Qu'attendre de la présidence Biden dans le domaine de la santé ?

Nick Tate

10 novembre 2020

Président élu Joe Biden

Etats-Unis – La santé s'annonce comme une priorité du nouveau Président américain. Elu en pleine crise sanitaire, Joe Biden a promis au cours de sa campagne qu'il veillera à intensifier la réponse fédérale à la crise sanitaire liée au Covid-19, à renforcer l'Affordable Care Act, et à créer une nouvelle possibilité de couverture pour les Américains sans assurance de santé, ainsi qu'à étendre les dispositifs Medicare et Medicaid. Cela dit cette longue liste pourrait se heurter à des obstacles au Congrès et dans les tribunaux. Qu'attendre de la présidence Biden dans le domaine de la santé ?

Covid-19 : vers une réponse fédérale

Joe Biden va tenter de fédéraliser la réponse à la crise sanitaire. Il s'agit de mettre en place des politiques nationales sur le port du masque, sur la distanciation physique et la réouverture des commerces et des écoles, fondées sur les préconisations des scientifiques. Joe Biden souhaite en effet que les décisions politiques soient guidées par les connaissances en santé publique.

Il devrait créer une « task force » qui le conseillerait sur différents aspects – recrudescence des cas, sécurité des futurs vaccins, populations à risque...

Reste que la capacité de Biden à travailler – ou non – avec le Congrès devrait conditionner la faisabilité de son plan d'action contre le coronavirus, dont voici les éléments-clefs :

  • gratuité des tests de dépistage ;

  • embauche de 100 000 personnes pour tracer les contacts ;

  • arrêt des dépenses personnelles pour les traitements contre le coronavirus ;

  • don d'équipements de protection personnelle pour tous les travailleurs essentiels ;

  • financement du développement de vaccins et de traitements médicaux ;

  • réouverture des commerces, des lieux de travail et des écoles seulement après une réduction « suffisante » des contaminations ;

  • aides financières aux travailleurs, familles et petits commerces impactés par la pandémie ;

  • renforcement des protections pour les populations à risque, dont les personnes âgées ;

  • augmentation des salaires des soignants en première ligne.

Joe Biden n'a pas donnée de détail sur la façon dont il comptait s'y prendre pour financer ces mesures. Il a proposé la création d'un impôt supplémentaire pour les Américains déclarant plus de 400 000 dollars annuels, lequel nécessitera l‘approbation du Congrès.

L'Obamacare suspendu à la décision d'une Cour Suprême conservatrice

L'avenir de l'Affordable Care Act (ou Obamacare) se jouera probablement dans les prochains mois. La Cour Suprême est en train d'examiner une demande d'annulation de cette loi mise en place par le président Barack Obama. Or, la récente nomination de la juge Amy Coney Barrett a donné une majorité conservatrice forte à la Cour Suprême. Une occasion pour les Républicains de mettre à mal la grande réforme de santé de la présidence Obama.

Le renversement de l'Obamacare aurait des conséquences directes pour des millions d'Américains :

  • Environ 165 millions Américains dont les traitements (par exemple, anticancéreux) sont très onéreux ne seraient plus  protégés des coûts pharaoniques de ces médicaments par la limite fédérale imposée sur les dépenses personnelles par l'Affordable Care Act ;

  • 21 millions de personnes qui souscrivent leur assurance via les offres de l'Obamacare pourraient perdre leur couverture ;

  • 12 millions de bénéficiaires de Medicaid pourraient se retrouver sans assurance ;

  • Au moins 2 millions de jeunes adultes de moins de 26 ans qui bénéficient actuellement du contrat de leurs parents pourraient en être privés ;

  • Des millions de personnes utilisant Medicare verraient leurs dépenses médicales augmenter ;

  • Les aides fédérales permettant aux Américains avec des revenus faibles de souscrire à une police d'assurance disparaîtraient.

