POINT DE VUE

Opération Barnum

Dr Jean-Pierre Usdin

Auteurs et déclarations

30 septembre 2020

Paris, Arnouville -- Nous continuons de suivre, Max, cardiologue à la retraite, mais toujours très actif, exerçant en cabinet et en centre de santé à Paris, qui, a décidé de s’inscrire à COVISAN, le dispositif de dépistage et d'accompagnement des personnes COVID +. Après avoir dû décliner plusieurs propositions la mort dans l’âme, il a accepté cette fois-ci de se lancer dans l’aventure des barnum, les centres provisoires de dépistage du Covid-19 et raconte.

Mission embarquée

Dans la boîte mail de Max une réquisition pour la mission du lendemain matin « Vous êtes affecté pour une mission Covisan en barnum (prélèvement sur la voie publique) à Arnouville (95) le samedi 5/09 entre 8h et 20h. Départ de Charenton-le-Pont, 26 rue Necker (Métro Liberté) à 8h (…) L’équipe RH Covisan »

Max avait porté sa candidature en ligne la semaine précédente.

« Les missions en barnum » sont des journées de tests RT-PCR, SARS-CoV-2 qui se déroulent en plein air sous des tentes ou dans un local public. Les prélèvements sont gratuits, effectués sans rendez-vous ni prescription, résultats dans les 48 heures. Jusqu’à 600 prélèvements sont réalisés.

Le rituel est rôdé depuis fin-juillet : rendez-vous dans un des entrepôts de l’Assistance Publique (AP), à Charenton. Une douzaine de participants regroupés par site. Avant le départ comptage du matériel : visières, masques, blouses personnelles de protection, gants, charlottes, pour les préleveurs et gants, masques FFP2, blouse pour les autres. Ecouvillons nasopharyngés, feuilles de consentement, tablettes pour enregistrement des sujets, containers pour matériel infecté (très coûteux), lingettes…

C’est quoi ta spécialité ?

Après le comptage du matériel, les réquisitionnés sont appelés. On note une majorité féminine 4 :1, parfois un ou deux absent(s) (non excusés) sur les 12 prévus. Départ dans les véhicules loués par l’AP 4 à 5 passagers conducteur inclus par véhicule. Arrivée sur le site en moyenne une heure plus tard, avec GPS…

Moyenne d’âge des volontaires : moins de trente ans, étudiants en médecine des premières années et élèves infirmières pour la plupart. La seule tête âgée qui dépasse est celle de Max, présence quelque peu incongrue « Qui c’est ça ? Qui c’est celui-là ? ... » Dans la voiture, on échange les CV puis vient le tour de Max. Hésitations sur le vous et le tu « Exerce(z)-vous (tu) toujours ? où ? votre (ta) spécialité ? » Les futurs consoeurs/frères n’ont pas encore décidé de leur parcours en spécialité même si certains ont un penchant pour la cardio., l’onco., la med. intern., parfois l’obstétrique. Echantillon non significatif ? Qui sait ?

Répartition des tâches 

Arrivée sur le site : ce samedi-là, un gymnase. La directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) est là. Il y a déjà une file d’attente, il est 9:30, les prélèvements débutent à 10:00, la mission est prévue jusqu’à 18 :00.

Répartition des tâches : 4 préleveurs revêtent l’équipement lourd, pour les dévolus à l’administratif : blouses masques, lingettes solutions hydro alcoolique. A la mi-journée rotations. Un renfort administratif est assuré par le personnel de l’ARS.

Max fera de l’administratif : tablette en main, les difficultés commencent. Le recueil de la douzaine d’items s’avère difficile sur l’écran trop (ou pas assez) tactile, pas toujours lumineux. Civilité, lieu de résidence, symptômes, activité professionnelle et surtout téléphone et adresse mail (horribles adresses mail : traits, tirets du 6, du 8, points, majuscules ? …) mais indispensables pour recevoir les résultats du prélèvement dans les 48 heures.

Max 1 : Maire : 0

Monsieur le maire arrive sur le site, lançant des encouragements à tour de bras. La directrice de l’ARS vient jusqu’à Max «Le Médecin » ce qui laisse supposer qu’une telle présence est peu fréquente. L’élu démarre alors avec des questions pas toujours très délicates. « Ah, vous continuez à exercer ? Pourquoi ? Jusqu’à quand ? Quelle spécialité ? Ah ! Et vous avez quel âge ? ». Pour cette dernière question, Max a la parade « Mon âge est le numéro du département de la Haute-Savoie ». L’interlocuteur est désarçonné et ne poursuit pas. Max 1 : Maire : 0. Il tourne les talons et Max retourne à sa tablette.

