Le Pr Raoult poursuivi par le conseil départemental de l’ordre des Médecins des Bouches du Rhône pour « charlatanisme »

Philippe Anaton

Auteurs et déclarations

16 novembre 2020

France – L’officialisation de la plainte contre le professeur Didier Raoult est publique depuis le 12 novembre. Le Conseil départemental de l’Ordre des médecins l’accuse, entre autre, de charlatanisme.

« A la mi-octobre, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, réuni en session plénière, a voté pour transmettre cette plainte à la chambre disciplinaire régionale de Provence-Alpes-Côte d'Azur », a indiqué un membre du Conseil national de l'Ordre des médecins à l’AFP. Présidée par un magistrat administratif, cette chambre peut décider de sanctions allant d'un simple avertissement à une radiation.

La procédure était attendue, depuis que la Société française d'infectiologie en langue française (Spilf), réunissant derrière elle plusieurs centaines d'infectiologues avait décidé en juillet dernier de porter plainte contre le Directeur de l’IHU de Marseille devant le conseil disciplinaire de l'ordre des médecins des Bouches du Rhône.

La Spilf avait retenu dans sa plainte neuf motifs dont :

  • la promotion d’un traitement qui n’a pas démontré son efficacité ;

  • la diffusion de fausses informations auprès du public ;

  • de graves manquements au devoir de confraternité ;

  • la réalisation d’essais cliniques dont la légalité reste à démontrer ;

  • le charlatanisme.

Le charlatanisme est défini dans le code de déontologie médicale, qui interdit formellement cette pratique, comme le fait pour un médecin de « proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé (article 39 intégré à l’article R. 4127-39 du code de la santé publique, CSP). »

Rappelons qu'au-delà de la plainte du Spilf, cinq médecins hospitaliers avaient également porté plainte contre Didier Raoult, estimant que son discours s'oppose aux données et résultats scientifiques.

Un professeur de mathématiques avait également porté plainte, estimant que l'essai clinique de l'IHU Méditerranée, à l'issue duquel le professeur Raoult avait déclaré que l'hydroxychloroquine en association avec l'azithromycine et le zinc faisaient baisser la charge virale de SARS cOV2, n'était pas fiable.

Soutiens

Le professeur Raoult a également ses soutiens. Dans une tribune publiée début septembre dans Le Figaro, ces soutiens se sont manifestés, en déplorant les attaques, y compris ordinales, contre Didier Raoult : « Rien ne justifie cette obstination à démolir, pour le principe, ce chercheur dont le tort principal est d’être un Marseillais trop souvent en désaccord avec l’opinion dominante à Paris. »

Cette tribune avait notamment été signée par le Dr Pierre Jouan... président du conseil régional de l'ordre des médecins. Didier Raoult a donc des soutiens y compris au sein de l'Ordre des médecins. D'ailleurs est-ce un hasard si la présidente du Conseil départemental a préféré s'abstenir lors du vote qui a conduit à ce que le CDOM décide de poursuivre le président de l'IHU devant la justice ordinale ?

Le comportement de Didier Raoult a aussi probablement pesé dans la balance qui a conduit à ce qu'une plainte soit déposée contre lui. Ainsi, le Cdom n'a pas donné suite à la plainte déposée devant le Cdom contre le Pr Philippe Parola, chef du service des maladies infectieuses de l'IHU Méditerranée, pour les mêmes motifs que pour le professeur Raoult : charlatanisme, non-confraternité, promotion d'un traitement non éprouvé et non conforme aux données de la science.

Lors de son audition du 6 octobre, le Pr Raoult n'aurait pas fait profil bas, loin de là.

Sur le choix des combats des instances ordinales

Dans un communiqué, l'un de ses avocats, Maitre Di Vizio (Didier Raoult étant également défendu par Maitre Brice Grazzini) fait valoir que les poursuites contre son client Didier Raoult, amènent « une série de questions » sur la liberté d’expression des médecins et sur le choix des combats des instances ordinales.

« Cela fait des mois qu'il y a un problème avec les institutions ordinales. Depuis le début de l'année, [le Conseil de l'Ordre] aurait pu jouer un rôle régulateur important – notamment en ce qui concerne les prises de paroles de médecins en public et sur les réseaux sociaux. Il aurait pu intervenir quand The Lancet a publié une étude faussée. Il aurait dû se joindre aux actions menées par des médecins pour faire la lumière sur la gestion de la crise. Mais il n'a rien fait », s’indigne l’avocat.

Quoi qu'il en soit, il faudra attendre plusieurs mois avant que la plainte ne soit instruite. « Cela va être long et cela nous amènera sans doute en 2021 », a commenté l'Ordre national.

Et, pendant ce temps, au quotidien, le Pr Raoult continue de prescrire son traitement à base d'hydroxychloroquine et d'azithromycine à ses patients de l'IHU Méditerranée, comme si de rien n'était...

Le Pr Raout a d’ailleurs saisi la justice contre l’ANSM, qui refuse d’accorder une RTU à l’hydroxychloroquine dans le traitement de la Covid-19. Contre l’ANSM, Didier Raoult a également déposé une plainte pour prise illégale d’intérêt.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....