Cancer du côlon et invasion vésicale

Nathalie Barrès

Auteurs et déclarations

16 septembre 2020

Paris, France — La prise en charge du risque d’invasion vésicale chez les sujets souffrant de cancer colique avancé reste controversée. Une équipe française a identifié les caractéristiques d’une récidive d’invasion vésicale chez des sujets souffrant de cancer du côlon primitif avancé [1]. Sur les 117 sujets inclus qui ont subi une chirurgie colique avec résection vésicale partielle ou totale, environ 15% ont fait une récidive locale et presque 20% une récidive à distance.

Dans près des deux tiers des cas la récidive locale était vésicale, et chez un peu moins de 4% des sujets les données histologiques au moment de la chirurgie initiale ne montraient pas d’invasion vésicale.

Ainsi, ces résultats sont en faveur d’une cystectomie à minima partielle chez les patients ayant un cancer du côlon avancé. Bien qu’il n’y ait pas actuellement de consensus ni sur la fréquence, ni sur les modalités de ce suivi, les auteurs soulignent également l’intérêt d’un suivi régulier, avec cystoscopie annuelle en cas de cystectomie partielle.

Méthodologie

Cette étude rétrospective porte sur les données de patients traités entre 2010 et 2017 pour cancer colique au sein de 23 centres de cancer français. Tous les patients inclus avaient subi une chirurgie du côlon avec une résection vésicale. 

Principaux résultats

Au total, 117 patients ont été inclus (62% d’hommes, âge moyen 70,3 ans). La durée médiane de suivi était de 33,8 mois. Une invasion (T4) était suspectée en préopératoire chez 63% des individus. L’invasion peropératoire a été constatée chez 37% des patients (n=43) qui étaient soit asymptomatiques, soit pour lesquels une invasion vésicale n’était pas soupçonnée en préopératoire. Sur l’ensemble de la cohorte, 92,3% ont eu une cystectomie partielle et 7,7% une cystectomie totale. Le taux de mortalité sur le suivi de 33,8 mois était de 15%. À 3 ans, la survie était de 82,9%, la survie sans maladie de 59,5%, le taux de récidive locale de 17% et le taux de récidive à distance de 24%. Le délai médian avant récidive était de 10,5 mois. 

Une récidive locale est survenue chez 14,5% des patients inclus et 18,8% des patients ont expérimenté une récidive à distance. Dans 65% la récidive locale était située au niveau de la vessie. Quatre patients ont eu une invasion vésicale alors qu’il n’y avait pas eu confirmation histologique d’une première invasion lors de la chirurgie.

Un peu plus d’un quart (26,5%) ont eu un traitement néoadjuvant. Cependant, ni le traitement néoadjuvant, ni le traitement adjuvant n’ont modifié significativement le taux de récidive locale.

Limitations

Étude rétrospective de courte durée et échantillon de faible taille du fait que l’invasion vésicale reste une situation clinique.

 

Cet article a été initialement publié sur le site Univadis.fr.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....