Tout au long de la campagne, Joe Biden n'a cessé de répéter la nécessité de protéger cette loi qui empêche les compagnies d'assurance de refuser une couverture médicale aux Américains qui présentent des pathologies pré-existantes telles que le diabète, un cancer ou une maladie cardiovasculaire. L'Obamacare interdit aussi les majorations liées aux antécédents médicaux, à l'âge ou encore au genre.

Joe Biden s'est engagé à renforcer cette loi s'il était élu. L'objectif : « assurer plus de 97% d'Américains », d'après son site de campagne. Parmi les propositions du candidat heureux à la présidentielle, on trouve l'augmentation des dotations fédérales pour aider les foyers américains à faible revenu ou revenu moyen à acquérir une police d'assurance.

Il souhaite aussi la création d'une « option publique » pour l'assurance, un programme qui ressemblerait à Medicare que les petits commerces et les individus pourraient choisir s'ils n'ont pas d'assurance, s'ils ne peuvent pas se permettre d'en avoir une ou encore si celle de leur entreprise ne leur convient pas. Les millions d'Américains sans assurance des 14 Etats n'ayant pas étendu Medicare seraient ainsi automatiquement assurés.

Mais ces mesures nécessitent l'accord du Congrès, un défi ardu pour Biden qui propose de financer leur coût – évalué à 750 milliards de dollars sur dix ans – par un impôt sur la fortune.

Medicare, Medicaid et le coût des médicaments

Joe Biden a appelé à une réforme profonde des programmes Medicare et Medicaid ainsi que du coût des médicaments.

Concernant Medicare, Biden a proposé d'abaisser l'âge d'éligibilité à ce programme de protection sociale de 65 ans à 60 ans. Plus de 20 millions d'Américains seraient alors concernés par ce dispositif. Quant à Medicaid, qui s'adresse aux plus pauvres et aux personnes handicapées, le Président élu est favorable à une augmentation des financements fédéraux pendant la crise économique actuelle, et à prolonger probablement par la suite.

Mais avec la crise économique actuelle, le problème du financement de ces programmes, dans leur forme actuelle ou avec les extensions souhaitées par le président démocrate, risque d'être au cœur des préoccupations de la nouvelle administration. D'autant qu'en août dernier, le président Trump avait suspendu les taxes qui finançaient, entre autres, le programme Medicare.

Face à une augmentation de plus de 40 % des dépenses pour les prescriptions de médicaments, Joe Biden est favorable à l’idée d’ouvrir à Medicare la possibilité de négocier les prix comme le font les assurances privées. Il souhaite aussi lever les interdictions d'importer des médicaments moins chers de l'étranger, fixer un prix-plafond pour les médicaments sans compétiteur ou encore promouvoir le développement des génériques. Mais, là encore, il devra négocier fort au Congrès pour lever les obstacles.

Le Président des Etats-Unis le plus âgé jamais élu

Et Joe Biden lui-même ? Quel est son état de santé ? Le nouveau président américain fêtera ses 78 ans le 20 novembre prochain, ce qui fait de lui le plus âgé des locataires de la Maison Blanche. D'après un rapport de décembre 2019, son état de santé est bon. Pas d'alcool, pas de tabac et une activité physique cinq fois par semaine, son hygiène de vie est irréprochable. Côté médicaments, Joe Biden prend des anticoagulants, des anti-reflux et des médicaments contre le cholestérol et occasionnellement des anti-histaminiques. Quant aux antécédents médicaux, il a eu plusieurs interventions au niveau des sinus, sa vésicule biliaire a été ôtée ainsi que différents carcinomes cutanés (non mélanome). Fin des années 1980, la rupture d'un anévrisme cérébral avait occasionné une embolie pulmonaire et une thrombose veineuse profonde. Un autre anévrisme avait été traité avant rupture. Mais aujourd'hui, le patient Biden ne présente pas de contre-indication au poste de Président.

 

 

L’article a été publié initialement sur Medscape.com sous l’intitulé “Biden Victory: What It Means for COVID, Healthcare”.  Traduit/adapté par Marine Cygler.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....