Docteur, une personne fait un malaise !

Il est presque midi, la file ne diminue pas, les gens attendent patiemment assis sur les gradins. On vient chercher Max « Un malaise docteur ! »  Malaise vagal pense Max. Mais c’est plus sérieux, il enfile des gants et se dirige vers les gradins. Le patient est dans le coma ! La soixantaine, assis, bedonnant, en sueurs. Il respire et il a un pouls filant, oui, mais un pouls, ouf !  Cela ressemble à un coma hypo où je ne m’y connais plus !

Max demande de l’aide : « Mettez des gants et aidez-moi, il faut allonger cette personne ! ».

Mais que se passe-t-il ? Tous s’écartent y compris les volontaires de la Croix Rouge d’ordinaire si prestes ! Ah oui, les gestes barrières supplantent les gestes qui sauvent ! C’était le sujet d’un papier paru dans le Lancet Public Health[1] !

 
Ah oui, les gestes barrières supplantent les gestes qui sauvent !
 

L’âge et l’expérience

Heureusement une consœur est dans la file d’attente, elle arrive spontanément. Oui, ce doit être un coma hypo ! A eux deux, ils allongent le patient. On appelle les pompiers, puis le SAMU. La consœur a un appareil à tension : systolique 90mmHg, rythme 90/mn.

Le patient reprend peu à peu conscience, ils arrivent à comprendre un ou deux mots: il a fait sa piqûre d’insuline le matin et n’a pas pris de petit déjeuner « pour être à jeun ». La directrice de l’ARS est allée chercher des sachets de sucre en poudre et une part du dessert dédié aux participants. Le patient est suffisamment réveillé pour avaler. Il reprend conscience mais ne parle pas : les membres bougent, chic !

Le SAMU arrive. Le glucotest indique une glycémie à 0,63g/l, après 3 sachets de sucre et une demi-part de flan, c’était bien un hypo. Le SAMU transporte le patient vers le service d’accueil aux urgences : le RT-PCR ne sera pas faite ici !

Max est retourné à sa tablette. Il ne fera pas de prélèvement nasopharyngé, les jeunes sont plus avides de gestes que lui. Il remplit les questionnaires…

450 RT-PCR pendant la journée en barnum

Fin de la mission à 17h30 environ : 450 tests ont été réalisés. Le 25 septembre, un officiel de la plateforme COVISAN-COVIDIAG a précisé qu’environ 24 000 tests RT -PCR ont été réalisés depuis la fin juillet avec quelques 2 000 cas positifs.

Le matériel est remballé, les cartons de déchets infectieux sécurisés avec le coup de main expert des participants habitués.

 
Les étudiants sont des habitués, certains font jusqu’à 4 ou 5 missions par semaine pendant les vacances universitaires.
 

Retour dans les embouteillages du samedi soir. On occupe le temps avec les conversations, les étudiants sont des habitués, certains font jusqu’à 4 ou 5 missions par semaine pendant les vacances universitaires. « Et toi L…, tu as une mission demain ? » « Oui je fais Roissy », répond-elle ! Infatigables étudiants !

Pour Max, pas de mission le lendemain. Tout compte fait, ce fut une journée agréable. Le contact avec les étudiants lors de la pause déjeuné et pendant le voyage est une bouffée d’enthousiasme, ces futurs confrères remplis d’espoir sont un rafraîchissement.

Retour à l’entrepôt de Charenton, le coordonnateur bougonne « Vous avez utilisé trop de cartons jaunes [déchets infectieux].  Ils ne sont pas remplis : ils coûtent cher je vous l’avais dit, où avez-vous rangé…et où sont… » C’est la fin de la mission.

Max n’a pas pu savoir ce qu’était devenu le patient comateux, a-t-il été testé à l’hôpital ? Et sa consœur a-t-elle souffert de la Covid après ce contact. Max, lui, n’a pas eu de symptôme.

Il s’inscrira à nouveau pour ces missions en barnum, c’est prenant oui, mais instructif, stimulant, la mise en place du TROD antigénique est un nouveau défi [2,3]et puis il commence à connaître le refrain des questions qui lui sont posées. Il peaufinera les réponses…

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....