfets pourront interdire les manifestations organisées dans l’espace public lorsqu’elles présenteront un risque sanitaire avéré. Ces dispositions entreront en vigueur ce vendredi à minuit.

Par ailleurs, la vaccination va être renforcée dans les départements concernés. Le premier ministre a ajouté deux recommandations : réduire les contacts sociaux et familiaux et ne pas sortir, autant que possible, des 23 départements concernés.

« Un confinement même limité au week-end est une mesure lourde. Nous devons tout faire pour l’éviter », a martelé Jean Castex.

22 millions de doses de vaccins livrées en mars et avril

Le premier ministre a ensuite fait le point sur la vaccination. « 3,2 millions de personnes sont aujourd’hui vaccinées dont 1,8 ont reçu leurs 2 doses. Ce sont des personnes généralement âgées ou présentant des comorbidités. La France est en tête en Europe pour cette vaccination de la population la plus à risque : plus de 80 % des résidents des Ehpad ont reçu une première injection et plus de 60 % ont reçu leurs deux doses », a détaillé Jean Castex. « Il faut que les personnels des établissements se fassent aussi vacciner », a-t-il souligné.

Pour lui, deux éléments vont permettre d’accélérer la vaccination : d’abord, les livraisons de doses à la France vont s’accélérer. Alors que 7 millions de doses ont été reçues en janvier et février, 22 millions seront réceptionnées en mars et en avril. De plus, la Haute Autorité de Santé (HAS) a annoncé que le vaccin AstraZeneca pouvait désormais être administré aux personnes de plus de 65 ans. « Ce vaccin est aussi performant que ceux de Pfizer ou de Moderna. Les réserves qu’il a suscitées n’ont plus lieu d’être », a assuré Jean Castex, dans la lignée du Pr Alain Fischer . D’ici la mi-avril, il espère que 10 millions de personnes pourront être vaccinées, d’ici mi-mai au moins 20 millions et d’ici l’été, près de 30 millions de personnes.

Vaccination par les pharmaciens dès le 15 mars

Actuellement, 28 % des plus de 75 ans a d’ores et déjà reçu une première dose. « Je sais que beaucoup de personnes n’ont pas encore réussi à obtenir un rendez-vous. Il faudra encore faire preuve de patience. Chaque semaine, les centres ouvrent en moyenne 320 000 nouveaux rendez-vous », a déclaré le premier ministre. Pour les personnes de plus de 50 ans, la vaccination est ouverte en cas de comorbidités. « Pour vous faire vacciner, vous devez contacter votre médecin. Il sera également possible de se faire vacciner auprès des pharmaciens à partir du 15 mars », a annoncé Jean Castex. Pour les personnes de 50 à 74 ans sans pathologie particulière, la vaccination sera possible à partir de la mi-avril.

« Les soignants sont éligibles à la vaccination depuis début janvier or, seul un soignant sur 3 est aujourd’hui vacciné. Ce n’est pas normal », a pointé le premier ministre.

« La progression des livraisons va nous permettre de faire monter en puissance la vaccination. 135 000 nouvelles doses vont être allouées d’ici ce soir dans les départements sous surveillance renforcée » a annoncé Jean Castex.

Seul un soignant sur 3 est aujourd’hui vacciné. Ce n’est pas normal Jean Castex

Centres de vaccination éphémères

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a pour sa part annoncé « l’ouverture de centres de vaccination éphémères pour vacciner au maximum ce week-end ». « J’ai demandé à l’ensemble des établissements hospitaliers d’accélérer la vaccination », a-t-il ajouté. « Plus de 800 000 vaccins ont été livrés aux médecins généralistes. Les doses ne doivent pas dormir dans les frigos des médecins ou des pharmaciens. Les pharmaciens pourront vacciner à partir de la mi-mars », a-t-il répété.

« Nous avons aussi d’autres armes : vous avez la possibilité de vous faire tester. Chaque semaine, plus de 2 millions de tests sont réalisés. Depuis la semaine dernière nous avons déployé des tests salivaires dans les écoles. Nous le ferons bientôt dans les crèches, dans les établissements médico-sociaux. Au moindre symptôme, faites-vous tester. Quand on est malade ou qu’on est cas contact, on se met à l’isolement. L’isolement est de 10 jours pour les personnes malades et 7 jours pour les cas contact », a-t-il rappelé.

Concernant le taux de vaccination des soignants, il a souligné que « 40 % des soignants en Ehpad et 30 % des soignants du système de santé sont vaccinés. Cela ne suffit pas. En se vaccinant vous vous protégez vous et vous protégez vos patients ! » s’est-il exclamé. « Dès demain, j’écrirai une lettre à l’ensemble des soignants de notre pays pour les inciter à se vacciner et pour les remercier pour leur engagement », a-t-il annoncé.

Les doses ne doivent pas dormir dans les frigos des médecins ou des pharmaciens  Olivier Véran

 

Chiffres clés en France de Santé publique France, semaine 07 (du 15 au 21 février) :

-Nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 (SI-DEP) : 149 307 (+7%)
-Taux de positivité (%) pour SARS-CoV-2 (SI-DEP) : 7,3% (+0,7 point)
-Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 : 2 537 (-4%)
-Nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (réseau OSCOUR®) : 7 466 (+8%)
-Nombre de nouvelles hospitalisations de patients COVID-19 (SI-VIC) : 9 613 (+3%)
-Nombre de nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19 (SI-VIC) : 1 871 (+4%)
-Nombre de décès liés à la COVID-19 (décès en hospitalisation et décès en EHPA et autres ESMS) : 1 956 (non consolidée)

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....