Quiz express : l’hyperactivité vésicale

Dr Bradley Schwartz

Auteurs et déclarations

27 novembre 2020

L’examen clinique systémique et complet aide à préciser la nature, la sévérité et l’impact des symptômes de vessie hyperactive. L’examen pulmonaire permet de préciser s’il existe une toux et l’examen cardiovasculaire de déterminer si un traitement par diurétiques est nécessaire. L’examen abdominal précise s’il existe un diastasis des grands droits, une masse, des signes d’ascite ou une organomégalie qui pourrait majorer la pression intra-abdominale et la fonction urinaire. Une vessie palpable peut être le signe de mictions par rengorgement ou d’un trouble obstructif des voies urinaires.

L’examen pelvien a pour but de rechercher une inflammation locale, des signes d’infection, une atrophie des organes génitaux externes ou un prolapsus pelvien. Tous ces troubles peuvent être à l’origine d’une stimulation des nerfs afférents aboutissant à une sensation d’urgenturie, de pollakiurie, de dysurie et de vessie hyperactive. L’urètre et le trigone sont des tissus oestrogéno-dépendants, une carence en œstrogènes peut contribuer à l’apparition de signes d’incontinence et de dysfonction urinaire.

Les signes les plus habituels d’une carence en œstrogènes sont :

  • une finesse et une pâleur de l’épithélium vaginal

  • une perte des plis muqueux

  • une diminution de la taille des petites lèvres

  • la présence d’un caroncule urétrale (polype)

Chez les femmes, le testing des muscles du plancher pelvien – en particulier le releveur de l’anus – peut être apprécié en demandant de contracter les muscles vaginaux le plus longtemps possible. Physiologiquement, cette contraction peut être tenue 5 à 10 secondes. En cas de dysfonctionnement des muscles du plancher pelvien, des séances de kinésithérapie peuvent être utiles.

L’examen bimanuel doit aussi comprendre un toucher rectal afin d’apprécier le tonus anal et d’éliminer les pathologies anales en vérifiant l’absence de sang dans le rectum ou de lésions anales. Chez l’homme, l’examen rectal doit permettre de vérifier l’absence de pathologies prostatiques (hyperplasie ou nodule tumoral).

L’examen neurologue est essentiel. Il permet de tester la fonctionnalité des racines nerveuses lombo-sacrées et doit apprécier les réflexes ostéo-tendineux profonds, la force motrice distale, les signes en faveur d’une atteinte neuropathies (dysesthésies, allodynie…). Les réflexes bulbocarverneux et clitorido-sacré doivent aussi être testés. Si l’examen révèle des anomalies (hyper-réflexie ostéo-tendineuse profonde ou absence de réflexe bulbo-caverneux, par exemple), il convient alors de suspecter la participation de lésions nerveuses dans l’incontinence urinaire.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....