Echanges houleux entre intensivistes et anesthésistes-réanimateurs sur fond de COVID-19

Philippe Anaton

26 octobre 2020

France – La bataille de chapelles entre anesthésistes-réanimateurs (MAR) et médecins intensivistes-réanimateurs (MI-R) repart de plus belle. Elle avait déjà fait rage en 2017 dans le milieu médical, la voici qui s’enflamme à nouveau sur fond de crise sanitaire. Cette fois-ci, c’est le Pr Eric Maury, président de la Société de réanimation de langue française (SRLF) et éminent représentant du camp des MI-R, qui a déclenché les foudres de l’autre camp lors de son audition au sénat le 15 octobre 2020 par la commission sénatoriale sur la gestion de la crise sanitaire de la Covid-19.

Propos diffamatoires

Ce dont l’accuse la Société française d'anesthésie réanimation (SFAR) dans un communiqué le 15 octobre dernier, est d’avoir « tenu des propos diffamatoires à l’égard des médecins anesthésistes-réanimateurs », ajoutant que « l’émotion de notre collectivité est très forte car ces propos calomnieux mettent en doute le professionnalisme et les compétences des médecins anesthésistes-réanimateurs en particulier par une interprétation fallacieuse de données biaisées ». De quoi s’agit-il ?

Invité par le Sénat à s’exprimer dans le cadre de sa commission sur la gestion de la crise Covid-19, le Pr Maury a d'abord tenu à faire un état des lieux de la réanimation en France. Au sujet du parc habituel de lits de réanimation en France, il a déploré les faibles capacités françaises : « on est sur à peu près 7 lits pour 100 000 habitants, ce qui fait un capacitaire d’environ 5000 lits de réanimation. En réalité, nous avons environ 5700 lits mais il y a 700 lits qui sont fermés faute de personnels soignants. Vous voyez que cela ne nous met pas dans le peloton de tête par rapport à certains de nos voisins », a-t-il notamment déclaré. Pour monter la capacité en lits de réa à 10000 lits au plus fort de l’épidémie, « il a donc fallu ajouter des lits de réanimation et cela a été rendu possible grâce aux anesthésistes-réanimateurs qui grâce à des déprogrammations massives ont pu se consacrer à la mise en place et la mise en fonction d’unités de réanimations ex nihilo ».

Le Pr Maury a ensuite rappelé la manière dont on devient réanimateur aujourd'hui en France, avec deux formations possibles qui semblent être le nœud du problème : « Comment devient-on réanimateur en 2020 ? La première méthode, c’est d'obtenir le DESC en médecine intensive et réanimation qui dure cinq ans, qui comporte une phase socle et une phase de consolidation, et une phase d’approfondissement d’un an. Le DESCAR est l’autre possibilité de faire de la réanimation. […] Il y a en France 900 lits de réanimation médicale, 3200 lits de réanimation polyvalente, et des lits de réanimation chirurgicales, soit 2710 MIR et 2420 MAR », a-t-il précisé.

Étude contestée

Rien de polémique et propre à déclencher la colère des MAR jusqu’à la présentation d’une étude problématique : « Je voudrais montrer un résultat qui a été publié lors de notre e-congrès de septembre dernier : la présentation de l’expérience de l'hôpital Henri-Mondor, présentée par un médecin anesthésiste et un médecin intensiviste. L’équipement d’un nouveau service a permis de monter 43 lits et de prendre en charge un bon nombre de patients à partir du 9 avril ». Cette étude, contestée par les MAR, établit que la mortalité enregistrée dans le secteur géré par les MAR a été deux fois plus importante que celle constatée dans le secteur des MIR : « Deux secteurs ont été comparés, d’une part un secteur MIR avec une extension du service de réanimation médicale existant et une section MAR disponible parce que la chirurgie a été déprogrammée et on ne peut que les en remercier. Les patients semblaient à peu près comparables en termes de gravité, autant de patients ventilés, 92% donc des patients très graves, un quart des patients sont sous ECMO et quand on regarde au final les décès, on observe que la mortalité est plus importante dans l’unité par des gens dont le métier initial n’est pas de faire de la réanimation ».

Dans cette étude, présentée au Sénat, on constate en effet que la mortalité pour les patients pris en charge par les MIR est de 17% contre 32% chez ceux gérés par les MAR. Le Pr Maury conclut sa présentation par cette phrase qui sonne comme un couperet : « on ne fait correctement que ce que l’on fait régulièrement ».

Or, pour un anesthésiste qui souhaite rester anonyme, cette étude, justement, n'établit pas une différence de mortalité entre les deux secteurs : « D’abord on constate que p=0,15. Qui plus est, les soi-disant anesthésistes-réanimateurs sont avant tout des réanimateurs de la réanimation chirurgicale, et les patients des MIR et des MAR n'étaient pas identiques. Bref, Maury a menti dans une commission sénatoriale ».

Propos « mensongers, peu déontologiques et encore moins confraternels »

Résultat : pratiquement toutes les sociétés savantes, syndicats, associations d'anesthésistes-réanimateurs (Snarf, Snjar, Snphare, Smarnu, CNEAR, Sfar) ont signé un communiqué commun stipulant que « la spécialité anesthésie-réanimation et médecine péri-opératoire (par l'intermédiaire de son conseil national professionnel du CNP Armpo) et ses composantes condamnent fermement les propos tenus par le Pr Éric Maury, président de la SRLF, lors de son audition au sénat le 15 octobre, qui au-delà d'être mensongers, peu déontologiques et encore moins confraternels, portent une vision politique altérée et clivante en cette période tendue ».

Ils ajoutent : « À plusieurs reprises, au cours des derniers mois, les propos du Pr Éric Maury, probablement éloignés de la pensée des médecins intensivistes qu'il représente, ont porté atteinte à la dignité des anesthésistes-réanimateurs en mettant en doute la qualité de leur pratique et de leur formation ». L'ensemble des composantes de la spécialité a donc décidé de saisir le Conseil de l'Ordre des médecins pour les propos portés tenus par le Pr Maury. 

Récidive

D'où la plainte déposée devant le Conseil de l'Ordre, d’autant que le Pr Maury n'en est pas à son coup d'essai. En avril dernier, en plein stade épidémique de Covid-19, il avait donné une interview au Télégramme , où il avait notamment déclaré :« C’est de la réanimation dégradée, avec du personnel bénévole plein de bonne volonté, mais pas spécialisé et habitué à ce service ». Et d'ajouter : « Je n’aimerais pas que mes proches y soient envoyés. Mais en ce moment, on n’a pas le choix. »

En avril dernier, la SRLF avait pris ses distances avec le Pr Éric Maury, arguant que ce dernier s'exprimait à titre personnel. Cette fois-ci, la SRLF n’a pas pris position.

Quoi qu’il en soit, en pleine deuxième vague et alors que les décès repartent à la hausse, ces propos font entendre une note discordante, un peu perturbante, dans cette période où il est bon que tous se serrent les coudes pour lutter le virus.
 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....