Donner un inhibiteur de la DPP-4 à l’hôpital est associé à une réduction du risque d’hypoglycémie dans le cadre du DT2

Miriam Tucker

29 janvier 2021

Espagne, Etats-Unis-- Le traitement par un inhibiteur de la dipeptidyl peptidase-4 (iDPP-4) seul ou associé à l’insuline basale est efficace et entraîne une incidence d’hypoglycémie plus faible, par rapport aux schémas d’insuline basale-bolus chez des patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2) hospitalisés, selon une étude publiée dans la revue Endocrine Practice[1].

Pourquoi est-ce important ?

  • La prise en charge de la glycémie chez les patients hospitalisés est associée à une amélioration des résultats, mais l’utilisation de l’insulinothérapie basale-bolus demande beaucoup de travail et entraîne fréquemment une hypoglycémie.

Méthodologie

  • Une analyse a été réalisée à partir de données combinées provenant de 3 études randomisées comparant un iDPP-4 utilisé seul (n = 144), un iDPP-4 utilisé en association à de l’insuline basale (n = 158) et un schéma d’insuline basale-bolus (n = 283).

  • 266 admissions en service de médecine et 319 admissions en service de chirurgie ont été recensées.

  • Financement : aucun financement spécifique à ces travaux n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Dans un modèle multivarié corrigé pour prendre en compte l’HbA1c, l’âge, le sexe et l’indice de masse corporelle (IMC), aucune différence (les valeurs rapportées sont toutes des rapports de cotes [RC] ; IC à 95 %) n’a été détectée concernant l’obtention d’un contrôle optimal de la glycémie (70–180 mg/dl) avec un iDPP-4 utilisé seul, par rapport :

    • à un schéma d’insuline basale-bolus : 0,81 (0,43–1,52) ; ou

    • à un iDPP-4 associé à de l’insuline basale : 0,86 (0,41–1,79).

  • La probabilité d’hypoglycémie (inférieure à 70 mg/dl), par rapport à un iDPP-4 seul, était significativement plus élevée avec :

    • le schéma d’insuline basale-bolus : 5,02 (1,49–16,94) ; et 

    • un iDPP-4 associé à de l’insuline basale : 4,78 (1,33–17,25).

  • Aucune différence significative n’a été décelée avec une hypoglycémie inférieure à 54 mg/dl, et seul 1 patient avait une hypoglycémie inférieure ou égale à 40 mg/dl.

Limites

  • L’étude a été menée en ouvert.

  • Il s’agit d’une analyse combinée.

  • Ces résultats pourraient ne pas s’appliquer aux groupes ayant été exclus (c.-à-d., aux patients en soins intensifs, atteints d’une maladie rénale sévère ou d’une pancréatite).

 

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....