COVID-19 : une petite étude pilote suggère un effet de l’ivermectine sur l’anosmie

Liz Scherer

27 janvier 2021

France-- Dans une petite étude pilote[1], l’ivermectine à une dose maximale a été associée des baisses autodéclarées de l’anosmie/hyposmie et de la toux chez des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Quel rationnel de l’étude ?

  • Certains résultats ont suggéré un effet de l’ivermectine sur l’atténuation des symptômes du COVID-19 mais son utilisation s’est avérée controversée car d’autres données n’ont pas montré d’efficacité.

  • L’anosmie/hyposmie est un symptôme courant de la COVID-19 qui peut persister dans le temps.

Méthodologie

  • Cette étude pilote de supériorité, en double aveugle, contrôlée par placebo, monocentrique et à bras parallèles a évalué l’ivermectine à raison de 400 μg/kg chez des patients espagnols.

Principaux résultats

  • 24 patients.

  • L’âge médian pour le groupe de l’ivermectine et le groupe du placebo (n = 12 pour chaque groupe) était de 26 ans.

  • Jour 7 après le traitement :

    • 100 % des patients des 2 groupes étaient positifs au test par réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) concernant le gène de la nucléocapside.

    • 91 % des patients du groupe de l’ivermectine et 100 % des patients du groupe du placebo étaient positifs au test par PCR concernant le gène de l’enveloppe.

  • La charge virale médiane a diminué plus fortement au cours du temps dans le groupe de l’ivermectine, par rapport au groupe du placebo. La différence n’a toutefois jamais atteint la significativité jusqu’au jour 21.

  • Présentation d’un symptôme, quel qu’il soit :

    • 171 patients-jours avec l’ivermectine, contre

    • 255 patients-jours avec le placebo.

  • Anosmie/Hyposmie :

    • 76 patients-jours avec l’ivermectine, contre

    • 158 patients-jours avec le placebo.

  • Toux :

    • 68 patients-jours avec l’ivermectine, contre

    • 97 patients-jours avec le placebo.

  • Aucun patient n’a progressé vers une forme sévère de la maladie.

  • Indice médian du titre d’IgG (intervalle interquartile) au jour 21 : 4,7 avec l’ivermectine (3,5–8,9), contre 7,5 avec le placebo (4,2–9,3 ; P = 0,24).

Limites

  • Le nombre de patients inclus était faible.

  • Étude se limitant aux patients atteints d’une maladie légère.

  • Échantillons hétérogènes.

Financement : Idipharma SL ; autres.

Cet article a été initialement publié sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....