Cas clinique : fièvre et diarrhée après un retour de voyage en Côte d'Ivoire

Dr Benjamin Davido

Auteurs et déclarations

4 décembre 2020

Toute fièvre de retour de voyage de zone endémie à Plasmodium falciparum doit faire évoquer le diagnostic de paludisme. On rappelle que la chloroquine n’est plus indiquée dans la chimioprophylaxie du paludisme en Afrique (groupe III), et n’a pas démontré son efficacité dans la prévention de la COVID-19 [1]. On évoquera une salmonellose majeure d’autant qu’il s’agit du principal diagnostic différentiel du paludisme en retour d’Afrique, avec le plus souvent des stigmates biologiques identiques, ou une salmonellose digestive. La shigellose est moins probable en l’absence de syndrome dysentérique. La COVID-19 peut être évoquée notamment chez l’adulte ayant des comorbidités où l’on sait qu’une présentation possible est la diarrhée au début de la maladie. Enfin, il n’y a pas de place pour une diverticulite en l’absence de douleur à l’examen clinique.

L’examen clinique approfondi révèle une pâleur et un subictère conjonctival. La biologique retrouve :

Hb = 9 g/dL, VGM = 80 fL, Pq = 110,000/mm3 ; PNN = 1500/mm3, lymphocytes à 1700/mm3, ionogramme sanguin normal, ASAT = 5 5(N<25), ALAT = 45 (N<35), bilirubine totale = 30 mM (N<21), non conjuguée = 25 mM (N<10), PAL = 68 (N<100), GGT = 45 (N<55), créatinine = 67 mM.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....